V½ux de Julien DenormandieSouveraineté et retour de valeur : les priorités du ministre pour 2021

| par | Terre-net Média

À l'occasion de ses v½ux à la presse, le 12 janvier, le ministre de l'agriculture a rappelé sa volonté de renforcer la souveraineté alimentaire française, grâce à des leviers comme le plan de relance, dont la plupart des crédits pour l'agriculture sont désormais ouverts, mais aussi une plus large promotion des produits locaux. Il a ainsi présenté, à cette occasion, une plateforme nationale, fraisetlocal.fr, qui recense les points de vente à la ferme sur tout le territoire.

Fidèle à sa ligne depuis son arrivée au ministère de l’agriculture, Julien Denormandie a présenté le 12 janvier, à l’occasion de ses vœux à la presse, ses priorités d’action pour 2021. À la lueur de la crise sanitaire, la souveraineté alimentaire reste le fil directeur de la stratégie du ministre.

Redonner de la valeur

N’oublions pas, avant tout, que « les agriculteurs sont des entrepreneurs », et qu’il est donc nécessaire de « créer de la valeur », estime Julien Denormandie, pour qui l’agro-écologie n’a, pour le moment, pas encore réussi ce défi. Il mise notamment sur la valorisation de la captation du carbone par les sols agricoles, un sujet encore trop peu mis en avant. 

Une création de valeur qui devra également venir d’une meilleure application de la loi Egalim, alors que les négociations commerciales en cours restent tendues.

Déploiement du plan de relance

Le plan de relance, dont 900 M€ sur 1,2 milliard font l’objet de guichets déjà mis en œuvre, constitue aussi un levier important pour un regain de souveraineté. Ainsi, depuis le 1er janvier, de nouveaux dispositifs sont également ouverts, comme le crédit d’impôt HVE, crédit d’impôt glyphosate. La prime pour la conversion des agroéquipements, ouverte le 4 janvier, a déjà reçu plus de 3 600 dossiers, tout comme l’aide aux investissements de protection contre les aléas climatiques qui a reçu plus de 300 dossiers en quelques jours.

Par ailleurs, les aides aux investissements pour le secteur des protéines végétales sont également toutes ouvertes, a rappelé le ministre pour qui le regain de souveraineté protéique est une priorité.

La finalisation de la réforme de la Pac, et notamment l’élaboration du plan stratégique national, à remettre à la commission avant l’été, fera également partie des priorités de 2021, tout comme le sujet de la gestion de l’eau.

Une nouvelle plateforme pour la promotion des produits locaux

La promotion des produits frais et locaux, qui répond à la fois aux enjeux de création de valeur et de souveraineté, est donc un autre axe d’action promu par le ministre. Le plan de relance prévoit ainsi 80 M€ pour les PAT (Projets alimentaires territoriaux), une accélération forte quand on sait que depuis quatre ans, seuls 6 M€ d’euros y ont été consacrés.  

Avec la crise sanitaire, « nous avons voulu tirer profit des tendances observées pendant le confinement, et de la demande de plus en plus importante des consommateurs vers les produits frais et locaux », explique le ministre. Dans la lignée de l’opération menée avec la grande distribution à la fin de l’année dernière, et la bannière « Plus près de vous et de vos goûts », une plateforme, fraisetlocal.fr, est en ligne depuis ce 12 janvier : elle a pour objectif de recenser les lieux de vente à la ferme sur tout le territoire, et recense aujourd’hui 8 000 producteurs, un chiffre amené à s’agrandir.

Pour Sébastien Windsor, président des chambres d'agriculture, cette plateforme est un partenariat « gagnant-gagnant », qui permet « un complément de revenu pour les agriculteurs ». Si, aujourd'hui, la part des produits achetés en circuits courts est de 10 %, « on estime pouvoir monter à 25 % à 5 ans », explique-t-il. 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


pécheur 35
Il y a 14 jours
arrêtons nous sommes bio ou pas bio chacun sont chemin ,il y a de la place pour produire en france .Pour le plan de relance ont connais la chanson blabla
Répondre
jersiaise
Il y a 14 jours
Il en va de même de ma part pour les vœux monsieur le ministre et votre équipe, mais n'oublié pas la détresse économique et sociales de l'agriculture il faut absolument mettre le made in France alimentaire en avant et le privilégier en le soutenant dans la distribution et avantager le ruissellement de l'argent vers le producteur(charte du paiement)
Répondre
gibero
Il y a 14 jours
la souveraineté ne sera pas assurée par l'agriculture biologique, ça on en est sûr, vue la faiblesse des rendement par ha.......
Répondre
Marius
Il y a 11 jours
le changement arrivera lorsque tu iras le remplacer. Ça sera mieux que de critiquer. Critiquer, pleurer. C'est du passé rabat-joie, . agir, prendre des responsabilités sont l'avenir
Répondre
Olmer
Il y a 14 jours
Menteur,mensonge,pipo,bla bla, des années que ça dure .
Le vrai changement c est pas maintenant........
Répondre