Bovin viandeEngraisser à l'herbe : oui à condition de faire du stock

| par | Terre-net Média

Le maïs ensilage s'avère compliqué dans certains secteurs au vu des sécheresses qui se répètent et la ration sèche coûte chère. Que reste-t-il comme possibilité pour engraisser des bovins ? L'herbe ? Oui, si elle est exploitée au printemps. Ensilage, enrubannage et foin semblent être les meilleures pistes pour engraisser à bas coût et sans crainte.

Ration d'engraissement des bovins viande à base de fourragesMaïs ensilage/tourteau, ration sèche ou herbe : quelle ration d'engraissement à bas coût ? (©Terre-net Média)

En engraissement, on connaît principalement deux types de ration : ensilage de maïs + tourteau ou la ration sèche. Et l'herbe dans tout ça ? Yan Mathioux, nutritionniste De meuh en mieux (anciennement cabinet BDM) affirme : « On peut miser une grosse partie de l'engraissement sur l'herbe. En revanche, on n'est pas sur du pâturage uniquement, mais aussi sur de l'herbe récoltée. »

Ensilage ou enrubannage d'herbe : ne pas se limiter au pâturage seul

« Au vu du climat, l'ensilage de maïs devient compliqué dans certains secteurs s'il n'est pas irrigué. Mais c'est la même chose pour le pâturage. En revanche, on a plus de chance si on récolte l'herbe au printemps vers avril ou mai », explique Yan. « Bien sûr, il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier et assurer le coup avec plusieurs cultures : légumineuses, ray-grass, mélange multi-espèces, etc. On peut même garder du maïs fourrage dans l'assolement et le récolter en grain si les stocks d'herbe sont suffisants ou l'ensiler si le printemps s'est montré compliqué. »

Parmi les élevages qu'il suit en conseil, beaucoup misent sur l'enrubannage et l'ensilage d'herbe. Il cite la ration suivante comme exemple :

- 28 % foin de luzerne/dactyle (14,5 de protéines)

- 11 % blé (céréale rapide)

- 11 % maïs grain (céréale lente)

- Ensilage ou enrubannage de luzerne

« Là, on est sur des vaches Charolaises avec un GMQ de 1 300 g/j pour un coût de ration de 2 €/j , soit 250 à 260 € pour 120 jours d'engraissement. »

Notant tous les poids carcasse des animaux qu'il suit, Yan donne les moyennes suivantes :

VachesGénisses
Charolaise503,32446,29
Limousine459,34446,24
Salers376,45452,34

Il faut expliquer aux consommateurs qu'on a besoin de stocker des fourrages, comme eux stockent des légumes en conserves : c'est pareil !« Si les consommateurs réclament des animaux au pâturage, il faut leur expliquer que ça ne suffit pas, qu'on a besoin de stocker du fourrage afin d'alimenter le troupeau toute l'année. C'est le même principe que la boîte de conserve ! »

Quant à la finition à l'herbe qui fait parfois débat entre les éleveurs, Yan affirme : « C'est compliqué au pâturage pur et cela limitera la période de finition aux mois de mars, avril et mai. Si on engraisse à l'enrubannage ou à l'ensilage d'herbe, c'est plus facile à piloter puisqu'on connaît les valeurs alimentaires des fourrages et on peut amener de la céréale si besoin. »

Retrouvez les explications de Yan Mathioux (De meuh en mieux) lors d'une interview au Space :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 6 RÉACTIONS


Maxou79
Il y a 12 jours
Salut ! A la maison on fait de l herbe depuis toujours! Je viens de m installer avec 140 va limousines en conversion bio sur 150 ha .Cette année j ai voulu faire 3.5 ha de mais pour repousser mes broutards! Résultat il a fait 6 a 7 t de ms et c est le voisin qui l a ensile car il n y avait que 35 a 40 qtx de grain. En revanche, l herbe a fait 7.5T pour les mau aises prairies et on va finir a plus de 9T pour les meilleurs! 3 pâturages plus 1 a 2 fauches. Je préfère recolter très jeunes car la valeur est au top et c est vraiment des gains énormes de concentrés apres! Des betteraves comme énergie. Et le tour est joué! Et puis franchement n avoor aucune bête en bâtiment 4 mois dans l année! C est vraiment cool!
Alors l herbe? Je ne reviendrais jamais en arrière! Pour moi le maïs c est terminé!!!
Répondre
44
Il y a 3 jours
Oui tu a raison mais le tourteau pour corriger coûte plus cher. Si tu corrige via différents source de fourrage et bon co produits tu a moins de problème sanitaire de meilleure perf et une net amélioration de ta marge. En engraissement jb du moins .la différence et énorme je re vie malgré une année maïs compliquée
Répondre
tintin
Il y a 17 jours
attention avec l herbe !!
oui si on peut la faire pâturer dans ce cas les coûts sont très bas c est un produit équilibré reste a s avoir l utiliser avec des paddocks etc ...mais je dis non si c est sur une politique de conserve.
l herbe coûte très cher des que l on sort le tracteur.pour amortir les frais d une coupe d arrière saison en enrubannage a 1.5t/ha il faut avoir fait du paturage avant si non le cout de meca va s envoler
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 17 jours
Terminé je comprends ton amertume car nous on est passé à 2 doigts et c est jamais gagné d avance. Mais je crois que l on a dépassé ( sans le savoir) les bornes et il est encore temps de rattraper. Moi je suis un vieux c... et j ai un petit fils donc la bagarre lui est dédiée On ne doit plus continuer à nourrir nos animaux comme il y’a 20 ans Pour le lait on fera baisser les volumes et l on déplacera le curseur du prix. Cela c est une volonté mais réellement combien sommes-nous a avoir cette envie ?
Répondre
Terminé
Il y a 17 jours
De la technicité sur l engraissement avec de l herbe, à chacun son système, reste que l herbe reste ingrat pour sa régularité de qualité et conditions de récoltes avec plus de main d'œuvre, qui la paie encore une fois ? L eleveur en travaillant encore plus..
Chaque technique d alimentation à ses atouts et inconvénients de toutes façons il faut mettre en quantité et en qualité à la gueule de l animal. Quelque soit les types de ration il y aura toujours un coût au final qui de toute façon se ressemble.
Expliquer au consommateur la bienveillance qu on les producteurs envers leurs animaux qu il faut faire de la conserve être le plus transparent possible etc toujours se justifier va vite devenir fatiguant, ce n'est pas l eleveur qui en profite mais la grande distribution. L argent disparaît incroyablement depuis l animal sorti nickel de l exploitation et dans l assiette du consommateur. Le malaise il est là, entre la sortie et l assiette c'est fois 5, fois 6 et bien plus... Cela devient un luxe pour un consommateur d acheter de la viande rouge chez un boucher ou même en gms, le prix à considérablement augmenté, alors que celui du producteur à littéralement baissé en valeur constante!
Nous avons progressé avec les techniques des rations efficaces des machines mais là nous sommes arrivés à un point de non retour ce n'est plus audible tout cela. Allez demander aux banques si elles financent les élevages aujourd'hui ? Encore un chez moi et ailleurs vient d être refusé par la banque. L engraissement n est plus rentable en France.
Sauf par la coopérative qui va acheter votre ferme et vous faire engraisser 600 ou 700 bovins voir plus avec bâtiments neufs... L eleveur va donner toute son énergie et son image pour sa transparence sur son élevage etc.. Et l argent le bénéfice va encore être capté par le transformateur et le distributeur.
Faut bien réfléchir aujourd'hui quand à la question de l élevage aujourd'hui tant sa rentabilité est catastrophique.
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 17 jours
Bien expliqué ! En effet avec de la bonne herbe et des céréales produites sur la ferme on peut égaler du maïs ensilage / soja . Quand on voit le reportage d hiér soir sur la cinq ceux qui n ont pas pris le tournant devraient s y pencher Bon après Yann a raison il faut faire du stock et faire du stock des fois c est complexe mais c est faisable. Après si demain on veut être encore là pour nourrir les autres il va falloir changer le fusil d épaule Nous on a franchis le cap et ça roule tout seul ( seul bémol plus de taf au moment des récoltes) mais le jeu en vaut la chandelle et hier soir on ne s est pas senti concerné et je vous avoue cela me faisait du bien ce reportage
Répondre