Filière laitièreUne hausse de 4 centimes par litre de lait a été actée

| Afp

Paris, 24 juil 2015 (AFP) - Les producteurs de lait ont arraché une hausse des prix du lait a minima qui leur permettra de couvrir leurs frais, à l'issue de trois heures de discussion avec leurs partenaires au ministère de l'Agriculture. La France réclame un soutien de Bruxelles aux producteurs et une revalorisation du prix d'intervention du lait.

LaitLe prix du lait doit passer à 340 €/1.000 litres. (©Terre-net Média)

Comme il l'avait fait mi-juin pour la viande bovine, Stéphane Le Foll les a réunis vendredi avec les industriels et les distributeurs pour les accorder sur cette hausse devenue indispensable alors que les éleveurs bloquaient dans la matinée plusieurs laiteries de l'Ouest, en Vendée et dans la Manche.

Il a été convenu que le lait ne pourra leur être payé moins de 340 euros les 1.000 litres, soit une augmentation de 4 centimes par litre par rapport au niveau actuel. « L'impact sur le consommateur sera de quelques centimes », a souligné Stéphane Le Foll en sortant de la réunion. « C'est un effort qu'on demande pour pouvoir passer cette crise. Les prix ne vont pas se mettre à flamber ». L'association de consommateurs Familles rurales prend d'ailleurs ses distances en indiquant que la grande distribution « invoque régulièrement l'argument du pouvoir d'achat et du prix le plus bas ». Mais « les consommateurs refusent d'être un alibi pour justifier des pratiques commerciales contestables conduisant à l'étranglement des producteurs de notre pays ». 

« Cette hausse va nous permettre de couvrir nos frais ; elle ne nous satisfait pas mais elle permet au moins ça », a indiqué de son côté le président de la fédération des producteurs (Fnpl) Thierry Roquefeuil. « On ne règle pas tous les problèmes aujourd'hui », a-t-il ajouté en réclamant des mesures au niveau européen.

Car l'accord ne porte pas sur l'ensemble des débouchés des producteurs de lait, mais uniquement sur le beurre, la crème, le lait, les yaourts nature et l'emmental vendus sous marques distributeurs ou premier prix. Il exclut aussi les produits destinés à l'export. Les industriels du lait ont donc rapidement fait savoir qu'il leur était « impossible » de garantir un prix minimum d'achat. Même s'ils s'engagent à reverser aux éleveurs les hausses consenties par la grande distribution. « D'une entreprise à l'autre, les choses sont très compliquées dans la filière. Certains sont spécialisés dans le fromage, d'autres dans le lait, et aujourd'hui il ne peut y avoir le même chiffre pour tout le monde », reconnaît d'ailleurs Thierry Roquefeuil. Les syndicats minoritaires accueillent fraîchement l'accord négocié sous l'égide de la puissante Fnsea : « un prix politique pour éteindre le feu », estime la Coordination rurale, prête à agir contre les importations de lait qui ont récemment augmenté. 

Sans appeler à la suspension des mouvements de colère, Xavier Beulin, président de la Fnsea, a « insisté sur l'état d'esprit très constructif, à la recherche d'une solution durable au moins jusqu'à la fin de l'année » des participants. « Chacun a pris conscience qu'après plusieurs mois de déflation des prix alimentaires , il est temps de faire un peu de rattrapage sur les prix des produits alimentaires ».

Après quelques mois d'embellie en 2014, les prix du lait sont repartis à la baisse depuis décembre dernier, déprimés par un contexte mondial défavorable dont la fin des quotas européens en avril, après 30 ans de régulation. « Il est évident que les producteurs ne peuvent continuer en l'état actuel des choses », avait prévenu Thierry Roquefeuil avant la réunion.

Pour le ministre, il s'agissait surtout, par cette réunion au grand complet, d'« envoyer un message à l'ensemble des producteurs laitiers » qui se sont particulièrement mobilisés en début de semaine en Normandie, leur principal bassin de production.

Conseil européen le 7 septembre

Simultanément, Stéphane Le Foll s'est tourné vers l'Europe : après avoir appelé jeudi plusieurs de ses homologues dont les pays traversent une crise similaire (Italie, Belgique, Allemagne, Irlande et Luxembourg, Etat qui préside actuellement le Conseil européen), il a obtenu la convocation d'un conseil européen des ministres de l'Agriculture le 7 septembre.

La France réclame un soutien de Bruxelles aux producteurs et une revalorisation du prix d'intervention du lait : ce mécanisme de soutien européen, activé en cas d'effondrement des cours, ne se déclenche actuellement que lorsque le prix tombe à 22 centimes le litre. Outre la fin des quotas, l'embargo russe sur les produits agroalimentaires a contribué à engorger le marché européen, alors que la demande chinoise, en pleine croissance depuis 2010, s'est brusquement réduite de moitié en poudre de lait.

Mais les éleveurs français refusent de se sentir les seuls otages du marché mondial. « On ne peut pas dire aux producteurs qu'ils doivent évoluer dans un contexte mondialisé et garder des charges sociales ou fiscales typiquement françaises. En ce cas, on veut aussi des charges mondialisées », se défend Thierry Roquefeuil qui espère une mise à plat de « l'ensemble des charges pesant sur les exploitations ». Pour lui, « il faut un effort de la part des distributeurs comme des transformateurs et, dans une moindre mesure, du consommateur ».

En dépit des négociations intenses et de la mobilisation des autorités, les éleveurs ne semblent pas prêts à désarmer vendredi soir. La Fnsea prévoit dans les jours qui viennent une série d'actions contre la grande distribution, les coopératives ou les laiteries. Quant aux Jeunes Agriculteurs, qui ont pris pour cible le charcutier Cochonou sur le Tour de France pour dénoncer ses « saucissons pas de chez nous », ils entendent bien une dernière fois le bloquer pour l'arrivée de l'épreuve dimanche à Paris.

Pour suivre l'évolution des manifestations, cliquez sur :  Suivez en direct l'évolution des manifestations des éleveurs normands

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


stéphane
Il y a 1601 jours
Demandez aux producteurs suisses comment s'est passé la suppression des quotas?
Volume exedentaire sur le marché mais prix bas pour producteurs.
Ceux qui croyaient s'en sortir en produisant plus vont revenir à la dure réalité,le prix ne couvre toujours pas les charges.
Et c'est pas faute d'avoir été averti par les utopistes qu'une il y aurait une crise comme celle de 2009
Répondre
Christophe DISS
Il y a 1601 jours
Ils l'ont voulu ils l'ont eu le marché libre. Maintenant, plus personne ne sera responsable de rien. C'est fou non ? La planète laitière européenne avait pourtant suffisamment était prévenue par des producteurs de la base. Les allemands et les pays du Nord de l'Europe ont tout fait pour que les mécanismes de régulation des volumes ne se mettent pas en place dans l'après quota. En première ligne, les lobbies des laiteries accompagnés en force par les organisations de producteurs "représentatives" et "majoritaires" de ces pays. Il ne sera pas anormale que des reproches leur soit adresser dans les prochains temps. Merci à eux ! (Si vous les voyez gesticuler en pleurnichant, il faudra le leur rappeler).
Répondre
Pierre Deblon
Il y a 1601 jours
Mes amis Francais, voici le dernier communiquer de ma cooperative Arla. Mon exploitation est à proximité de l'Allemagne.
Cela fait peur. .
PRIX DES ADHÉRENTS ARLA AMBA EN AOÛT

24.07.2015Arla Foods va baisser le prix de base du lait de 1 eurocent au 3 août. Cela correspond à 1,05 eurocents/kg en tenant compte de l’effet de la conversion. Le Conseil pour l’Europe centrale a décidé de fixer le prix de base du lait à 26 eurocents par kilogramme de lait Les dernières enchères GDT ont connu une baisse importante à raison de 10,7 %, ce qui maintient de manière générale une pression considérable sur les marchés.Cette évolution n‘influence pas seulement les marchés des matières premières, mais également, et plus fortement encore, le commerce de détail sur les marchés clés européens.Au niveau mondial, la collecte de lait reste à un niveau élevé, alors que la demande, notamment de Chine et de Russie, est toujours faible.
À QUELLE ÉVOLUTION DEVRIONS-NOUS NOUS ATTENDRE POUR LES MOIS À VENIR ?

À l’heure actuelle, les choses se présentent plutôt mal. La saison haute commence en Nouvelle-Zélande. Et les plus récents résultats des enchères GDT ont indiqué une tendance à la baisse pour tous les produits  – allant de pair avec un indice des prix en recul de 10,7 %. Cela signifie que nous pourrions effectivement vivre de nouvelles détériorations du prix du lait pour les mois à venir. Le deuxième semestre 2015 sera malheureusement plus dur que le premier.
Répondre
VIK
Il y a 1602 jours
340 de moyenne sur l'année ????????
Répondre
stéphane
Il y a 1602 jours
Insuffisant!!!
Ca fera 320 e sur l'année,l'accord a été rapide avec les industriels,c'etait le prix qui etait annonçé pour 2015 endébut d'année.
On s'est bien fait endormir par la fnpl comme d'habitude
Répondre