25Juillet
2016
Confort des vaches en été

Les Québécois expérimentent une ombrière mobile au pâturage

Par temps chaud et plein soleil, les vaches au pâturage sont sensibles au stress thermique et à la déshydratation. Une étude québécoise a testé l'effet d'ombrières mobiles sur les comportements des vaches laitières hautes productrices. L'accès à l'ombre modifie nettement le comportement des bovins, mais semble avoir peu d'effet sur la production de lait.

27Juin
2016
Une ration fraîche en plein été

Le mélange complet d'aliments au silo limite les échauffements

Les vaches laitières comme les silos d'ensilages craignent la chaleur. En période de stress thermique en été, la production chute en moyenne de 3 litres/j à alimentation constante. Le BTPL nous emmène en Moselle, dans un grand troupeau qui fait appel à une entreprise de mélange à la ferme. Une mélangeuse de 45m2 vient mixer ensilages de maïs et d'herbe, drêches et maïs épis dans un même silo. Ce mélange permet de gagner du temps au quotidien, d'apporter une ration régulière et très stable même en période de fortes chaleurs.

14Juin
2016
Compta gestion

L'indispensable budget prévisionnel de trésorerie

Le budget de trésorerie est un tableau qui répertorie les recettes et dépenses, ainsi que le solde bancaire d'une exploitation. C'est un outil facile à utiliser et personnalisé à l'exploitation. Il a le mérite supplémentaire d'obliger à prévoir recettes et dépenses et d'anticiper les périodes creuses, plutôt que de les découvrir a posteriori et donc de les subir sans pouvoir réagir. Voici les conseils du BTPL pour piloter son élevage au quotidien à l'aide du budget prévisionnel de trésorerie.

30Mai
2016
Efficacité alimentaire du foin

Choisir du foin fibreux et appétent pour les laitières

Produire du foin, oui mais encore faut-il qu'il apporte des nutriments et des fibres efficaces pour des vaches laitières en lactation. A chaque ration correspond des types de foins différents : par exemple plutôt « diététique » à base de fétuque et de fléole, ou plutôt « nutritionnel » à partir de luzerne et de dactyle. Pour Stéphane Sagorin, ingénieur au BTPL, produire de la fibre efficace et de qualité sur son exploitation, c'est possible et un foin adapté pour améliorer la valorisation de la ration.


19Avril
2016
Traite

La traite, un travail d'équipe entre la vache et le trayeur

Traire une vache, ce n'est pas simplement extraire le lait de la mamelle avec une machine à traire. Sans une participation active et coordonnée entre la vache et le trayeur, la descente du lait ne se produit pas de manière satisfaisante. Conséquences : des trayons abîmés, des vaches qui perdent du lait et des risques accrus de mammites. Le BTPL explique que l'objectif est d'instaurer une routine de traite pour stimuler la mamelle et provoquer le pic d'ocytocine dans le sang au bon moment, soit 30 à 45 secondes après le lavage et le tirage des premiers jets.

18Janvier
2016
Étalement des vêlages

Comment linéariser la production de lait sur l'année ?

Linéariser la production de lait implique de répartir les vêlages d'une manière plus homogène sur l'année et notamment sur le printemps. Quelles seront les conséquences sur la conduite des génisses et des multipares ainsi que sur les aspects de travail ? Les réponses du BTPL.

4Janvier
2016
Nutrition minérale des vaches laitières

Distribuez-vous la juste dose de minéraux, vitamines et oligoéléments ?

Vouloir diminuer le coût alimentaire en réduisant la complémentation minérale et vitaminée (CMV) est risqué pour la santé des animaux à moyen et long termes. Par contre, des excès, des formules inadaptées ou des aliments « tout en un » peuvent parfois entraîner des surcoûts plus ou moins justifiés. Le BTPL détaille les besoins d'une vache laitière en fonction de sa ration.

14Décembre
2015
Compétitivité en élevage laitier

Vaut-il mieux être plus productif ou plus efficace ?

« Perte de compétitivité », « il faut améliorer la productivité des élevages », « il faut être plus productif... Produire plus et mieux, ces injonctions sont revenues tout l'été dans les discours et les médias. Le BTPL s'interroge : les projets d'avenir sont une course à l'agrandissement, le travail augmente, et pourtant, l'augmentation de la productivité améliore-t-elle la situation financière ? Permet-elle de vivre mieux et plus heureux ? Peut être qu'avant d'améliorer la productivité, il serait plus judicieux d'améliorer l'efficacité !

20Novembre
2015
Exploitation d'ex-Allemagne de l'Est

La famille Meiners envisage de doubler son troupeau de 640 vaches

Dorothée et Eckhard Meiners ont acheté une ferme coopérative d'Allemagne de l'Est de 170 vaches après la chute du mur. Aujourd'hui, leurs 22 salariés traient trois fois par jour près de 640 Holsteins à 11 300 kg de lait/VL. Demain, ils ont l'intention d'atteindre 1 400 vaches, voire peut-être davantage.

6Novembre
2015
Exploitation d'ex-Allemagne de l'Est

2 250 vaches laitières hautes productrices à la ferme Gut Hohen Luckow

Dans le nord-est de l'Allemagne, la ferme Gut Hohen Luckow a compté jusqu'à 265 employés ! Sur 2 000 hectares, cette ancienne exploitation d'Etat élève aujourd'hui 2 250 vaches laitières à plus de 10 500 kg de lait par lactation. Une entreprise dont la priorité reste avant tout ses vaches et ses 65 salariés.

30Octobre
2015
Histoire de l'Allemagne laitière

De la ferme d'Etat à l'agrobusiness, les entrepreneurs regardent vers le futur

Un siècle d'histoire a modelé les exploitations laitières allemandes. Les entrepreneurs aujourd'hui à la tête des grandes exploitations de l'Est anciennement communistes, ont fait de l'Allemagne le premier producteur de lait d'Europe. L'occasion pour les 265 éleveurs du réseau European Dairy farmers de se comparer à leurs collègues allemands.

23Octobre
2015
Acétonémie en début de lactation

Le propylène glycol, seulement pour les vaches qui en ont besoin

Le propylène glycol, ou monopropylène glycol, est un précurseur du glucose qui permet de combler le déficit énergétique en début de lactation lorsque le risque d'acétonémie (ou cétose) est le plus élevé. Mais le traitement systématique peut coûter jusqu'à 3 ¤/1 000 l. Mieux vaut donc tester l'acétonémie, travailler l'alimentation des taries et ne donner du propylène qu'aux vaches qui en ont besoin.