Crise du porcXavier Beulin demande une réponse européenne « d'urgence »

| Afp

Paris, 12 août 2015 (AFP) - Le président de la Fnsea Xavier Beulin a réclamé mercredi « d'urgence » une réponse européenne à la crise que connaît la filière porcine redoutant une absence prolongée de cotation qui serait une « catastrophe ».

Il a demandé sur la radio Rtl que « la Commission européenne et le conseil des ministres européens, sans attendre le 7 septembre, puissent prendre des mesures exceptionnelles de dégagement du marché pour soutenir les cours », sans autre précision.

Une réunion du Conseil européen de l'agriculture doit se tenir le 7 septembre. « C'est trop tard », juge Xavier Beulin, en ajoutant que l'absence de cotations jusqu'à cette date serait « une catastrophe ».

Depuis lundi, les deux principaux acteurs de l'abattage de porcs, Bigard et la Cooperl ont suspendu leurs achats au marché au cadran de Plérin jugeant que le prix convenu au sein de la filière d'1,40 euro/kilo était intenable pour les abattoirs, comparé aux prix pratiqués en Allemagne ou en Espagne.

Sur Rfi, la vice-présidente de la Fnsea Christiane Lambert a de son côté une nouvelle fois dénoncé la concurrence des éleveurs allemands et espagnols. « Il faut qu'on travaille à armes égales », a-t-elle déclaré. « Allégeons nos normes sociales, sanitaires environnementales, alignons-les sur nos concurrents. C'est comme si vous mettiez sur un ring un poids lourd et un poids plume », a-t-elle lancé. « L'Allemagne et l'Espagne assoient leur réussite sur des pratiques (sociales, ndlr) inexplicables et intransposables dans notre pays », a-t-elle dénoncé. Elle a par ailleurs souligné le poids de l'embargo russe, « un point très important et qui pèse », précisant que les éleveurs français exportaient avant les sanctions « beaucoup de viande de porc vers la Russie » notamment des pièces peu consommées en France. « Ceci a ajouté une crise à la crise », a-t-elle estimé.

Les producteurs français doivent aussi faire face à l'afflux de viande de porc en provenance d'autres pays européens car « toute la marchandise qui n'est plus exportée vers la Russie » se retrouve sur le marché européen, ajoute Xavier Beulin.

Mercredi, le groupe Carrefour a indiqué qu'il continuerait à répercuter « à l'achat les hausses de prix demandées notamment pour le porc à hauteur de 1,40 le kg », au lendemain d'engagements dans le même sens des enseignes E.Leclerc, Intermarché et Casino.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


PATMAL
Il y a 1582 jours
qu' attendent les éleveurs de porcs pour bloqué les sites de productions de COOPERL et BIGART
Répondre