Paroles de lecteursUne technocratie agricole certainement moins durable que l'élevage !

| par | Terre-net Média

Pour les lecteurs de Web-agri, ce n'est pas la durabilité des productions animales qui pose problème mais celle de toutes les théories des experts du secteur, aussi nombreuses que variées. Ils se demandent d'ailleurs si elles sont toujours fondées. Qu'elles soient utopiques par contre, ils n'en doutent pas...

paroles de lecteurs elevage durable et remunerateur inrae « Pourquoi le rôle de l'élevage dans la production alimentaire n'est-t-il quasiment jamais évoqué en premier ? », déplore Quentin M. (©Terre-net Média)

Quentin M. est « d'accord avec les effets + et - mentionnés dans l'article » mais « déplore que les "bénéfices nutritionnels" ou tout simplement la production alimentaire ne soient jamais évoqués en premier par ceux qui défendent l'élevage ».

« Encore un peu et on sera bientôt relégués au rang d'activité non essentielle », ironise-t-il. De plus, personne ne dit que, dans bien des cas, l'élevage est pratiqué parce que le terroir ne permet pas de faire des grandes cultures. Par conséquent, son arrêt serait, dans ces régions, une aberration agronomique. Labourer des terres de mauvaise qualité, comme perdre de la production agricole en les laissant devenir des friches, ni l'une ni l'autre de ces solutions n'est souhaitable. Les productions animales permettent aussi de valoriser les produits agricoles de qualité insuffisante pour l'homme ou encore les co-produits d'industries alimentaires, les tourteaux par exemple. Sans parler de ces autres nombreux points positifs... »

L'élevage bientôt une activité non essentielle ?

Comment obtenir des systèmes agricoles vertueux ?

titian exhorte à « sortir des idées préconçues et de l'idéologie ». Il cite notamment « le pâturage » qui, pour être « efficient, durable et productif, doit être très intensif sur une très courte durée ». « Dit autrement, poursuit-il, le vivant amène le vivant. Donc, pour que les systèmes agricoles deviennent vertueux, il nous faut impérativement travailler sur les "fuites", le reste n'est que discutions sur le sexe des anges. »

Sortez de vos idées préconçues !

Professeur N. précise : « Un système agricole vertueux doit éliminer tout les achats générateurs de gaz à effet de serre type soja, huile de palme, etc. »

grrr lui lance : « Arrête de respirer, t'excrète du gaz carbonique ! Es-tu essentiel à la planète au point d'avoir le droit d'augmenter les émissions de gaz indésirables ? »

L'élevage, un problème ? Pas si sûr...

Lau juge que « l'article est intéressant » tout en estimant « qu'il reste beaucoup de chemin à parcourir dans l'orientation des systèmes conventionnels d'élevage : remettre les vaches laitières dans les pâtures, ce qui s'avère difficile quand le troupeau est important, accepter de baisser la production laitière en cessant d'importer des tourteaux écologiquement indésirables... On en est loin ! Dans 20 ans peut-être ? »

débutant, qui n'est pas d'accord, rappelle : « Le secteur agricole génère 10 % des GES de l'UE et on s'en prend sans cesse aux agriculteurs ?! N'y aurait-il pas un problème quelque part ou bien serions-nous la tête de turc de service ?? »

La tête de turc de service ?

titian insiste : « Il n'est même pas certain que le C02 soit un réel souci puisqu'il se recycle avec le végétal. C'est même un carburant pour l'agriculture. »

« Les consommateurs ne sont pas prêts non plus »

Doms enchaîne : « On parle beaucoup d'environnement. Certes c'est une préoccupation importante, qui a demandé de grands investissements aux éleveurs via les mises aux normes, mais résumer le revenu des agriculteurs à la seule adaptation de la future Pac me fait bien rire. En effet, je vends mes bêtes pour la boucherie au même prix que mes parents il y a 35 ans... Et ça, ça ne dérange personne !!! (...) Les éleveurs sont très mal considérés et cela ne changera pas !! (...) »

Mes bêtes sont au même prix qu'il y a 35 ans... Et ça, ça ne dérange personne !!

Patrice Brachet, lui, résume l'article en deux mots : « Paroles et paroles. » Toutefois, il est du même avis que @Lau : « Personne n'est prêt et j'ajoute le consommateur préfère investir dans un home cinéma que dans de la nourriture de qualité. (...) »

Pour Terminé, « (...) tout est dit. Une récompense pour entretenir les champs entretenus et être aux petits soins pour les animaux afin de donner bonne image aux citoyens et continuer ainsi à les nourrir à pas cher... (...) Honte à tous ceux qui, comme ce M. Mauguin, (...) sont responsables de la déchéance de l'agriculture française. Aucune reconnaissance ni soutien même dans la profession, pitoyable... (...) »

À budget de la Pac CONSTANT, comment faire ?

Quant à Jeuneagri, il se demande « comment accroître les compensations financières en faveur de l'environnement, sachant que le budget de la Pac ne bougera pas » ? « Encore un idéologue ce monsieur... Et une tentative d'endoctrinement dangereuse pour notre profession. »

Encore un idéologue...

hub est du même avis que @Jeuneagri : « La Pac n'augmentera pas. Elle pourrait même baisser pour les producteurs qui n'adhèrent pas aux nouveaux objectifs. »

Le seul levier, l'autonomie !

Popeye76, conclut de manière imagée : « Une vache qui pâture a une barre de coupe à l'avant et un épandeur à l'arrière, sans brûler un seul litre de GNR !!! Et une prairie stocke 80 t de CO2!! Les systèmes agricoles qui ont abandonné l'élevage vont subir encore plus le changement climatique car les produits fertilisants qu'il fournit limitent le stress hydrique. Mais c'est vrai que les productions animales ne sont pas assez rémunérées et que le seul levier qui reste pour gagner sa vie est l'autonomie alimentaire, avec aucun achat d'engrais ni phytos. Raisonnez au nombre d'animaux adapté à la surface que vous avez pour les nourrir. Ne vendez plus de blé à 180 €/t pour acheter de l'aliment à 300 !! Croyez-moi, ça fonctionne et mon grand regret est de ne pas adopté ce modèle dès mon installation (...) Redevenez indépendants, fermez la porte de vos fermes à tous ces conseillers qui ont toujours quelque chose à vendre et restez décisionnaires sur vos entreprises ! (...) »

Et une technocratie agricole durable ?

PàgraT regrette : « Et la complémentarité entre les productions animales et végétales, personne n'en parle ! Pourtant, la fertilité des sols, première des richesses des paysans et de la nation, en dépend très fortement ! » Il poursuit : « J'aurai bien une idée pour une technocratie agricole durable : on devrait indexer les salaires de tous ces bureaucrates sur le revenu des paysans ! »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article