Les coproduitsUn atout alimentaire et financier dont les volumes ne cessent de croître

| par | Terre-net Média

Les industries agroalimentaires ont généré 11,1 millions de tonnes de MS de coproduits en 2017 (+ 23 % par rapport à 2008). Et avec le développement de certains secteurs, cette croissance ne va sûrement pas s'arrêter là ! Une bonne nouvelle pour les éleveurs qui consomment 60 % des volumes.

Les volumes de pulpes de betteraves seront surement en hausse d'ici quelques années avec le développement de la filière sucrière. Les volumes de pulpes de betteraves seront sûrement en hausse d'ici quelques années avec le développement de la filière sucrière. (©Terre-net Média) D rêches, pulpes, tourteaux, mélasses… les coproduits ont la cote en nutrition animale. C’est ce que révèle une enquête du réseau pour la sécurité et la qualité des denrées alimentaires (Réséda). En effet, 60 % des volumes de coproduits sont consommés pour la nutrition des animaux de rente.

Intéressante pour les éleveurs grâce à des prix généralement compétitifs, la production de coproduits croit significativement. Elle est passée de 9,1 en 2008 à 11,1 millions de tonnes de MS en 2017, notamment grâce à la progression de la filière des oléagineux, de la distillerie et de la brasserie.

À savoir : 6 % des coproduits français sont également utilisés au niveau agronomique pour l’épandage, la fertilisation et le compostage et 3 % supplémentaires sont valorisés en énergie (méthanisation ou combustion).

Les coproduits ont probablement un bel avenir devant eux

Les éleveurs peuvent valoriser directement ces coproduits en les rachetant aux entreprises productrices ou via l’intermédiaire d’industries qui les intègrent dans la fabrication de leurs aliments. En 2016, 12,4 millions de tonnes brutes de coproduits ont été valorisées par la nutrition des animaux de rente dont 10,3 dans des usines et 2,1 directement en élevage. Les coproduits utilisés directement en élevage proviennent principalement des industries de la sucrerie (pulpes de betteraves), des oléagineux (tourteaux de colza), de la brasserie (drêches) et de l’industrie laitière (lactosérum et babeurre sous forme liquide ou concentrée).

L'activité de certains secteurs sera probablement amenée à se développer, générant ainsi plus de coproduitsEn fonction de la proximité entre l’entreprise productrice et l’acheteur, la région et les industries agroalimentaires présentes, la valorisation des coproduits devient plus ou moins rentable pour l’éleveur.

Et vous, quels sont les coproduits intéressants dans votre secteur ?

L’enquête du Réséda conclut quant au futur prometteur des coproduits pour l’élevage : « l’activité de certains secteurs tels que la sucrerie et la brasserie sera probablement amenée à se développer générant ainsi plus de coproduits. Des incertitudes persistent sur le développement des biocarburants qui pourraient impacter les volumes de coproduits des secteurs oléagineux et distillerie. »

Certaines entreprises font l’intermédiaire entre l'industriel et l'acheteur en prenant en charge les coproduits pour les revendre après déconditionnement et/ou transformation. C’est le cas par exemple de FeedMarket, la nouvelle plateforme de vente en ligne créée par le groupe Avril : les acheteurs (éleveurs, négociants et fabricants d’aliments) peuvent y acheter directement leurs tourteaux.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


lebonmayennais
Il y a 209 jours
vos coproduits m ont coutès quelques vaches allaitantes pleines et quelques genisses il y a quelques annèes!!!vous essayerez de dètecter du verre broyè dans 400 tonnes de pulpes surpressèes par contre l effet est irreparable!!!l faute a qui??pourtant moi je conna
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 211 jours
Une combine pour faire du stock sans recours aux co produit surtout si on est loin : a l automne semez 40 kg d avoine dans vos prairies, cela évite le salissement soignez normalement début printemps vous ferez une belle coupe avant sortie des gaines ( Comme un rgi) valeur 18a20de MAT et derrière vous aurez encore une belle coupe là vous laissez monter l avoine à graines et vous avez un super produit pour génisses Votre prairie n’en souffre pas et vous pouvez augmenter le rendement de 30a50% ( on pratique !)
Répondre
choubaka08
Il y a 212 jours
je me méfie quand même.Mettez une paire de bottes bien sales dans un tas de pulpes surpressées le jour de la livraison.5 minutes plus tard,elles brillent comme un sou neuf!!je vous dis pas l'état de la panse de la vache!!
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 213 jours
Le problème des co produits c est les intermédiaires ! Attention aux humide ( conservation, perte de poids)a part cela bel avenir
Répondre