Prix du laitLa Coordination rurale lance la "grève du lait" en Bretagne

| AFP

La Coordination rurale a lancé vendredi en Bretagne une "grève du lait" pour tenter de contraindre les laiteries à relever le prix d'achat du lait aux producteurs.

A lire aussi à ce sujet :

Se revendiquant indépendants des syndicats, des éleveurs de l'Aveyron et du Tarn ont entamé une grève du lait (11/11/2008)

En bref... Appel à la solidarité - L’Opl appelle à soutenir la grève du lait généralisée (17/11/2008)

Grève du lait - La colère des producteurs de lait allemands s'étend en Europe (29/05/2008)

A vous la parole : discussion entre éleveurs sur le forum à propos de la grève du lait

• Retrouvez toute l'information à propos du prix du lait, avec le moteur de recherche Goo-agri, en cliquant ICI.

En présence d'une dizaine d'autres producteurs de lait, le président de la Coordination rurale du Finistère, Bruno Demeuré, a déversé sa collecte de ces trois derniers jours, soit près de 3.900 litres, dans la fosse à lisier de sa ferme, au Cloître-Pleyben, près de Chateaulin. "L'objectif est de faire réagir les gens sur le fait qu'on vend notre lait à perte et d'obliger les laiteries à renégocier le prix" auquel le lait est acheté en "asséchant" l'outil industriel. "Je fais partie des favorisés car mon lait m'est acheté à 311 euros les 1.000 litres par Lactalis alors que des groupes comme Entremont le payent 285 euros/1.000 l", a estimé M. Demeuré. Mais le coût de production est, "selon Lactalis lui-même, de 320 euros/1.000 l", a-t-il dit.

« Il faut être solidaires comme les Allemands ont su l'être »


Les actions des producteurs laitiers s'amplifient face à la baisse du prix du lait. (© Terre-net Média)

La Coordination rurale, syndicat minoritaire face à la puissante Fnsea, s'inspire d'une grève similaire lancée en Allemagne au printemps dernier et qui, selon M. Demeuré, a été couronnée de succès au bout d'une dizaine de jours. Pour gagner face aux laiteries, "il faut être solidaires comme les Allemands ont su l'être", a estimé le syndicaliste.

Des actions du même type sont prévues samedi dans les autres départements bretons, a-t-il indiqué. "Nous préfèrerions faire des distributions gratuites. Ca aurait un bien meilleur impact ! Mais nous ne le pouvons pas à cause des contrôles sanitaires", a expliqué M. Demeuré.

Un certain nombre de laiteries ont été bloquées la semaine écoulée dans le grand Ouest, première région laitière française. Les actions devraient se multiplier la semaine prochaine pour tenter d'amener les laiteries, qui viennent de baisser les prix aux producteurs ces dernières semaines, à mieux rémunérer le prix du lait. La Coordination rurale estime qu'entre 1992 et 2007, le prix payé au producteur a diminué de 7 % mais le prix d'achat des produits finis par le consommateur a augmenté de 21 % durant la même période.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article