Semaine du foncier agricole 2020« 65 baguettes de pain perdues chaque seconde », déplore JA

Afin de « sensibiliser le grand public à cet enjeu majeur » pour le secteur et notamment le renouvellement des générations en agriculture, Jeunes Agriculteurs a organisé, du 21 au 25 septembre, la première "Semaine du foncier" agricole. À l'appui de cette opération de communication, des chiffres tout aussi éloquents les uns que les autres : 800 000 ha perdus en 10 ans, soit l'équivalent d'un département tous les cinq ans et de 65 baguettes de pain par seconde !

« Le foncier est le premier outil de travail des exploitants. Il est donc essentiel de le protéger, et de sécuriser et faciliter l'accès à la terre » pour ceux qui veulent s'installer en agriculture, martèle depuis longtemps le syndicat Jeunes Agriculteurs. Un message qu'il a voulu porter au-delà de la profession agricole, auprès du grand public, à travers la "Semaine du foncier" du 21 au 25 septembre 2020.

Car de cette problématique foncière dépend le renouvellement des générations de producteurs et, par voie de conséquence, la souveraineté alimentaire de notre pays et la vitalité des territoires, des enjeux qui touchent l'ensemble de la population. Dans 10 ans, le départ en retraite de plus de la moitié des agriculteurs pourrait « entraîner une perte équivalente à un quart de la SAU française », estime le syndicat, soit l'équivalent des terres dédiées à l'agriculture en Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes.

Or, le problème du foncier dans le secteur agricole revêt différentes facettes.

  • L'urbanisation des sols est en progression constante.

55 000 ha agricoles/an seraient concernés.

800 000 ha auraient déjà été perdus ces 10 dernières années, soit l'équivalent de :
- 1 département tous les 5 ans
- 65 baguettes de pain/seconde

→ JA réclame donc que soit appliqué un principe de 0 artificialisation nette.

Où en est-on de l'objectif de zéro artificialisation des terres agricoles ? Pour le savoir, écouter l'épisode 4 du Quart d'heure agricole, le podcast de Terre-net et Web-agri.
  • Le développement de l'énergie photovoltaïque (objectif du plan pluriannuel environnemental) s'effectue sur des terres agricoles. 

364 exploitations par an seraient menacées, selon le syndicat.

→ Jeunes agriculteurs est, par conséquent, « opposé à toute implantation de panneaux photovoltaïques au sol ». « Ils doivent être implantés sur des toitures, des parkings ou des sols dégradés afin de favoriser la transmission des terres agricoles aux jeunes agriculteurs. »

  • Les friches agricoles diminuent considérablement le nombre d'hectares cultivables.

→  « Il est impératif de recenser la surface que cela représente puis de valoriser ces parcelles. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


maxens
Il y a 68 jours
Ils réfléchissent les JA ??? Pourquoi il y a des friches agricole? parce que ce n'est plus rentable de cultivé. Pourquoi il y a des panneaux au sol, parce que les panneaux c'est plus rentable que du blé....Le problème, ce n'est pas l'artificialisation, mais bien le manque de rentabilité des productions agricoles...0 artificialisation, cela n'a aucun sens si l'agriculture n’est plus rentable...et au bout d'un moment, si le blé ne passe plus, aucun scrupule à mettre des panneaux sur mes terres, c'est mieux que la faillite ou des friches
Répondre
moi meme
Il y a 68 jours
on ne veut plus d"agriculture .j'en veux pour preuve apres avoir vu sur la tele canal 13 une reflexion sur les neo....et les abeilles.bref ils savaient mais ce sont dis que les agris trouveraient par miracle une solution dans leur chapeau .mais c'est bien sur.et vous voulez faire confiance a des gens qui mettent en danger des filieres entieres au petit bonheur la chance
.l'incompetence est la chose la mieux repartie en france .ne compter pas sur moi pour investir face a des incompetents qui joue l'avenir avec aux des.
Répondre