FoinLa qualité du foin au-delà de la récolte.

| Paysan d'Auvergne

-Il est préalablement préférable, au moment de la récolte, d'opter pour une hauteur de coupe du fourrage plus haute qu'une coupe à ras.

En effet, une coupe basse réduit la valeur nutritive du fourrage car la partie basse n'est pas la plus riche. De plus c'est la partie la plus souillée et la plus humide ce qui par conséquent augmente le temps de dessiccation.
-La mesure de l'humidité du fourrage avant le pressage en andain permet d'emballer un foin sec. Cette mesure est effectuée à l'aide d'une sonde hygrométrique. Lorsque l'humidité est inférieure à 20 %, les bottes peuvent être rentrées, entre 20 et 25 % également, mais une surveillance de la température est indispensable pendant trois semaines à raison de deux vérifications par jour. Quant à l'enrubannage, il est possible lorsque le taux est supérieur à 30 %.
-Pour le séchage en grange, il faut veiller à ce que la première couche de foin soit au maximum d'1m50 de hauteur. Les couches suivantes pourront atteindre 2 mètres. Il faut également prendre garde à ne pas tasser le foin qui aura alors plus de mal à sécher. Les brins sont d'une bonne longueur entre 20 et 25 centimètres.

Source: Le paysan d'auvergne. N°2261 d'avril 2001
La volonté paysanne.du 3 mai 2001
L'avenir agricole et rural.du 04 mai 2001




Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article