Bilan du Covid-19Pertes de débouchés, surcoûts : lourd tribut économique pour les coops laitières

| par | Terre-net Média

Selon la coopération laitière, les 80 jours de confinement ont pesé lourdement sur les comptes des coopératives laitières. Pour compenser des « pertes massives de débouchés » et les « surcoûts engendrés par la crise », ces dernières estiment que les négociations commerciales avec les MDD seront « déterminantes » pour l'avenir.

Les coopératives laitières expliquent avoir subis d'importants surcoûts liés à la pandémie de coronavirus.Les coopératives laitières expliquent avoir subi d'importants surcoûts liés à la pandémie de coronavirus. (©Pixabay) 

Cette année encore, et bien davantage que précédemment, les coopératives laitières « misent sur les négociations commerciales en cours sur les MDD pour s’engager dans la reprise. » Car le premier bilan économique de la crise sanitaire du Covid-19 et des plus de 80 jours de confinement se révèle très pesant, selon elles.

Dans un communiqué, la coopération laitière annonce ainsi un « lourd tribut économique » lié à la pandémie, se traduisant à la fois par des « pertes massives de débouchés » et des « surcoûts engendrés par les mesures sanitaires ».

« La fermeture des circuits RHF/RHD, de nombreux marchés de plein-air et celles des frontières a provoqué des pertes massives de débouchés, explique la branche laitière de la coopération agricole. - 31 % avec la RHD collective et commerciale, - 38 % à l’export, - 47 % en ventes directes aux consommateurs, - 35 % avec les grossistes et les industries agroalimentaires, ou encore - 44 % avec l’artisanat commercial », chiffre-t-elle.

Des chiffres alarmants auxquels s’ajoutent « un détournement de la consommation vers des produits de première nécessité – lait, crème, beurre – au détriment d’autres produits laitiers comme les fromages AOP. « La moitié des filières AOP et IGP ont dû recourir à des dons alimentaires pour éviter de jeter des produits. »

Une prime aux salariés pour la poursuite d'activité

Les coopératives agricoles expliquent aussi avoir pris en charge des surcoûts liés à la crise sanitaire. « 76 % des coopératives laitières ont versé une prime aux salariés », illustrent-elles. Certains frais ont aussi explosé : + 94 % en achats d’équipement de protection individuelle, + 65 % de frais supplémentaires liés au stockage et + 53 % de prestations de maintenance et de nettoyage ».

« L’urgence est de trouver un équilibre pour permettre, à tous les maillons de la chaîne, une valorisation juste et équitable du travail engagé », estiment-elles. Si le bilan des négociations engagées était jusque-là plutôt positif, les effets de la crise et les changements induits par le confinement ne doivent pas contrarier celles en cours qui représentent, sans conteste, l’un des leviers de reprise. »

Autrement dit, la coopération laitière espère vivement que la loi Egalim restera « le garde-fou des négociations commerciales en cours sur les MDD ». « Nous serons extrêmement vigilants sur la manière dont vont se dérouler ces négociations », explique Damien Lacombe, le président de l’instance représentative des coops laitières.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


grrr
Il y a 130 jours
la sébile automatique tendue à chaque à coup par la coopération !!
ce qui est décrit ici c'est l'actualité de toute la transformation laitière , l'attitude "y-a-que-nous" des coopératives une attitude d'avant le monde d'avant....
Répondre
Jmb67
Il y a 131 jours
Un véritable jeu de poker menteur pour faire baisser le prix aux producteurs. La coopération française malheureusement tire le prix du lait vers le bas et détruit des familles de producteur alors que son rôle devrait être le contraire.......
Répondre