Crise de l'élevagePaul de Montvalon (Apli) : « La véritable crise est devant nous ! »

| par | Terre-net Média

Membre de l'Emb et instigateur de la grève du lait en 2009, l'Association des producteurs de lait indépendants appelle à une « mobilisation générale » des éleveurs français le 7 septembre 2015 à Bruxelles, date du prochain Conseil européen de l'agriculture. Dans une vidéo, diffusée sur Youtube, Paul de Montvalon, représentant de l'Apli à l'Emb, prédit une crise bien plus grave fin 2015 et courant 2016.

L'Apli et l'Emb appellent à une L'Apli et l'Emb appellent à une "mobilisation générale" des éleveurs européens le 7 septembre à Bruxelles. (©Emb)

L’Apli, l’association des producteurs de lait indépendants, relaie l'appel à mobilisation de l'Emb et invite tous les éleveurs à se réunir le 7 septembre 2015 à Bruxelles, date de la prochaine réunion des ministres européens de l’Agriculture.

« Tous les agriculteurs souffrent... mais ce n'est pas une fatalité, il y a une solution qui se nomme la régulation européenne », explique l’Apli dans un communiqué. « Partout en Europe s'organise ce rendez-vous ! »

Dans une vidéo publiée sur Youtube, cet appel à mobilisation est relayé par Paul de Montvalon. Pour le représentant de l'Apli à l'Emb, « la véritable crise est devant nous ! »

[Vidéo] Paul de Montvalon (Apli): « Il faut que les éleveurs se réveillent »

« Nous ne sommes pas encore dans l’œil du cyclone, explique-t-il. Nous y serons fin 2015, et courant 2016. En lait, c’est impossible d’être payé 340 €/1.000 l avec la conjoncture actuelle. Il y a trop de lait. L’unique solution est la régulation européenne et la diminution de la production. Le stockage sera une bombe à retardement. »

« Moins de 280 €/1.000 l en 2016 ! »

Paul de Montvalon prédit même une chute importante du prix du lait en Europe. « Les prix du lait vont s’effondrer à 210 €/1.000 l en Belgique, à 240 € en Allemagne, et entre 250 et 280 € en France. »

En production porcine aussi il y a surproduction selon lui. « La seule solution est d’abattre 15 à 20 % du cheptel de truies. Et ensuite revoir les règles. »

Et le représentant de l'Apli de désigner les responsables de la situation actuelle : « (Ce sont) tous les responsables professionnels, se cachant derrière un pseudo statut d’agriculteurs et qui ne sont que des "agrobusiness men", des spécialistes de la spéculation, des financiers qui veulent acheter la matière première le moins cher possible pour la transformer dans leurs usines ou leurs coopératives. »

« Depuis 30 ans, ces responsables traversent les crises sans aucun dommage, alors que les éleveurs disparaissent les uns après les autres », martèle-t-il.

« Déverser du fumier devant les Gms ne changera rien »

« Il faut que les éleveurs se réveillent, réagissent et prennent conscience que nous allons au désastre ». « Vous pouvez déverser tout le fumier que vous voulez devant les Gms. Mais rien ne changera si nous ratons la mobilisation de l’Emb le 7 septembre à Bruxelles », prévient-il à leur égard.

Et le responsable de dénoncer la ligne du Copa-Cogeca, qui réunit notamment l’Apca, la Fnsea et Coop de France pour la France. « Le seul discours du Copa-Cogeca, c’est de dire qu’il faut s’adapter aux lois du marché et être compétitif. Ce discours est une honte.»

Le 7 septembre à Bruxelles, le Copa-Cogeca a lui aussi appelé à manifester devant les institutions européennes. L’Apli, elle, se fixe l’objectif de réunir 10.000 éleveurs français mobilisés autour de l’European Milk Board.

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Patrick
Il y a 2004 jours
En 2009 tout le monde quittait la Fnsea pour l'appli, mais 2 ans plus tard alors que les choses allaient mieux tout le monde a repris sa carte au syndicat majoritaire, pour élire à la tête de celui-ci un président de groupe industriel qui se moque des éleveurs au profit des céréaliers dont-il fait partie, il faut être logique et régulier, être en veille aux moindres alertes et no vouloir tout casser lorsque la situation est désastreuse.
Le principal ennemi des éleveurs est le patron préféré des Français, Le Comble, Leclerc le premier destructeur d'emplois dans le pays est mis sur un le podium, alors qu'il multiplie les actions produits gratuits et ecrase ses fournisseurs pour payer ces actions et conserver ses marges colossales, lui ses super et hyper s'amortissent en 3 ans, pendant qu'en élevage on voit de plus en plus de batiments financés sur 20 ans
Répondre
thierry16380
Il y a 2008 jours
Enfin un qui commence à réfléchir he ben il serai temps que les agriculteurs enlèvent la merde qui on devant les yeux et qu ils quittent cette secte de syndicalisme
Répondre