Filière bovinePour la Fnb, la Pac ne répond pas aux enjeux économiques des exploitations

| par | Terre-net Média

Les éleveurs de la Fnb et le ministère de l'Agriculture défendent les mêmes stratégies de reconquête du marché et de garantie de revenu. Ils sont persuadés qu'elles seront plus efficaces que les aides Pac, couplées ou pas.

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture avec le président de la Fdsea 85. Le plafond de 40 Pmtva appliqué à la règle de transparance des gaec créera de fortes disparités. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture avec le président de la Fdsea 85. Le plafond de 40 Pmtva appliqué à la règle de transparence des Gaec créera de fortes disparités avec les autres sociétés agricoles. (©infagri85)Les éleveurs de bovins viande entament un long deuil. La Pac ne pourra plus rester longtemps sous sa forme actuelle. En 2015, les aides du premier et second pilier resteront déterminantes pour garantir un revenu mais ils savent que la nouvelle réforme de la Politique agricole commune n’apportera pas de solutions pérennes aux enjeux économiques à relever, et encore moins que les réformes précédentes. « Le bonheur est dans les prix, pas dans les primes » titre justement l’hebdomadaire "La Vendée agricole". 

Réunis aux Sables d’Olonne en assemblée générale, les représentants départementaux de la Fnb ont fait part de leurs insatisfactions sur la déclinaison de la réforme de la Pac après 2015 et sur les aides escomptées. Mais sans l’avouer de vive voix, ils sont conscients que le modèle de soutien qu’il défende est à bout de souffle. La faiblesse des revenus des éleveurs de bovins le confirme un peu plus chaque année.

Rien n'est arrêté pour la Pmtva au delà de la 40ème vache

Aussi, le recouplage des aides, est d’abord une mesure d’urgence pour préserver l’élevage. Devant le ministre de l’Agriculture, présent à leur assemblée générale, les représentants de la Fnb, inquiets, ont affirmé que la réforme de la Pac ne donnait pas davantage la priorité à l’élevage. Ils s’étonnent que le montant de la Pmtva ne soit pas connu au-delà de la 40ème vache et ils sont plus nombreux qu’ils ne l’avaient imaginé, à constater que la convergence des aides du premier pilier conduira à une baisse de leurs soutiens. Dans le Grand Ouest, les Dpu des éleveurs spécialisés sont en effet très élevés. Par ailleurs, les producteurs de bovins ne savent toujours pas ce que sera la Mae système qui remplacera l’Ichn en zone de plaine ni comment l’engraissement sera financièrement accompagné. Et que deviendront les éleveurs de veaux avec leurs Dpu sans terre ?

Certes tout n’est pas encore arrêté mais « je ne torpille pas les éleveurs », a répondu Stéphane Le Foll aux représentants de la Fnb en réponse aux invectives de l’un d’eux. Durant son discours, il a rappelé que l’ensemble des décisions prises visent d’abord à trouver un compromis à l’échelle nationale avec un budget pour 2014-2020 en baisse. Autrement dit, il ne sera pas possible de satisfaire les revendications de tous. Mais le ministre a tenu à mettre fin à la rumeur sur le montant de la Pmtva au-delà de la 40ème vache. « Comment peut-on affirmer qu’elle sera de 60 € puisque son montant n’est pas arrêté ? ». Et contrairement à la situation actuelle, toutes les vaches seront éligibles à la Pmtva même si les modalités ne sont pas connues, assure en aparté le ministre de l’Agriculture.

Plus de simplification

La simplification de la réglementation environnementale est une priorité réaffirmée par Stéphane Le Foll. Il compte par exemple revoir les règles d’enregistrement en s’inspirant de ce qui a été mis en place en production porcine. Et le ministre a rappelé qu’il n’était pas à l’origine de la 5ème Directive nitrates : elle date de 2011, avant son entrée en fonction rue de Varenne. « Au contraire, je fais tout pour ne pas charger la barque des éleveurs et pour éviter que la France soit sanctionnée », affirme Stéphane Le Foll.

En fait, la réforme de la filière bovine reste à construire. Et les propos tenus à la fois par Pierre Chevalier, président de la Fnb au nom des adhérents de la filière mais aussi par le ministre de l’Agriculture ont souligné une approche commune sur les stratégies à adopter pour valoriser la production bovine.

Pierre Chevalier se réjouit qu’une cellule "export" soit mise en place le 11 février prochain. Chapeautée par le ministère de l’Agriculture, elle réunira tous les acteurs de la filière, FranceAgriMer et tous les services compétents des ambassades seront mobilisés pour débusquer de nouveaux contrats. « La France a un potentiel que l’on doit exploiter », a déclaré le ministre en faisant cette annonce.   

Un nouveau logo Viande de France

La valorisation de la viande française reposera aussi sur le lancement d’un nouveau logo "Viande de France". « Il donnera une lisibilité à toutes les filières de viande et caractérisera les animaux nés, élevés et abattus en France », a aussi expliqué Stéphane Le Foll.   

Sinon, l’avenir des filières animales et bovines en particulier sera aussi porté par le plan de modernisation de 200 millions d’euros alimenté chaque année par une enveloppe équivalente à 3 % des aides Pac du premier pilier et abondé par 50 millions d’euros versés par l’Etat en 2015.

Rien n’interdit non plus de donner une dimension plus économique aux aides Pac. Par exemple, en créant une caisse de péréquation alimentée chaque année par 8 millions d’euros d’aides à l’engraissement pour soutenir les revenus des éleveurs de bovins. Ces derniers auraient ainsi la certitude de dégager un revenu même si les animaux produits sont vendus à des cours inférieurs aux coûts de production ; ceux-ci étant estimés à partir des indices de prix Ipampa publiés par l’Insee.

Mais il reste à savoir si cette proposition de nouveau formulée par Pierre Chevalier lors d’une interview à Terre-net Média sera retenue par Stéphane Le Foll.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


bartaba
Il y a 1958 jours
tout à fait d'accord avec lolo42 combien coutera ce logo?
On est loin des promesses de Hollande au sommet de l'elevage devant la pression on promet tout:
gros titres dans la presse puis aprés on revient et on baisse les soutiens.
Répondre
lolo42
Il y a 1958 jours
un logo de plus et encore des millions d'euros de parti en fumée merci à vous !!!!!
INCAPABLE semble le mot d'aujourd'hui !!!!
Répondre