Maïs fourrageAttention au risque mycotoxines

| par | Terre-net Média

Cette année, avec un hiver doux et humide suivi d'un printemps sec et chaud, le risque mycotoxines est présent dans les maïs.

Cette année, le risque mycotoxines dans les maïs est bien présent à cause de l'hiver doux et humide qui a favorisé le développement des champignons puis du printemps chaud et sec qui a induit la production des toxinesCette année, le risque mycotoxines dans les maïs est bien présent à cause de l'hiver doux et humide qui a favorisé le développement des champignons puis du printemps chaud et sec qui a induit la production des toxines. (©Biomin)

Les mycotoxines, substances toxiques produites par des champignons contaminant les cultures, peuvent altérer la santé des animaux et causer d'importantes pertes économiques. Chez les bovins, elles affaiblissent le système immunitaire, ralentissent le GMQ des animaux en croissance et impactent le fonctionnement du rumen. Au final, elles ouvrent la porte aux pathologies.

L'entreprise Biomin, qui travaille depuis 30 ans sur la captation et la désactivation biologique des mycotoxines, met en garde les éleveurs face au risque élevé cette année dans les ensilages de maïs. En effet, l'hiver doux et humide a favorisé le développement des champignons puis le printemps chaud et sec a induit la production des toxines. L'entreprise recense aujourd'hui 400 mycotoxines différentes dont les principales sont classées en six familles : Aflatoxines, Trichothécènes, Fumonisines, Zéaralénone, Ochratoxines et Alcaloïdes d’ergot.

En tant qu'éleveurs, vous pouvez réaliser une analyse de fourrage (le jour de l'ensilage ou après fermentation au silo) afin de vérifier la présence de ces indésirables. Biomin préconise de faire une LC-MSMS (chromatographie en phase liquide et spectrométrie de masse) qui permet de donner la quantité exacte de mycotoxines présentes dans le fourrage pour un coût d'environ 160 €. En fonction du résultat, il peut être pertinent de s'orienter vers des capteurs-fixateurs à distribuer dans la ration qui vont se lier à certaines mycotoxines ou les transformer grâce à des enzymes afin de les inactiver.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article