Mise aux normesLa récupération des déjections bovine progresse mais reste insuffisante

| AFP

PARIS, 15 juin 2004 (AFP) - La récupération des déjections animales progresse grâce à une augmentation des stabulations libres (où les animaux peuvent se déplacer) dans les élevages bovins mais reste insuffisante en France, selon une enquête publiée mercredi par le ministère de l'Agriculture.

Le stockage des effluents liquides comme le lisier, le purin ou encore l'eau de lavage des installations de traite n'est pas encore généralisé dans les 208.000 exploitations concernées, selon l'étude menée par le Service central des études et enquêtes statistiques (SCEES).

Fin 2001, près de 86.000 exploitations ne possédaient pas de fosse pour les stocker. La réglementation imposait pourtant des ouvrages aptes à conserver les volumes d'effluents et de déjections produits pendant une période d'interdiction d'épandage d'au moins quatre mois pour les installations classées, souligne cette enquête.
Les 122.000 exploitations équipées d'une fosse stockent le plus souvent du purin seul, parfois associé à des effluents des salles de traite ou à du lisier. Mais seulement 58.000 peuvent conserver l'équivalent de quatre mois d'effluents.

En modernisant leurs bâtiments les éleveurs bovins choississent de développeer les stabulations libres où les bovins peuvent se déplacer et disposent le plus souvent d'un couchage sur paille. En 2001, on dénombre 70% des places offertes aux bovins en stabulation libre contre 59% en 1994. Près de 336.000 bâtiments d'élevage bovins sur 510.000 ont été construits avant 1980. Seuls 101.000 ont fait depuis l'objet d'un aménagement.

Le premier programme du plan de maîtrise des pollutions d'origine agricole (PMPOA), qui a commencé en 1994, encourageait les éleveurs à améliorer la gestion agronomique de leurs effluents. Un deuxième programme a démarré en 2002 et devrait se terminer en 2010.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article