Allaitement des veaux laitiersLes Allemands préfèrent le Dal, les Français penchent pour le chariot à lait

| par | Terre-net Média

Dans les grands troupeaux, abreuver les veaux deux fois par jour prend du temps. Certains élevages optent pour le distributeur automatique de lait (Dal), d'autres préfèrent la souplesse du chariot à lait. Trois acteurs allemands se partagent principalement ces marchés : Föster Technik (Dal), Urban (Dal CalfMom et MilkShuttle), Holm&Laue (Taxi-lait), ainsi que l'entreprise française Legrain.

Dal Urban CalfMom Lifestart Claas Gerdes (voir témoignage ci-dessous) a installé un Dal Urban CalfMom Lifestart avec deux stations pour créer deux cases de veaux d'âge différent. (©Terre-net Média)  

C ontrairement aux élevages allemands, les distributeurs automatiques de lait (Dal) se font plutôt rares dans les grands troupeaux français, qui souvent préfèrent distribuer le lait au seau , avec ou sans l’aide d’un chariot sur roulettes. « En France, nous vendons essentiellement nos chariots MilkShuttle et assez peu de Dal alors qu’en Allemagne, c'est l'inverse », fait remarquer Birgit Warnet, responsable marketing d’Urban.

Pour cause : le prix d’installation d’un Dal est conséquent (8.000 à plus de 16.000 euros), généralement deux fois plus élevé que le chariot à lait (4.000 à 7.500 euros), mais cet équipement fait gagner un temps précieux. En effet, avec un chariot, il faut souvent une trentaine de minutes pour chauffer le lait à 40°, auxquelles il faut ajouter le temps de distribution aux veaux, puis un quart d’heure pour laver la cuve et les seaux, et cela deux fois par jour.


Claas Gerdes  élève avec ses parents 120 vaches dans la région d’Oldenburg au nord-est de l'Allemagne (1,2 million de litres de lait).

Claas Gerdes Dal Urban Claas Gerdes apprécie la souplesse de travail et la croissance des veaux au Dal. (©Terre-net Média)
« Notre ancien Dal Föster Technick était cassé. Nous l’avons remplacé l’an dernier par un Dal Urban Lifestart à deux stations pour 10.000 euros lors de son lancement. Nous en sommes satisfaits, les croissances sont bonnes avec du lait, de la poudre, du foin et des concentrés à volonté. Les veaux reçoivent 6 à 8 litres de lait par jour et en plusieurs buvées et descendent à 2 litres jusqu’au sevrage à deux mois. Les veaux peuvent constamment boire du lait à 39°C dès la première gorgée.

Je ne m’occupe quasiment pas de l’entretien de la machine qui se lave automatiquement deux fois par jour. Je nettoie uniquement le bol et la tétine de temps à autre et je rajoute de la poudre de lait. Je reçois un Sms s’il manque de la poudre, du détergent, ou si jamais il y a un problème de purge ou de température. Quand la lumière est verte, c’est que tout fonctionne et que chaque veau boit correctement. Pour mieux les surveiller, je leur mets un collier avec le numéro placé en haut, sur la nuque. »

Le Dal offre davantage de souplesse dans l’organisation du travail que la distribution du lait après la traite. Néanmoins, les veaux en cases individuelles ou en niches devront toujours recevoir leur lait au seau, hormis avec les systèmes comme le Calf rail de Föster Technik ou le CalMom Lifestrart d’Urban où chaque niche dispose de sa tétine (voir le reportage) . Contrairement au chariot à lait, les Dal modernes deviennent de véritables assistants de l’éleveur dans le suivi alimentaire et sanitaire de chaque veau identifié par son collier.

Collier pour Dal avec numéro en haut pour un meilleur repérage Collier pour Dal avec numéro en haut pour un meilleur repérage. (©Terre-net Média)

Dal Urban Dal à tétine autonettoyante. (©DR)

Les Dal nécessitent tout de même un entretien régulier et demandent de la vigilance quant au bon calibrage du mélange eau/poudre. L’idéal est de placer le Dal dans un petit espace fermé, à l’abri des mouches et autres parasites. Le lavage est désormais automatique pour une seule comme pour plusieurs stations.

Le Dal Paula d’Urban, capable de nourrir deux groupes de veaux sur une même station grâce à une porte pivotante, dispose même d’un lavage automatique de la tétine qui bascule après chaque buvée. Certains modèles possèdent une fonction d’aide à l’abreuvement qui projette de lait, facilitant ainsi l’apprentissage de la tétine par le veau.

Deux poudres de qualités différentes

Au Dal, le nombre de buvées par jour est plus élevé et se rapproche davantage du comportement de tétée naturelle d’un veau laissé avec sa mère. La poudre de lait est mieux équilibrée pour l’ allaitement des veaux que le lait entier, généralement trop riche en matière grasse. Pour les Dal équipés de deux stations d’allaitement, il est possible de faire des économies en jouant sur des qualités de poudre différentes selon l’âge des veaux, avec un aliment d’allaitement 1 er âge de haute qualité (à base de lait écrémé) durant les deux à trois premières semaines puis une poudre moins chère (sans ou avec moins de lait) durant le mois et demi qui suit jusqu’au sevrage.

Dal veaux Le lait entier peut aussi être distribué au Dal en y ajoutant un réservoir. Distribuer du "lait à cellules", pasteurisé ou non, peut être une solution économique, de préférence pour nourrir les veaux mâles. Un local fermé est idéal pour stocker le Dal et la poudre à l'abri des mouches et du gel. (©Terre-net Média)  

Charriots à lait avec ou sans pasteurisation

Taxi-lait d'Holm&Laue Taxi-lait d'Holm&Laue : voir le reportage au Gaec de la Cour . (©Terre-net Média)  

Le tricycle Millkshuttle d'Urban, avec le caddy pour 24 sceaux. Le tricycle motorisé Milkshuttle d'Urban, avec sa remorque pour 24 seaux. (©Urban) Les chariots à lait (Taxi-lait d’Holm&Laue, Milkshuttle d’Urban notamment) existent en différentes contenances, de 100 à plus de 260 litres, et sont aussi bien adaptés au lait entier qu’à la poudre grâce à leur agitateur, système de chauffage et thermomètre intégrés. Les modèles vont du simple thermiseur sur roues à pousser au véritable chariot automoteur et "intelligent".

Ces chariots sont munis d’une pompe de dosage automatique avec sélection du litrage distribué au pistolet. Certains intègrent même une fonction de programmation des heures de chauffage du lait et de rinçage de la cuve. Ils peuvent au choix être équipés de roues motorisées. Les constructeurs Holm&Laue et Urban proposent désormais une option de pasteurisation du lait entier à 63 °C pendant 30 minutes, ce qui permet de réduire nettement la charge bactérienne du lait à leucocytes, de réduire les diarrhées et de faire des économies sur l’achat de poudre. Néanmoins, le lait entier avec un fort comptage cellulaire est moins digeste que du lait sain ou de la poudre.

Les solutions à moindre coût

D’autres solutions plus rudimentaires, à moins de 1.000 euros, évitent malgré tout de porter des seaux ou de mélanger la poudre au fouet à la force du poignet.

Charriot à lait avec ou sans mixeur agrodirect Chariot à lait avec ou sans mixeur. (© Agrodirect )  

Cette cuve inox avec mélangeur de poudre peut aussi être installé sur roulettes. L’idéal est de placer le robinet d’eau chaude au-dessus de la cuve. Cette cuve inox avec mélangeur de poudre peut aussi être installée sur roulettes.
L’idéal serait de placer le robinet d’eau chaude au-dessus de la cuve. (©Terre-net Média)
 

A voir également : l'Allemagne laitière
Cliquez dans la carte ci-dessous pour découvrir d'autres reportages dans des élevages laitiers allemands.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


julie
Il y a 1693 jours
Malgré le fait que le coût d'installation d'un distributeur de lait est plus élevé, je penses que les allemands ont bien raison de miser dessus car c'est un gain de temps considérable et donc d'argent sur le long terme, mais bien évidemment c'est une question de moyen. http://www.distributeursautomatiques.net
Répondre