Viande bovineRéunion de crise en vue pour une filière « en état d'urgence »

| par | Terre-net Média

Le ministre de l'Agriculture a reçu Jean-Pierre Fleury, le président de la Fnb, pour échanger sur la « situation d'urgence » que traverse la filière bovine, « compte tenu de prix qui ne permettent plus aux éleveurs d'assurer la rentabilité de leurs exploitations. » Le ministre veut réunir tous les acteurs de la filière « pour définir une stratégie commune à l'export ».

Vaches allaitantesStéphane Le Foll veut réunir la filière bovins viande pour envisager les solutions afin de sortir de la crise. (©Terre-net Média)

Le président de la Fédération nationale bovine a été reçu, lundi 4 mai 2015 par Stéphane Le Foll pour évoquer les difficultés de l’élevage allaitant « particulièrement touché par des situations de trésorerie difficiles. » Jean-Pierre Fleury lui a exposé « la gravité de la situation, avec l’impasse dans laquelle des éleveurs peuvent se trouver ».

« Elément révélateur parmi d’autres d’une situation actuellement totalement irréaliste, le dispositif de cotations entrée-abattoir ne paraît plus refléter la réalité du marché », explique la Fnb. Sur ce point, le ministre s’est engagé à une enquête par ses services dans les meilleurs délais pour faire la lumière sur les pratiques de formation et de transmission des prix par les opérateurs à FranceAgriMer.

« Soit l’aval réagit, soit nous irons à l’affrontement »

Face à une « filière bovine en panne », le ministre de l’Agriculture ne semble pas avoir de solution miracle. « Le ministre a demandé à la Msa des reports ou des effacements des cotisations sociales dans les secteurs en difficulté dont celui de la viande bovine sur l’enveloppe 2015 du fonds d’action sanitaire et sociale de la Msa » explique le ministère dans un communiqué. « Une première enveloppe de 3,5 millions d'euros a d'ores et déjà été consacrée à la filière. Deux millions d'euros de fonds d'allègement des charges ont par ailleurs été débloqués pour la filière. »

Stéphane Le Foll a aussi appelé « les banques à leurs responsabilités pour aider les éleveurs en difficulté par des reports d’échéance ou par la renégociation de prêts conformes aux taux directeurs du marché bancaire. »

En l’absence de « signe tangible d’amélioration aux producteurs », le ministre veut réunir dans les prochaines semaines l’ensemble des acteurs de la filière pour « arrêter une stratégie commune pour l’exportation à l’instar de ce qu’il a mis en place pour la filière porcine ».

Grève de la faim

« L’objectif sera de fixer des leviers d’action et d’identifier les responsabilités que chacun devra porter dans leur réalisation », explique pour sa part la branche viande bovine de la Fnsea. Pour le syndicat, ce rendez-vous sonnera « l’heure de vérité ». « Les producteurs de viande sont en état d’urgence. Soit l’aval de la filière entend réagir et instaurer une nouvelle dynamique, soit nous irons à l’affrontement. »

Témoignage marquant de la détresse de certains éleveurs : l’un d’entre eux, Thierry Thomas, engraisseur de jeunes bovins dans l’Orne, a entamé une grève de la faim devant l’abattoir Gacé du Groupe Bigard. « Il exprime par ce geste désespéré sa détresse face à la détérioration de la situation économique de son exploitation, avec un prix non rémunérateur payé par les abatteurs », a expliqué la Fnb, qui soutient l’éleveur dans son action.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article