Halal/Abattage rituelPour enterrer définitivement la polémique, Bruno Le Maire défend désormais l'étiquetage

| par | Terre-net Média

Bruno Le maire a nié catégoriquement, jeudi 8 mars 2012, les chiffres polémiques de Marine Le Pen concernant la distribution de viande halal. Selon le ministre de l'Agriculture, seulement 14 % de la viande française est abattue selon un rituel. Il admet par ailleurs des « erreurs de présentation » du rapport du Conseil général de l'Alimentation de novembre 2011 sur les abattages rituels. Pour enterrer définitivement la polémique, le ministre anticipe l'application du décret encadrant l'abattage rituel et défend désormais la mise en place d'un étiquetage spécifique.

Bruno Le Maire tente d'essoufler la polémique sur le halal
Entouré des représentants de la Dgal et du Cga, Bruno Le Maire a tenté d'enterrer la polémique sur la viande
halal et les abattages rituels, en défendant le fait que seulement 14 % du tonnage abattu en France l'était sous
un mode opératoire rituel. (© Terre-net Média)

Opération vérité sur les chiffres jeudi 8 mars 2012 au ministère de l'Agriculture: Bruno Le Maire a convié la presse en urgence pour tenter d’enterrer pour de bon la polémique que Marine Le Pen a initié mi-février concernant la proportion de viande abattue sous le rite halal.

La candidate du Front national à l’élection présidentielle avait affirmé que « 100 % de la viande abattue en Ile-de-France est halal, et 100 % de la viande distribuée est suspecte, puisque je ne sais pas, ni vous, laquelle est halal et laquelle ne l'est pas ».

La polémique a ensuite été entretenue par un rapport ressorti des tiroirs du Conseil général de l’Alimentation, datant  de novembre 2011, sur l’abattage rituel qui indique que « on estime que le volume d’abattage rituel (en France, ndrl) atteint 40 % des abattages totaux pour les bovins et près de 60 % pour les ovins ».

« Le seul chiffre crédible, c’est 14 % ! »

« Je sais que le rapport mentionne ces chiffres. Mais ce sont des extrapolations faites à partir d’une enquête qui avait été réalisée sur 15 abattoirs seulement », a expliqué Bruno Le Maire, évoquant « une maladresse de présentation ».

« Le seul chiffre crédible, c’est 14 % ! » a-t-il insisté en projetant un tableau chiffré à l’écran de la salle de presse. Pour enterrer la polémique, le ministère s’est, semble-t-il, attelé à fournir des chiffres précis sur les 255 abattoirs de ruminants en activité en 2010. Ainsi, 12 % des veaux et gros bovins seraient abattus rituellement dans l’Hexagone, contre 49 % des ovins et caprins.

Abattages rituels dans les 255 abattoirs de ruminants en activité en 2010
Abattages rituels dans les 255 abattoirs de ruminants en activité en 2010
(© Ministère de l'Agriculture)

Encadrer l’abattage rituel pour bannir les abattages par commodité

Bruno Le Maire a précisé que, même avec 14 % de viande abattue rituellement, il reste un écart avec les besoins de consommation, qui sont plus proches de 10 %. Selon lui, l’écart est lié au fait que certains abattoirs pratiques l’abattage rituel par commodité. Il a ensuite rappelé les mesures prises par le décret du 28 décembre 2011 pour lutter contre les dérives de l’abattage rituel, dont la date d’application initiale était prévue le 1er juillet 2012. Le ministre a annoncé son application dès le 8 mars 2012.

« Nous n’avons pas attendu Marine Le Pen pour constater, dès 2011, des dérives sur l’abattage rituel. Des abattoirs rituels se sont ouverts, par exemple sans autorisation préalable. »

Pour supprimer les abattages rituels par commodité, le décret met en place un bon de commande préalable. « Toute demande d’un boucher ou d’une grande surface à un abattoir devra être confirmée par un bon de commande ».

Le décret imposera également la mise en conformité de tous les abattoirs en matière d’hygiène, de fonctionnement des équipements ou de formation des sacrificateurs. Bruno Le Maire indique que des sanctions seront prises, pouvant aller jusqu’à la fermeture, pour tous les abattoirs qui ne se mettront pas en conformité dans les délais.

La mise en place de l’étiquetage à l’étude

Côté consommation, Bruno Le Maire a défendu l’idée de l’étiquetage du mode d’abattage, alors qu’il y était opposé il y a encore quelques jours. « Le consommateur veut l’assurance d’être correctement informé ». « L’étiquetage présente des inconvénients pour la filière, mais les avantages, compte tenu des attentes du consommateurs, sont plus fortes que les inconvénients », a-t-il expliqué.

Pour les abattoirs, l’étiquetage systématique posera indéniablement des difficultés techniques et donc économiques. Le ministre n’a pas exclu que sa mise en place engendre un surcoût pour les industriels.

« Le travail sur l’étiquetage est d’ores-et-déjà entamé » a-t-il assuré. Sur ce sujet, Bruno Le Maire a déjà rencontré les communautés juives et musulmanes ainsi que des représentants de la filière bovine.

Sur le plan législatif, la mise en place d’un tel étiquetage risque d’être aussi longue que l’autorisation des OP dans la filière laitière : l’Europe devra d’abord se prononcer en faveur de cet étiquetage avant que la France puisse en régler les modalités techniques.

A lire également:

Election présidentielle 2012 - Sur fond de halal, Marine Le Pen à la conquête de la ruralité

100% de la viande est abattue de façon rituelle en Ile-de-France selon la Chambre d'agriculture

Xavier Beulin répond à Marine Le Pen - En Ile de France, oui tous les abattoirs sont halal mais pas la viande consommée

En savoir plus:

Arrêté du 28 décembre 2011 relatif aux conditions d’autorisation des établissements d’abattage à déroger à l’obligation d’étourdissement des animaux

Décret  du 28 décembre 2011 fixant les conditions d’autorisation des établissements d’abattage à déroger à l’obligation d’étourdissement des animaux

La protection animale en abattoir : la question particulière de l’abattage rituel
(Rapport du CGAAER)

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


Dominic
Il y a 2777 jours
En septembre 2009, le Ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux avait annoncé à la communauté juive : « Aujourd’hui, alors qu’un vote au Parlement européen pourrait remettre ce travail en question en imposant un étiquetage discriminant pour l’abattage rituel, nous restons particulièrement vigilants. Vous pouvez compter sur ma mobilisation et celle des députés français au Parlement européen pour que le projet n’aboutisse pas. »
Répondre
bffv
Il y a 2777 jours
Ah bon ! Tous les abatoires sont halal (ou halaux ?!), mais pas la viande consommée.... Alors la mange-t-on vivante ??????
Répondre
El Nikel
Il y a 2777 jours
Ce n'est pas la viande qui est abattue aussi ce n'est pas le tonnage qui est important ,mais le nombre d'animaux égorgés !!!!!
Répondre