Dossier Retour au dossier Prix du lait

Réduction des volumes de laitLes garde-fous sont nécessaires, rappellent la FNPL et la FNSEA

| par | Terre-net Média

Dans une vidéo diffusée sur Youtube le 21 avril, la vice-présidente de la FNPL et la présidente de la FNSEA échangent sur la réduction volontaire des volumes de lait, initiée par l'interprofession pour faciliter la gestion de la crise liée au Covid-19, et insistent sur l'importance du respect de accords interprofessionnels par les entreprises.

Mise en place par le Cniel, la réduction des volumes de lait sur le mois d’avril est indemnisée sur des fonds interprofessionnels à hauteur de 320 € les 1 000 litres. « Ce n’est pas un tarif de prix du lait à un niveau de recommandation contractuelle », a tenu à rappeler Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL, dans une vidéo diffusée sur Youtube le 21 avril.

Cette réduction, volontaire de la part des éleveurs, ne peut se faire qu’à certaines conditions, a-t-elle insisté : elles est notamment « assortie du maintien de la collecte et d’une plus grande mutualisation des industriels, même s’il y a encore des efforts à faire à ce niveau-là », estime-t-elle. Les distributeurs doivent continuer à faire entrer de nouvelles référence, comme les fromages privés de leurs débouchés habituels dans la restauration hors domicile.

« Il y a des distributeurs qui jouent le jeu, pas tous », a indiqué de son côté la présidente de la FNSEA, qui déplore « 1 500 tonnes de fromages en stock, c’est catastrophique ». La filière a par ailleurs mis en place une opération de communication, « fromagissons ».

Des « garde-fous sont nécessaires », a renchérit Christiane Lambert dans cette même vidéo. « Il ne faut pas que les entreprises en profitent, beaucoup d’entreprises sont en situation de faire de meilleures valorisations », a-t-elle insisté, invitant les industriels « à respecter les accords interprofessionnels ».

Par ailleurs, « nous attendons avec beaucoup d’impatience une réponse de l’Europe », ajoute de son côté Marie-Thérèse Bonneau, notamment en matière de stockage privé. Si les 27 ministres de l’agriculture de l’UE ont envoyé un courrier en ce sens à la Commission, cette dernière n’a pas encore pris les mesures exceptionnelles attendues. Néanmoins, « nous savons tous que les décisions de Bruxelles sont toujours longues à venir », a rappelé Christiane Lambert.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


debutant
Il y a 74 jours
une fois de plus se faire indemniser par son propre argent .........premiere chose arrêter les cotis cniel serait plus simple et éviterait un brassage d air des saints sauveurs fnsea là pour le cas des saintes ,les hommes par le passé ayant tous échoues dans leurs grandes idees notament celle de l export salvateur pour la filiere ce qui est justement en train de nous detruire depuis des annees
Répondre
Moty
Il y a 74 jours
Je trouve trés intéressant que la fnsea souhaite une baisse de la production mais c'est peut-être un peu tard . Ces difficultés sont aussi liées à la volonté productiviste et exportatrice de la fnpl. Mais ça évolue ??
Je ne desespère pas qu'un jour, !!! ces structures comprennent l'intérêt de la régulation de chacune des productions.
Quand on parle de Souveraineté Alimentaire, OUI mais en respectant aussi la souveraineté alimentaire des autres Pays
Répondre
Massol
Il y a 74 jours
Il faut des gardes folles.
Répondre
rebelle
Il y a 74 jours
financé par le fond interprofessionnel ......faudrait plutôt dire par tous les producteurs de lait car les industriels achèteront le lait quelques euros de moins pour financer ce fond .....et dans deux mois on demandera des aides sécheresses pour pouvoir acheter de la nourriture aux vls pour produire du lait .....
Répondre