Sommet de l'élevage 2016Sans réponses supplémentaires au plan Valls, Le Foll s'est fait chahuter

| par | Terre-net Média

Deux jours après l'annonce d'un nouveau plan d'urgence par Manuel Valls, Stéphane Le Foll est venu au Sommet de l'élevage faire le « service après-vente », mais sans annonces supplémentaires. Les éleveurs de bovins viande, eux, doutent de ses efforts pour trouver de nouveaux débouchés à l'export.

Stéphane Le Foll s'est fait quelque peu chahuté au 25e Sommet de l'élevage, à Cournon, jeudi 6 octobre 2016. Stéphane Le Foll s'est fait quelque peu chahuter au 25e Sommet de l'élevage, à Cournon, jeudi 6 octobre 2016. (©Terre-net Média)

E n visite ce jeudi 6 octobre 2016 au 25e Sommet de l’élevage , Stéphane Le Foll n’a pas vraiment convaincu ses interlocuteurs éleveurs et responsables professionnels du Massif Central. A l’issue de deux rencontres à son arrivée à la grande halle d’Auvergne de Cournon, le ministre a rappelé ses efforts pour rouvrir des débouchés à l’export , pour contrecarrer l’arrivée massive de vaches laitières résultant du succès du plan de réduction de la production laitière.

« On est confronté à l’inertie d’une économie qui est lourde, avec des impacts longs. Je fais ce que je peux pour redresser les prix. Nous avons mis en place des mesures pour faire remonter les prix du lait. Nous allons essayer de le faire avec la viande bovine. » Pour écouler une offre excédentaire de viande dans un marché où la demande intérieure est tendanciellement à la baisse, l’export en vif et carcasses demeure la principale solution pour rééquilibrer le marché, et faire remonter les cours.

A suivre prochainement : vidéo d'ambiance à 360° du Sommet de l'élevage !

« Je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour ouvrir de nouveaux certificats à l’exportation. Mais nous sommes face à des pays souverains, comme la Turquie . » Le marché turc avait été rouvert en 2015 juste avant la multiplication de cas de FCO. Depuis, le pays d’Erdogan refuse de signer les certificats d’exportation permettant d’envoyer des animaux issus de la zone contaminée. Avec seulement 14 départements encore classés indemnes, le potentiel exportable est très limité vers ce pays.

Le Foll parachuté dans un épisode de Koh Lanta

Peu après le début de sa « déambulation » dans les allées, le ministre sortant de l’arrière-stand de l’interprofession bovine s’est fait chahuter à la fois par des « éleveurs en colère » de la FNB vêtus de t-shirts rouges, et des éleveurs de la Coordination rurale. Equipe rouge contre équipe jaune, le ministre s’est cru un instant parachuté au beau milieu d’une nouvelle saison de Koh Lanta, le contraignant à sortir du hall des bovins viande plus vite que prévu.

« On peut demander beaucoup de choses à un ministre et lui faire plein de reproches. Mais on ne peut pas lui demander de décider tout seul pour la Turquie. »

« Nous avons augmenté de 3 % les exportations l'an passé. Mais la crise de la FCO nous a coupés dans notre élan. Sans elle, nous aurions un flux avec la Turquie de 80 000 têtes par an. »

Les éleveurs, eux, émettent des doutes sur les efforts entrepris par le ministre pour trouver de nouveaux débouchés. Ils sont aussi déçus du plan d’urgence annoncé par Manuel Valls mardi 4 octobre. Outre l’accès à une garantie publique pour permettre 1,5 Mds de prêts aux conditions normales du marché, le coût de la garantie sera pris en charge par l’Etat pour les exploitations dont l’EBE a baissé de plus de 20 % par rapport à la moyenne olympique quinquennale. « Ce critère de baisse de l’EBE ne nous convient pas, a réagi Yannick Fialip, président de la Fdsea de Haute-Loire. Car de nombreux éleveurs en difficulté ont un EBE très faible depuis des années. »

En attendant de nouveaux débouchés export encore hypothétiques, le ministre de l’agriculture devrait mettre sur la table la question de la crise bovine au prochain conseil des ministres européens de l’agriculture, les 10 et 11 octobre prochains. Et plus particulièrement l’idée d' utiliser les excédents de viande bovine européenne pour un programme humanitaire destiné aux réfugiés installés en Turquie, au Liban et en Jordanie. « Utiliser ces excédents pour des gens en grande difficulté, l'idée est sur la table. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article