V½ux 2019 du ministre de l'agriculture« Quatre transitions » pour lutter contre l'agribashing

| par | Terre-net Média

Lors de la présentation de ses v½ux 2019 au monde agricole, aux élus et à la presse cette semaine, le ministre de l'agriculture a appelé à opérer quatre « transitions » : économique, sociale, agroécologique et sanitaire. Des évolutions qui contribueront, selon lui, à enrayer l'agribashing croissant dont sont victimes les agriculteurs.

Didier Guillaume, ministre de l'agriculture, lors de la présentation de ses voeux à la presse jeudi 31 janvier 2019.Didier Guillaume, ministre de l'agriculture, lors de la présentation de ses vœux à la presse jeudi 31 janvier 2019. (©Terre-net Média) 

Pour ses premiers vœux en tant que ministre de l’agriculture, Didier Guillaume a rappelé aux acteurs du monde agricole mardi 29, aux élus mercredi 30 puis à la presse jeudi 31 janvier, qu’il comptait être « le ministre contre l’agribashing ». « Je veux être le bouclier entre les agriculteurs et tous ceux qui font de l’agribashing. »

Mais la lutte contre les critiques parfois infondées dont se sentent victimes les agriculteurs français passera par leurs propres actions dans les mois qui viennent. « Pour que cet agribashing cesse, il faut que l’agriculture embraie quatre transitions », a ainsi énoncé le ministre.

Selon lui, le monde agricole doit opérer « quatre transitions » : économique, sociale, agroécologique et sanitaire. Didier Guillaume a rappelé soutenir les deux premières, d’une part « avec les mesures de la loi Alimentation » et, d’autre part, en « regardant comment, dans la réforme des retraites à venir, celle des agriculteurs peut être améliorée. »

L’agroécologie et la qualité sanitaire sont également, aux yeux du ministre, les « deux autres transitions indispensables ».  « S’il n’y a pas de nouvelle façon de voir les choses, nous n’avancerons pas. (…) Les agriculteurs, pour la plupart, sont prêt à opérer cette transition car ils savent que la population le demande. »

Dans la droite ligne des intentions présidentielles, Didier Guillaume a de nouveau expliqué que, « on y arrivera si on sort du glyphosate » et « si on arrive à capter davantage de carbone avec l’initiative "4 pour 1 000". »

Et le ministre d’insister : « Le jour où je partirai de ce ministère, je veux qu’on dise : il a tout essayé pour remettre l’agriculture à la place où elle doit être dans la société, pour réconcilier le monde rural et le monde urbain et pour que les agriculteurs puissent vivre de leur travail. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 9 RÉACTIONS


monique
Il y a 203 jours
il suffit de reconnaitre l'élevage extensif , pas forcément bio mais là les politiques sont responsables de l'avoir complètement occulté depuis le début de la pac . Que ces politiques prennent leurs responsabilités et reconnaissent leurs erreur avant de demander encore et toujours des efforts aux agris
Répondre
le cheval de devant
Il y a 203 jours
les ministres passent, les problemes s'amplifient. a quand une politique agricole digne de ce que nous sommeset de ce que nous faisons?
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 203 jours
C est l avantage des anti derive et des bas volumes ; ces inconvénients sont réduits à 98%
Répondre
Baldin
Il y a 203 jours
Quand tu as les bernes et les talus du côté droite de la route qui sont grillés comme les champs situés côté gauche de la route faut pas s étonner non plus...
Ce message a été signalé 3 fois
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 203 jours
Le glyphosate doit être utilisé de façon pompier ! Après quand je vois des jardiniers amateurs qui ont stocké et pulvérisent de façon excessive cela m hérisse un peu car quand on pulvérise sur le bord des allées bétonnées cela va direct à l égout par contre c est toi le paysans le pollueur aux yeux de ces même personnes moralité : faites ce que je vous dis mais surtout ne me copiez pas !
Répondre
oregrain
Il y a 204 jours
Encore un énième ministre avec une grande vision de l'agriculture au ras des pâquerettes.
Vous êtes victimes de critiques infondées eh bien vous n'avez qu'à vous adapter.
Répondre
PàgraT
Il y a 203 jours
Il va de soi qu'il faut encadrer davantage l'utilisation du glypho, mais de là à l'interdire complètement il y a des limites!
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 204 jours
Pagra je n ai pas de jugement a porter mais pas loin de chez-moi on a retrouvé du glyphosate dans un point de pompage eau potable (sources responsable)
Ce message a été signalé 6 fois
Répondre
Pàgra
Il y a 204 jours
Notre ministre de l'agriculture est vraiment trop fort! Il sait pratiquer le semis direct sous couvert en se passant du glyphosate; j'en reste ébloui ! OU PAS !
Répondre