Mission d'information sur le glyphosatePour D. Guillaume, « demain, il s'agira de se passer des herbicides chimiques »

| par | Terre-net Média

Auditionné le 9 janvier devant la mission d'information parlementaire sur la stratégie de sortie du glyphosate, le ministre de l'agriculture a rappelé la volonté du gouvernement de réduire l'usage des produits phytosanitaires dans leur ensemble, tout en indiquant qu'un accompagnement technique et financier était nécessaire.

Didier Guillaume devant la mission parlementaire de Didier Guillaume devant la mission parlementaire de suivi de la stratégie de sortie du glyphosate, le 9 janvier.(©capture d'écran Assemblée nationale) 

Devant les députés de la mission d’information commune sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate, le ministre de l’agriculture a rappelé le 9 janvier que la réduction de l’usage des produits phytopharmaceutiques constituait « un enjeu majeur pour notre pays ». L’objectif de sortie du glyphosate d’ici fin 2020 est maintenu, « mais nous ne laisserons pas des secteurs et des filières sans solution », a précisé Didier Guillaume.

Les autorisations de mises en marché pour les produits contenant du glyphosate sont passées de 190 à 29, a par ailleurs précisé le ministre, l’autorisation de ces 29 produits restants étant en cours d’étude. La redevance pour pollution diffuse sur le glyphosate est également passée de 2 € à 3 €. Et s’il ne souhaite pas que « ces décisions aient pour conséquence de faire fermer des exploitations agricoles », Didier Guillaume indique également que « demain, il s’agira de se passer des herbicides chimiques ».

« L’objectif du Gouvernement de réduire l’usage des produits phytosanitaires de 50 % en 2025 est toujours là », répondant aux critiques qui ont suivi la publication, cette semaine, des derniers chiffres du plan Ecophyto indiquant une hausse des ventes de pesticides en 2018.

Le ministre ne souhaite pas cependant remettre en question le Nodu (nombre de doses par unité), un indicateur remis en cause notamment par l’AGPB, l’AGPM, la CGB et la FOP qui ont demandé dans un communiqué commun « davantage de réalisme dans les indicateurs à même de valoriser les efforts réalisés ».

Financer l’achat de matériel plus moderne

Didier Guillaume a également souhaité soumettre un nouveau point aux réflexions de la mission d’information. « Aujourd’hui, avec du matériel moderne, on a la possibilité d’utiliser 60, 80 voir 90 % de glyphosate en moins. Est-ce que ce matériel doit être aidé par les aides publiques pour que les agriculteurs puissent l’acquérir de façon collective ? Est-ce donner un signe qu’il faut encore continuer à épandre, ou alors un signe que l’on va dépenser 90 % de produits phytosanitaires en moins ? », a demandé le ministre, qui penche, lui, pour la mise en place d'aides financières pour permettre aux agriculteurs d'acheter ce matériel plus performant.

Il a également rappelé que 400 M€ étaient mis sur la table pour accompagner la transition de agriculteurs vers les pratiques plus vertueuses.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 90 RÉACTIONS


avenir
Il y a 271 jours
demain les engrais chimiques seront tolérés dans le bio et çà changera beaucoup de chose,plus de quantité,plus de protéines et d'ailleurs le blé bio importé et deja cultivé de cette façon...,le probleme c'est les pesticides et non les engrais chimiques et va bien falloir faire la distinction entre les deux!,un qui crever,l'autre qui fait pousser...,à vous de choisir!
Répondre
christian
Il y a 283 jours
D'autres solutions sont possibles, ce sont les principaux intéressés qui en parlent le mieux.https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=la+r%C3%A9volution+des+sols+vivants
Répondre
steph18
Il y a 285 jours
Faudrai surtout arriver à ce passer de tous ces technocrates politiques...Tant de gens qui ne servent à rien si ce n'est cumuler les fonctions....
Répondre
vik
Il y a 285 jours
il vas peut-etre construire un Europacity avec toute sa pollution de loisir mais non pour famine
Répondre
vik
Il y a 286 jours
A Biarrizt bla bla bla
Répondre
steph72
Il y a 286 jours
En plus il y aura une autre liste modem lrem
Vu l'etat de colère des gens ça m'etonnerait qu'il soient élus..
Répondre
Clouseau
Il y a 287 jours
Il est pas encore maire de Biarritz ?
Élu de la Drôme toute sa carrière, ministre de l'agriculture pendant 3 mois et tout d'un coup il se pointe a Biarritz à l'autre bout de la France pour devenir maire, c'est quoi ce cirque ?
Répondre
aranaud2
Il y a 287 jours
Au Brésil ils se passent de glyphosate et ils désherbent mécaniquement ??? C'est pourquoi Mr Guillaume a signé les accords du Mercosur !!!
Répondre
Réaliste
Il y a 287 jours
Le ministre parle de subventionner les outils qui permettent de se passer du glypho. M. Le ministre, le problème n'est pas d'acheter une patte d'oie ou une charrue, le problème est d'acheter le tracteur (puissant) qui va devant et de payer le gnr et de rémunérer le gars au volant. Parceque subventionner 50% d'une herse étrille qui coûte 10000€ vous êtes loin du compte. Ce sont des dizaines de milliers d'euros par exploitation et surtout PAR AN que ça va coûter.
Répondre
gus
Il y a 287 jours
comme je le dis à mes gosses qui ne reprendront pas ma petite ferme :"surtout gardez les terres , dans peu de temps vous serez content de les avoir pour y produire la nourriture de vos familles , mais il ne faudra pas oublier de les clôturer et de monter la garde la nuit , les rats vont sortir des villes .....
Ce message a été signalé 2 fois
Répondre