Prix du laitLe Maire souhaite un prix du lait 2010 supérieur à celui de 2009

| AFP

Le ministre de l'Agriculture souhaite que le prix du lait 2010 en France soit supérieur à celui de 2009 au moment où industriels et producteurs français négocient le prix pour le début 2010.


Un prix du lait supérieur en 2010 (© Terre-net Média)
« Il me semblerait normal que le prix du lait 2010 soit supérieur au prix du lait 2009 et que l'on puisse donner ce signal rapidement aux producteurs de façon à calmer la situation sur le terrain » , a-t-il déclaré lors d'un point presse après une rencontre avec son homologue espagnole Elena Espinosa Mangana. Il a toutefois précisé : « les demandes doivent rester raisonnables pour que nous ne perdions pas en compétitivité et que nous ne favorisions pas les importations de lait en France ».

La fédération nationale des producteurs de lait (Fnpl) et les industriels ainsi que les coopératives sont en cours de négociations sur les prix du lait pour le premier trimestre 2010. La Fnpl, branche lait du syndicat majoritaire, la Fnsea, a réclamé jeudi une augmentation de 3 à 8% du prix du lait pour le premier trimestre.

En réponse, la Coordination rurale, syndicat minoritaire, a annoncé lundi que cette « revendication » de la Fnpl n'était « pas acceptable », puisque le prix proposé est inférieur au coût d'exploitation.

Sur le terrain, la pression ne baisse pas. Les producteurs de lait de l'Ouest de la France, emmenés par l'Association des Producteurs laitiers indépendants (Apli), la Confédération paysanne et la Coordination rurale appellent à une journée de mobilisation mardi.

Le ministre a par ailleurs indiqué qu'il souhaitait un rapport d'étape sur la régulation européenne du lait au début de l'année prochaine. « Le groupe à haut niveau doit remettre ses conclusions en juin 2010, nous souhaitons que ce groupe remette un rapport intermédiaire au début de l'année 2010 pour que nous puissions progresser dans ces travaux indispensables », a-t-il déclaré.

La création de ce groupe de travail européen avait été décidée le 5 octobre par la Commission européenne. Ce groupe doit réfléchir entre autres à la mise en place de « relations contractuelles » au niveau national entre producteurs laitiers et industriels, afin de limiter les effets de « la volatilité des prix ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article