Dossier Retour au dossier Space 2020

Conseil de nutritionnisteLes 10 points clés pour réussir sa ration

| par | Terre-net Média

Analyser ses fourrages, choisir les bons compléments, calculer la ration, la mélanger correctement et la distribuer de façon homogène... Voilà quelques points essentiels pour l'alimentation du troupeau laitier ou allaitant. Le nutritionniste Yan Mathioux liste ce qui sont pour lui les 10 points clés pour réussir sa ration.

Ration des vaches laitières à l'augePas besoin d'être équipé d'une mélangeuse pour préparer et distribuer une bonne ration, tant que les quelques règles de bonnes pratiques sont respectées ! (©Terre-net Média)

Ayant déjà calculé un grand nombre de rations tant en bovin viande qu'en vaches laitières, le nutritionniste Yan Mathioux rappelle : « La ration calculée doit être celle réellement distribuée, ingérée puis valorisée. » Il liste alors les 10 facteurs clés de réussite pour un bon mélange :

1. 100 % des fourrages analysés

Là-dessus, il recommande plutôt l'analyse sur du fermenté plutôt que du vert pour plus de précisions, sauf dans les cas où le nouveau silo est ouvert rapidement.

Voir aussi sa précédente intervention sur le passage du maïs 2019 au nouvel ensilage sans perturbation

2. Choisir les bons ingrédients

Une fois les analyses de fourrages réalisées, il faut trouver les compléments qui s'y combinent le mieux, surtout pour l'énergie. « Typiquement, avec un ensilage de maïs très sec avec un amidon plutôt avancé, on va mettre une céréale rapide car ça va bien s'emboîter », explique-t-il.

3. Calculer juste, efficace et réaliste

« On essaie ensuite de faire un calcul de ration juste et efficace, mais surtout réaliste par rapport aux capacités du troupeau mais aussi du fourrage disponible. » Le tout en surveillant l'état des bouses pour ajuster si besoin.

4. Peser les ingrédients

Point essentiel : la pesée. Et pour ceux qui ne sont pas équipés, Yan Mathioux recommande le test suivant : « Avec un grand sac de course et un peson, on pèse la part au niveau d'un cornadis au moment de la distribution, afin d'évaluer à peu près la quantité de fourrages mis à disposition par vache. »

5. Gérer l'ordre d'incorporation des aliments

« Si c'est dans une mélangeuse, on garde en tête l'ordre suivant : fourrage long, concentré puis ensilage d'herbe et ensilage de maïs. Si on est en désileuse, on va d'abord dérouler le foin en laissant les vaches bloquées aux cornadis 1 heure environ et ensuite on pose les fourrages puis le concentré. »

6. Une bonne conservation des fourrages

Le fourrage doit être appétent pour que les vaches le mangent dans de bonnes conditions. On peut ajouter un peu de mélasse à la ration si ça manque d'appétence.

En revanche, en cas de problèmes de conservation, notamment d'un silo qui chauffe, le nutritionniste recommande d'appliquer de l'acide propionique sur le front d'attaque, voire -si le problème persiste d'années en années sur le silo d'été- d'investir sur du long terme dans un conservateur d'ensilage.

7. Une ration ni trop sèche ni trop humide

Plus facile à faire à la mélangeuse qu'à la désileuse : la ration ne doit être ni trop sèche (pour éviter le tri), ni trop humide (qui fait chuter l' ingestion et peut causer des problèmes de conservation).

8. Des fibres de qualité et suffisamment coupées

La fibre doit être de bonne qualité, et si possible coupée par la mélangeuse pour limiter le tri. Le tout sans passer sous la barre des 4 cm de long pour éviter de la transformer en bouillie.

9. Une distribution homogène

La ration doit être la même qu'on soit au début, au milieu ou à la fin de l'auge. « C'est le problème classique des mélangeuses surchargées. On a une ration à 16 points de protéines d'un bout de la stabulation et à 10 de l'autre. »

Pour le vérifier, le nutritionniste a une astuce : « Je mets 2 paquets de fraises Tagada dans la mélangeuse au moment où on met les concentrés, puis je regarde au cornadis si on retrouve ces fraises à peu près à chaque place. »

10. Maîtriser les refus

Attention aux refus ! Il ne doivent pas dépasser 5 %, voire moins avec les nouveaux outils qui repoussent la ration automatiquement. D'ailleurs, le nutritionniste estime que 3 passages quotidiens pour repousser le fourrage suffisent.

Pour les éleveurs équipés de robot repousse fourrage, il conseille de programmer des passages à 2 h et 4-5 h du matin. « Pour ceux qui ont en plus un robot de traite, ça va permettre de lisser aussi la fréquentation au robot. »

Retrouvez l'interview complète dans la vidéo ci-dessous :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Et retrouvez tous les conseils de Yan Mathioux sur Web-agri grâce au tag Conseils de nutritionniste

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 17 RÉACTIONS


denis 62
Il y a 26 jours
dur d etre nutritionniste en ce moment
le lait baisse les marges baissent
mais en france des eleveurs pensent que 6.5 e represente une bonne marge sur cout alimentaire
alors que les meilleures sont a 9 euros par vache
Répondre
Jamaa
Il y a 32 jours
Intéressant
Répondre
Patrice brachet
Il y a 32 jours
Pour une fois je ne vais pas être d accord avec tous les commentaires. Yann fait une piqûre de rappel car une majorité d entre nous se fie à son conseiller commercial et je peux vous raconter des camions de rations faites ou cela ne marche pas mais où cela coûte très cher par contre Jonathan je suis totalement d accord on nous prend pour des cons au niveau prix du lait ensuite une analyse c est une image des aliments à disposition et cela aide à la décision. Je fais partie de la démarche éco méthane et on est souvent surpris si on reçoit le lactoscan avant le l analyse du fourrage. L œil de l homme n est pas l infraliseur
Répondre
yan
Il y a 31 jours
Bonsoir Jonathan, Bon on ne peut pas faire plaisir à tout le monde ;) Si vous avez déjà lu d'autres articles, vous verrez que je pousse bcp à l'indépendance des éleveurs, y compris pour qu'ils sachent bien calculer leurs rations eux même sans avoir besoin de moi, ce qui vous plaira. Après je n'ai pas plus que vous de solution pour un prix du lait si bas, si ça n'est d'arriver au conseil le plus triste qu'on puisse donner à certains, arrêter pendant qu'il est encore temps.. Heureusement, dans de nombreuses situations on arrive encore à tenir le choc, en particulier les éleveurs très autonomes sur leur exploitation. J'arrive donc encore à aller travailler tous les jours avec plaisir avec les éleveurs à chercher des solutions efficaces pour progresser. Yan
Répondre
Jonathan
Il y a 32 jours
Amis nutritionnistes, conseilleurs..... Arrêtez votre blabla....avec du lait a 320 /330€ et la meilleur ration du monde....les éleveurs ne gagnent pas leurs vies!!!!!!
Tout est beaucoup trop cher autour de nous.
On a pas besoin de vous et encore moins de vos conseils..... Si vous savez tellement bien produire du lait surtout installez-vous il y a plein de ferme à reprendre !!!!!!!!!!
Répondre
Ben
Il y a 30 jours
Le soja il ne faut pas hésiter à se couvrir, mon prix moyen pour la campagne actuelle est de 363€ rendu en 10t vis !
Répondre
Popeye76
Il y a 32 jours
Tu n'as pas compris c'est tout ce qu'il me forcait a mettre dans l'auge qui me ruinait!aujourd'hui je n'achete plus aucun aliment....qui a les moyens d'acheter du soja a 440 euros tonne rendu par 6 tonnes?produire du lait a 300 euros avec des vaches a 10000litres ne fait le bonheur que des coops et toi tu es leur esclave jusqu'a la faillite ou le suicide....une seule solution autonomie alimentaire stricte sans se soucier de la productivite qui en decoulera.il y a 4 ansmes vaches faisaient 7200 aujourd'hui 5500 mais mon ebe est passe de 52000 a 72000 pour 45 vl sur 67 ha....
Répondre
VB
Il y a 32 jours
tu devais payer vachement cher de contrôle laitier pour que ça t'empêche de gagner ta vie!!!
Répondre
yan
Il y a 31 jours
Bonsoir Popeye, cet article très simple et très classique effectivement n'avait que pour but de redonner 2-3 classiques, pas plus ;) D'autres articles vont intéresseront surement ou l'on a plus travaillé les fourrages et l'autonomie pour prendre de l'indépendance sur votre ferme, ce qui me parait essentiel comme vous. Mais oui une fois qu'on a travaillé tout ça, le prix de lait reste de très loin le facteur ayant le plus d'impact sur vos marges.ET je vous rejoins, la productivité, et l'augmentation de taille n'ont pas souvent permis de mieux gagner sa vie à la fin.
Répondre
Popeye76
Il y a 32 jours
Ces techniciens ne doivent pas avoir besoin de compter quand ils font leurs courses car trop payes....quand va t'on enfin parler rentabilite de la ration avec du lait payé 300euros!!!car un bonne ration est celle qui permet une remuneration digne du travail de l'eleveur!!!j'ai commencé a gagner ma vie le jour où j'ai vire le technicien du controle laitier qui lui ne pensait que productivité! !!
Répondre