Projet de loi de financesUne baisse des moyens d'action des CA « incompréhensible », selon FNSEA-JA

| par | Terre-net Média

La baisse de la taxe additionnelle sur le foncier non bâti envisagée dans le projet de loi de finances représenterait un manque considérable dans le budget des chambres d'agriculture. Pour la FNSEA et JA, cette décision est « incompréhensible » et « totalement incohérente ».

« Dans le cadre des discussions budgétaires, le gouvernement aurait pris la décision de réduire la taxe additionnelle à la taxe foncière qui assure le financement des chambres d'agriculture. Cette réduction exprimerait une volonté de diminuer la pression fiscale sur les exploitations agricoles. Mais au-delà de l'affichage, est-ce bien sérieux ? », interpellent la FNSEA et Jeunes Agriculteurs dans un communiqué commun.

« Concrètement, cette charge représente moins de 0,52 % des charges globales d'une exploitation agricole selon la Cour des comptes. La profession a toujours affiché sa volonté d'avoir des moyens mutualisés pour accompagner le plus grand nombre d'exploitations agricoles, et tout particulièrement les plus fragiles, dans un contexte de mutation pour l'agriculture française », expliquent les deux syndicats agricoles, qui jugent cette coupe budgétaire « totalement incohérente ». « Le gouvernement appelle vigoureusement les agriculteurs à prendre le virage de la transition vers plus de durabilité et en même temps, il supprime les moyens qui permettent d'accompagner massivement ce mouvement : la formation des agriculteurs, le conseil individualisé, l'innovation... [...] À quoi bon fixer des objectifs ambitieux sans avoir les moyens de les atteindre ? Si des voies de progrès sont toujours possibles, y compris dans le fonctionnement des chambres d’agriculture, une discussion corrélant objectifs d’action et moyens budgétaires en adéquation aurait été nécessaire. »

La FNSEA et JA demandent alors de « suspendre toutes discussions sur le contrat d'objectifs entre l'APCA et le ministère de l'agriculture » ; et ils appellent le Gouvernement à « respecter la volonté professionnelle de privilégier la mutualisation et les actions collectives des chambres d'agriculture au profit du plus grand nombre ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Terminé
Il y a 426 jours
C'est un plan social qu il faut pour tout le secteur agricole français, la volonté politique se lit chaque jour pour l abandon de l agriculture française. Aujourd'hui est signé le ceta. La fdsea pleure aujourd'hui le manque de moyens pour accompagner ??? Accompagner quoi ??? Il y a 10 ans un seul technicien était semble t il suffisant pour accompagner les agriculteurs en difficulté, je parle en plus du nombre de postes, car la compétence est juste catastrophique. Aujourd'hui ils sont trois ou quatre !!! La compétence est elle mieux ??. On peut mettre tout les techniciens que l'on veut ce n'est pas cela qui va sortir l agriculture française aux aboies. Nous sommes aujourd'hui dans une insuffisance politique très grave qui détruit son agriculture de plus en plus vite !!!
Alors à chaque article on voit que l on peste pour des petits bouts de chandelle, subventions en moins, la sécheresse qui va peut-être entraîner même sûrement une grosse inflation un nouveau déséquilibre... On rajoute des normes... Etc... Mais on fait quoi sur les drames, les fermes qui signent leur arrêt chaque jour, donc des gens obligés de quitter pas de leur fait... 5, 6 fermes à céder pour peut-être une reprise.... Les jeunes qui restent manquent de main d'œuvre... Mais ne manquent pas de techniciens, d administratifs, de normes.. Au final complètement engloutis pour subir... Etc.... Ce qui se passe aujourd'hui n est absolument pas normal.. On va au clash!!!!
Répondre