[Rapport Insee] Revenus agricolesPrès de 20 % des agriculteurs n'ont dégagé aucun revenu en 2017

| AFP

Près de 20 % des agriculteurs français ont déclaré un revenu nul, voire un déficit de leur exploitation en 2017, selon un rapport de l'Insee publié jeudi, malgré un revenu moyen affiché en augmentation, à 1 390 euros mensuels, avec de très fortes disparités. La part d'exploitations sans revenus « est particulièrement élevée dans la production de céréales et grandes cultures (30 %) et dans l'élevage d'ovins, caprins, équidés et autres animaux (28 %)», selon l'Insee.

Paysage agricoleEn moyenne, les exploitants agricoles ont enregistré un revenu net imposable mensuel moyen de 1 390 euros par mois en 2017. (©Pixabay)

Pour les céréaliers, cela peut s'expliquer par l'onde de choc provoquée par une année de récolte catastrophique en France en 2016, doublée d'une chute des cours mondiaux. Une situation qui a continué d'affecter les fermes françaises en 2017, la commercialisation des grains étant à cheval sur deux années. Résultat, les céréaliers ont dégagé en moyenne un revenu net avant impôts inférieur à 1 000 euros par mois cette année-là (+ 6,7 %).

En moyenne, les exploitants agricoles, compte tenu de ces boulets à leurs pieds, avec également une crise au long cours du secteur de l'élevage bovin, ont enregistré un revenu net imposable mensuel moyen de 1 390 euros par mois en 2017, en progression de 8,2 % par rapport à 2016, avec d'énormes écarts selon les productions.

Sans surprise, la viticulture est le secteur le plus prospère, avec un revenu moyen de 2 790 euros par mois, mais en recul de 3,9 % par rapport à 2016. En bas de l'échelle, les éleveurs d'ovins, caprins, équidés tirent la langue, avec un revenu moyen de 620 euros par mois, qui recule de 9 % par rapport à celui de 2016.

Pour les éleveurs bovins, si l'année n'a pas été florissante, elle a connu un mieux en 2017 : avec 1 100 euros de revenus par mois, ils ont bénéficié d'une forme de « rattrapage » (+15,9 %) suite à une année catastrophique. Dans le même temps, les revenus des agriculteurs en polyculture-élevage voyaient leur revenu moyen passer à 1 090 euros, une progression de 25,2 %. En 2016, ils avaient subi l'effondrement des prix du lait dû à la fin des quotas laitiers en 2015.

Lire aussi les prévisions de résultats agricoles pour l’année 2018 réalisées par l'Insee en décembre 2018 : Le résultat net des agriculteurs en hausse de 18,3 %

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 50 RÉACTIONS


abeille
Il y a 3 jours
désoler "réaliste",pas de rdts multiplier par 10!,ils manque juste les quintaux pour payer toutes les saloperies qu'on épand sur une parcelle de blé,20qx de moins sans se faire crever et ni faire crever SON ENTOURAGE,c'est peu etre moins simple mais ça montre bien qu'on peu faire avec beaucoup moins de chimie et d'ailleur c'est le gros probleme du bio qui sera remis en cause tot ou tard avec l'utilisation d'engrais minérale tel que l'ammo,et çà d'autre pays on deja compris qu'on peut faire plus de quantités dans le bio et les pesticides sont belle et bien absents et oui les nitrates ne sont pas des pesticides!!!,à utiliser avec modération et çà change tous,l'avenir d'une nouvelle agricuture sans pesticides risque de voir le jour tres rapidement avec tous les problemes des pesticides qui nous ruine la vie...,et je n'ai pas de réels prob avec les gros 4x4,le prob c'est que vous montrer le coté néfaste des 4x4 des villes et qui sont idem au 4x4 des champs,à si la petite différence c'est que le gasoil des 4x4 des champs et payer par l'entreprise et jamais en privé contrement au 4x4 des villes,trop facile de crier sur l'autre...,et l'avenir va vite nous montrer que l'on peut vivre sans ces bolides!
Répondre
Réaliste
Il y a 3 jours
Demandez à abeille (et ses autres pseudos où il parle des gros 4x4 des agriculteurs) comment faire pour gagner des montagnes d'argent. Il a les solutions. Aucun Phyto, un coup de chisel pas creux et hop rendement multiplié par 10 !
Bon m, lui il ne fait que de donner des conseils sans rien connaître hein. Si vous mangez la grenouille ce sera votre problème.
Répondre
résumer
Il y a 4 jours
petit ou gros revenu c'est souvent voulu car le matos en fait rever plu d'un et ce plaisir c'est un investissement alors autant acheter et payer moins d'impots,à quoi bon d'avoir 2000e...,pour se payer un gros 4x4...,pas besoin c'est l'entreprise qui se CHARGES de tout!
Répondre
Moty
Il y a 4 jours
Autre élément, les médias agricoles ( papiers ) sont presque tous détenus et/ou soutenus par fnsea, chambre agri, grosses coops, etc.. qui ne pensent qu'au gros volume . Ainsi, on nous rabache chaque semaine +++, portes ouvertes ( robots, rotos, visites et/ou salons 300- 400cv , gps, drones ...), c'est toujours impressionnant, c'est ça le progrés !!!!
Répondre
THe germs
Il y a 4 jours
Oui, les petits projets fonctionnent, mais j'ai aussi des exemples de jeunes installés sur des petites structures qui sont déjà partie moins de cinq ans après leur installation. D’ailleurs, à quel moment on passe de petit à gros???? on est tous le petit du plus gros!
Je l'ai déjà dis, mais pour moi, il n'y a pas de corrélation entre la taille et la rentabilité: qu'importe la taille, si tu perds de l'argent, tu ne va pas loin.
Je suis aussi d'accord que l'agrandissement n'est pas forcément synonyme de gagnant. Certains y gagne, d'autre non. Encore une fois, c'est la rentabilité qui prime.
Enfin, concernant les installations, Terre net publiait en Mai-Juin un rapport de la MSA annonçant que plus de 20% des jeunes installés quittent la profession agricole dans les cinq années qui suivent leur installation...
Répondre
maxens
Il y a 4 jours
produire plus n'est pas gagner plus, surtout lorsque les cout de productions sont supérieur aux revenus, comme ces dernières années, après le constat est que certains s'agrandissent car ils ont dans leur rotation une production a forte valeur ajoutée, et qu'il faut suffisamment de surface pour pouvoir la faire rentrer dans la rotation (par exemple les pommes de terres qui ne reviennent que tous les 8 ans)....les autres coulures ne servent qu'a "meubler les sols"
Répondre
Moty
Il y a 4 jours
Effectivement, partout les exploitations s'agrandissent. Beaucoup pensent que , produire ++, est synonyme de gagner ++. Mathématiquement, OUI, mais pour qu'une structure tourne bien il faut tout maitriser et c'est pas toujours simple ( les charges opérationnelles, les charges de structure, la trésorerie, l'élevage, le sanitaire, le travail, la non-surcharge, l'entretien ( batiments, matériel ,.. ).
Les CDOA ont du mal à accepter les petits projets mais ça vient. Par contre, pour les banques , les accords dépendent beaucoup des départements et surtout de la banque. Le credit agricole , avec son système de commission locale de prêts souvent proche de la fnsea a un certain retard sur d'autres banques pour financer les petits projets.
Un projet même petit, si l'étude prévisionnelle démontre sa viabilité, il n'y a aucune raison que la banque ne prête pas .
En Bretagne, en 2018 , 30% des installations aidées sont des " petits projets " beaucoup des maraichers mais pas que.
Répondre
steph72
Il y a 5 jours
Patick jane
J'ai jamais vu la feraille meme les batiments prendre de la valeur en vieillissant.
Le capital c'est notre outil de travail ,et quand tu prends le cas le prix des bovins il n'a pas evolué depuis une vingtaine d'années ,il a meme tendance à diminuer;;;
Et c'est du capital qui ne reçoit aucun intéret ,ni rémunération
Répondre
Pipo
Il y a 5 jours
En ce moment, il n'y a aucun intérêt a faire un prêt JA , les taux des prêts classiques non bonifiés étant inférieurs au taux des prêts JA. ( à moins qu'ils aient été modifiés, je ne sais pas). Le seul intérêt d'avoir le statut JA c'est le droit de priorité qui peut s'avérer indispensable dans certains cas. ( certains diront aussi la DJA, mais de ce que je me souviens c'est anecdotique)
Répondre
Pipo
Il y a 5 jours
Ces gens ( ils sont plusieurs) qui parlent de «gros» ou «petits» ne sont que des jaloux... il y a quelques temps je m'étais promis de ne plus leur répondre tellement c'est fatiguant. Chez mon père dans un rayon de 5km c'est la deuxième ferme la plus petite, les autres ont entre 2 et 6 fois plus... ( + une cas exceptionnel à 20 fois plus). Je me demande si ils pourraient survivre au milieu avec une telle jalousie maladive.
Répondre