Droit de réponseInzo réagit à l'étude de la station de Trévarez sur le concentré de production

| par | Terre-net Média

La société Inzo, fabricant de prémix, minéraux et spécialités de la nutrition animale, réagit à l'étude de la station expérimentale de Trévarez sur l'utilité du concentré de production en alimentation des vaches laitières.

Suite à l'article Concentré de production : un plus qui doit valoir le coût paru le 4 février dernier sur Web-agri, la société de nutrition animale Inzo a souhaité réagir quant à l'efficacité et la rentabilité du concentré de production :

« Les fondamentaux de l’alimentation des vaches laitières reposent sur les piliers classiques que sont les fourrages, l’aliment concentré et l’eau.

L’aliment concentré est indispensable pour couvrir les besoins de production certes, mais également pour valoriser les fourrages. La juste dose doit être apportée aux bons moments du cycle de production. La meilleure valorisation de l’aliment concentré est en début de lactation. Les fortes productrices ont la meilleure efficacité alimentaire.

L’aliment complet proposé par les fabricants d’aliments, principalement proposé sous forme de granulés est un gage de réussite technique et économique. La formulation avec plusieurs matières premières, la possibilité d’utiliser des additifs pour valoriser la ration et les traitements technologiques (granulation, tannage par cuisson…) permettent d’optimiser les valeurs nutritionnelles des formules et de mieux valoriser les fourrages de l’éleveur. L’étude réalisée par CRF (Coopérative Research Farm) montre que pour une même formule d’aliment, l’une présentée en farine et l’autre en granulé, les performances de production sont meilleures avec le lot "aliment granulé". (92 vaches en essai, durée de l’essai : 112 j)

Lot témoinLot essai 2 (74°C)
Lait brut47,8 (a)50,6 (b)
TB (g/kg)35,434,5
TP (g/kg)29,129,1
Eff. alimentaire (kg lait/kg MSI)1,9 (a)2,04 (b)
N du lait (g/l)0,12 (a)0,114 (b)

Les lettres (a) et (b) indiquent que les résultats sont statistiquement différents et que cette différence est bien imputable aux différents traitements (granulation/température) subis par l'aliment.

À retenir : + 2,8 kg de lait, plus de matière protéique (TP identiques), plus de matière grasse produite mais diluée dans plus de lait (TB plus faible mais non significatif).

Et économiquement ?

Pour une vache à 50 kgVariationIncidence éco
Lait brut (kg)+ 2,8 kg (320 €/1 000 l)+ 0,87
TB (g/kg)- 0,9 (2,6 €/pt ref. CILOuest)- 0,114
TP (g/kg)=0
Impact économique+ 0,756 €/VL/j

L’amélioration de production avec un aliment granulé permet de dégager un gain journalier de 0,76 €/j. Ramené à la tonne d’aliment, le différentiel pour des performances égales entre aliment farine et granulé est dans ce cas de 67 €/t. Ce n’est bien sûr pas le différentiel de prix entre un aliment farine et granulé et ce n’est pas non plus le différentiel qui existe avec les matières premières.

D’autre part, la quantité d’aliment n’est pas un critère qui influe sur la marge de l’atelier lait, à la seule condition que les fourrages soient bien valorisés et que la production soit au rendez-vous.

La marge lait moins concentrés (le lait représente 90 % du produit de l’atelier et le concentré 50 à 55 % des charges variables) n’est pas liée à la quantité de concentrés.

En conclusion, l’aliment composé permet d’optimiser l’expression du potentiel génétique des animaux à hauteur des quantités distribuées. Il faut donc respecter les normes de distribution suivantes :

Lait au pic (l/VL)

Concentrés totaux au pic (kg/VL)

Repères Inzo

Rappel normes Inra
2543,5
3066,5
3589,5
401012,5
451215,5
5014

L’aliment composé bénéficie également des critères de sécurité et de traçabilité auxquels l’ensemble des fabricants d’aliments composés sont soumis (Oqalim, STNO….). »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 7 RÉACTIONS


Jean françois
Il y a 68 jours
ici plus de concentré depuis pas mal d'année plus de lait non plus mais de la MSA et des Impôts . Dans les études de groupes ce ne sont jamais ceux qui font le plus de lait par vache qui s'en sortent le mieux . tout ça sont des raisonnement du passé aujourd'hui le prix du lait ne permet de financer quoi que ce soit d'autre que l'éleveur
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 68 jours
En 2012 10680kg/ vaches. Concentrés +minéraux +frais véto 27500€/mois. En2019. 9000kg/vache Concentrés +minéraux +frais véto. 7000€/mois. Je ne ferai pas de commentaires
Répondre
steph72
Il y a 68 jours
…...c'est que la marge doit etre bonne!
Merci à la station de trevarez qui fait prendre conscience que donner de la vl c'est acheter les dernier litres et pousse les vaches pour les rendre fragiles.


Répondre
Innocent
Il y a 68 jours
Inzo conseille les coops sur tous leurs aliments fabrique pour ces dernière et si l une d elle fait du zèle elle est rappellée à l ordre ! Lequel d entre vous n a pas fait un jour une sortie en bus pour aller voir tel ou tel Elevage modèle Eh bien derrière il y avait Inzo alors vous comprenez mieux ?allez dans un salon voirle stand Inzo et là vous verrez la splendeur dans tous ses apparats et la grande bouffe Ont arrose à tous vas
Répondre
steph72
Il y a 69 jours
Ca gene leur commerce ,ils réagissent.

Répondre
Dairymanager15
Il y a 69 jours
Quand une boîte d'alimentation veux donner des conseils..... C'est pour mieux vendre ses aliments et faire des marges sur le dos des éleveurs.
Répondre
Surpris
Il y a 69 jours
On a lâché les lions et ils deviennent fou furieux : vous vous imaginez tous ce travail de com réduit à néant par des pseudo fonctionnaires ‘ ! Eh c est Trévarez qui a raison ! De plus demandez à des routiers ce qu ils livrent dans les usines de granulés et vous serez surpris ! Franchement ça leur fait mal et c est tant mieux fallait bien que cela arrive car quand c est des paysans qui le disent bof mais là c est officiel
Répondre