ZNT et chartes riverainsRéduction des distances possible dans plus de 25 départements

| par | Terre-net Média

Si la pandémie de Covid-19 retarde la consultation autour des chartes départementales, qui permettent de réduire les distances de non traitement à proximité des habitations à certaines conditions, plus d'une vingtaine de départements ont déposé leur charte en préfecture et peuvent appliquer immédiatement des distances réduites, a indiqué la FNSEA le 1er avril.

Les chartes riverains sont applicables dans plus d'une vingtaine de départementsLes chartes riverains sont applicables dans plus d'une vingtaine de départements (©Nadège Petit @agri_zoom)

Malgré les difficultés liées à la crise actuelle, les agriculteurs et les organisations agricoles travaillent à l’élaboration de chartes départementales qui permettent de réduire les zones de non traitement (ZNT) à proximité des habitations à 3 mètres en cultures basses (au lieu de 5 mètres) et à 5 mètres en cultures hautes (au lieu de 10), sous certaines conditions, a expliqué le 1er avril Christian Durlin, administrateur de la FNSEA et responsable du dossier environnement du syndicat.

Pour être valides, « il faut que ces chartes aient été élaborées et lancées en consultation, et qu’elles prévoient les dispositifs de réduction des traitements », explique-t-il. « Pour nous, c’est important que la consultation continue, pour que les agriculteurs puissent fonctionner en toute sécurité dans leurs exploitations ». Dans le contexte actuel, le lancement de la consultation a pu prendre plus de temps que prévu, mais « à partir du moment où la charte est déposée en préfecture et que le préfet constate que les dispositions prévoient la mise en œuvre de dispositifs de réduction des dérives et la communication, comme prévu dans la réglementation, il fait un récépissé de cette charte et ce récépissé vaut date de démarrage de l’application de la charte, dans l’attente de la concertation publique », ajoute Christian Durlin.

Ainsi, à ce jour, plus d’une vingtaine de départements (les départements bretons, normands, du Centre, des Pays de la Loire, ainsi que l’Hérault, la Drôme, les Landes, le Nord et le Pas-de-Calais) ont pu soit lancer la consultation publique, soit déposer leur charte en préfecture, autorisant dans les faits la réduction des distances d’épandage, indique la FNSEA.

Compensation, réciprocité... Des questions toujours en suspens

Pour autant, un certain nombre de questions restent sans réponse de la part des pouvoirs publics, notamment celle de la compensation économique. « Sur ces zones non traitées, il va y avoir un manque à gagner », rappelle Christian Durlin. Or, pas question pour le moment d’indemnisation des agriculteurs.

La FNSEA est également particulièrement vigilante sur le sujet des nouveaux terrains constructibles et des zones en construction : « la question de la réciprocité se pose, car il faut éviter une double peine pour les exploitants », qui pourraient subir à la fois l’emprise liée à l’artificialisation des terres, et les conséquences économiques de ces zones de non traitement, explique Christian Durlin. « On attend des réponses assez rapides, car sur le terrain, ça devient très compliqué », ajoute-t-il...

Enfin, le syndicat attend aussi les résultats des travaux de l’Anses, qui doit étudier la validité d’autres dispositifs de protection des populations, « pour revoir l’annexe 4 de l’arrêté qui permettrait de réduire au-delà des 3 mètres et 5 mètres » ces ZNT, indique Christian Durlin.

Retrouvez également le RDV Agri consacré au sujet sur la chaîne Youtube de Thierry agriculteur d'aujourd'hui avec Christian Durlin.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


Marygi
Il y a 192 jours
Les ZNT . C'est la 3eme fois en moins de 2 mois que l'agriculteur dont le champs jouxte mon terrain traite sans laisser de distance alors que je suis dans mon jardin et que l'air empeste les produit déversé. Et pourtant je suis une fille de la terre, et je suis convaincu que les pesticides ont eu une grande incidence sur la santé des femmes de ma familles.....
Répondre
erick28
Il y a 235 jours
les znt , c'bien , mais ca s'aplique a qui ?
quand ce sont les riverains eux meme qui désherbe les bordures de leur propriétés a nu . ( j'ai des photos , mais je ne peu pas les mètres ici . ) .
et quand ces memes voisins ,qui sont des parigos benne leur dechets de tonte en bordure ?
alors , les znt .
Répondre
fab
Il y a 237 jours
Certaines hommes n’apprennent jamais de leurs erreurs...
Un bilan de plusieurs millions par an pour la pollution ou la turbeculose (mais ca ne fait pas le buzz du moment et ne permet donc pas de faire osciller les bourses) contre moins de cent-mille pour le COVID, et pourtant, devinez lequel permet de tout changer tres rapidement et debloquer des milliards de $ !?
Tant que medias et politiques n'auront pas de vrai démarches scientifique, nous courrons a notre propre perte...
Répondre
rabolio
Il y a 237 jours
Peut être que maintenant les riverains vont justement demander d'approcher plus prêt.
Il suffirait de dire (avec conviction..) que les produits de traitement sont efficaces pour lutter contre le virus.
Répondre
Massol
Il y a 238 jours
Et pourquoi pas jusque dans leur cuisine ,dans leur slip.vive la productivité surtout si on l’achete pour la revendre et tant pis si on en crève !!!!!!!!
Répondre