Bien-être animalLancement de la consultation sur la protection des animaux

| AFP

Un travail de réflexion sur la question de la protection animale, qui doit déboucher sur des propositions concrètes en juin prochain, a été lancé vendredi par le ministre de l'Agriculture Michel Barnier.

Cette réflexion, dans le droit fil d'une demande du chef de l'Etat Nicolas Sarkozy à M. Barnier le mois dernier, fait suite à un entretien entre M. Sarkozy et l'ex-actrice et porte-parole de la cause des animaux Brigitte Bardot, ainsi qu'avec d'autres défenseurs de cette cause. M. Barnier a présenté à la presse trois groupes de travail qui vont rédiger un rapport sur le sujet. Il sera remis au président de la République avant le 30 juin.

Ces groupes de travail, dont la composition sera annoncée mardi, comprendront des parlementaires et des élus locaux, des représentants des secteurs professionnels, notamment les organisations et le syndicalisme agricole, des organisations non gouvernementales concernées, des scientifiques et des représentants des ministère.

« Faire des propositions législatives et réglementaires »

Un premier groupe de travail "abordera notamment les questions juridiques et scientifiques concernant le respect de l'animal vivant et sa protection contre la maltraitance". Un second examinera les questions tournant autour des animaux de compagnie et leur commercialisation. Il devra également formuler des orientations pour une meilleure gestion des chiens et chats errants, des chats libres, des animaux présentant un risque, et des pigeons des villes. Un troisième groupe "analysera les questions portant sur l'utilisation de l'animal dans les activités économiques, de l'évelage d'animaux de rente aux spectacles faisant intervenir des animaux". M. Barnier a notamment évoqué à propos de ce troisième groupe les zoos, les cirques ainsi que les corridas.

"Nous allons écouter et nous entourer d'avis d'experts pour faire des propositions législatives et réglementaires et être le plus immédiatement opérationnels comme l'a demandé le président de la République", a indiqué M. Barnier. "Il n'est pas question de tabous. Le point de vue de Mme Bardot sera écouté mais ce n'est pas seul point de vue. Nous tiendrons compte de tous les points de vue", a-t-il dit.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article