InaugurationVisites de François Fillon et de Michel Barnier au Space à Rennes

| par Frédéric Hénin | Terre-net média

Voici les principales étapes de la visite du salon de l'élevage du premier ministre et du ministre de l'agriculture.

Neuf heures trente, mardi 9 septembre. François Fillon et Michel Barnier sont arrivés au Space pour passer deux heures à déambuler dans les allées et les halls du salon.

Les deux ministres, anciens élus de terrain, ont commencé à parcourir les allées du salon en visitant le hall où étaient exposés les animaux.

Deux éleveurs de Blonde Aquitaine et de Rouge des près ont présenté leur taureaux au premier ministre qui n’a pas hésité à poser la main sur leur croupe.

Monsieur Didier Dukard, propriétaire du taureau Blonde d’Aquitaine « Bravo » de trente mois s’est entretenu avec Mr Fillon. Il lui a fait part de ses préoccupations sur son exploitation: augmentations des charges, stagnation des prix des bovins, épidémie de la Fco.

Mr Jaffré de l’Earl Jaffré et propriétaire du taureau Rouge des près a rappelé à François Fillon que l’Aoc Maine–Anjou Rouge des près fêtait cette année ces 100 ans. L’éleveur du Loir-et-Cher lui a remis à cette occasion un tee-shirt.


Passage dans les allées du hall des bovins pour les deux ministres
 (© Pierre Boiteau, Terre-net Média)
Durant la première heure trente de sa visite, le premier ministre est passé devant le stand des haras nationaux, puis s’est attardé devant des vaches normandes où ils se sont entretenus avec les éleveurs propriétaires.

De nombreuses poignées de main avec les visiteurs sur le salon. Ces derniers apprécient l’intérêt que les deux ministres portent à l’élevage.

Nouvelle étape, le stand du Groupement développement sanitaire (Gds) de Bretagne. Mr Le Provost, directeur, et Mme Monique Weber, vice présidente ont fait part aux ministres des problèmes rencontrés pour éradiquer l’épidémie de Fco dans la région. Si l’Ille et Vilaine a pu vacciner 80% de son cheptel, seuls 40% des animaux l’ont été dans les trois autres départements bretons. La livraison de nouveaux vaccins accuse un retard d’un mois. Résultat, l’épidémie s’est développée cet été dans la région.

Les deux responsables du Gds redoutent à moyen terme les conséquences économiques dans chacune des exploitations touchées par l’épidémie : retard de croissance et de fertilité des animaux, faiblesse des prix de vente alors que les charges d’aliments ont augmenté. Les traitements antibiotiques sont efficaces mais ils n’effacent pas les dommages indirects causés par l’épidémie.

Poursuite de la visite dans les allées

Michel Barnier s’attarde quelques minutes avec quatre étudiants en Bts-productions animales du lycée de Laval . L’un d’entre eux souhaite s’installer : « En apprenant que je souhaite m’installer, le ministre m’a encouragé, conscient des obstacles que je vais rencontrer pour réaliser mon projet », déclare t-il. Les trois autres veulent poursuivre leurs études en entamant un cycle d’ingénieur ou de licence.

Quelques minutes plus tard, arrêt et entretien avec Monsieur Huttepain, directeur de Ldc-Amont. Le directeur du groupe a expliqué aux ministres que la filière avicole n’était pas épargnée par la baisse du pouvoir d’achat des français. La consommation de viande fléchit alors que les charges des éleveurs ont fortement crû (énergie, aliments). A cela s’ajoute les importations de poulets brésiliens en Europe et les distorsions en matière de règles sanitaires qui existent entre les pays.

« Le ministre m’a déclaré être, avec son ami Jean Michel Lemétayer, très sensibilisés par l’importance stratégique que représente l’agriculture pour l’économie français », a affirmé Mr Huttepain.

Le directeur LDC se satisfait d’une certaine manière de l’absence d’accord à l’Omc. La fin des restitutions est préjudiciable à la filière avicole. « Il faut limiter les importations de volailles destructrices d’emplois et privilégier la stratégie des "quatre F": né en France , élevé en France, nourri en France et transformé en France», déclare t-il.

Il est onze heures quinze, les deux ministres poursuivent leur visite pendant encore 30 minutes avant de regagner le chapiteau du salon où François Fillon prononcera son discours.

Pour en savoir plus : informations, palmarès des concours, nouveautés des exposants, témoignages de visiteurs, vidéos, etc : le Space est à suivre en direct sur Internet : dossier spécial Space 2008 à découvrir en cliquant ICI.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article