OgmBruxelles veut des experts indépendants pour l'évaluation des risques

| AFP

La Commission européenne a annoncé lundi sa décision de revoir la sélection des experts impliqués dans le processus d'évaluation des risques présentés par les Ogm afin de s'assurer de leur complète indépendance.


L'autorisation des Ogm dans l'UE
n'a pas fini de faire couler l'encre...
 (© Terre-net Média)
« Nous allons développer avec l'Efsa, l'agence pour la sécurité alimentaire, un système de candidatures de scientifiques pour les panels sur les Ogm », a expliqué John Dalli, le commissaire à la Santé en charge des Ogm, à l'issue d'une réunion des ministres de la santé de l'UE à Bruxelles. « Nous voulons une évaluation de leur indépendance et un audit sera réalisé post facto sur toutes les personnes qui ont participé aux panels pour vérifier leur indépendance », a-t-il ajouté. « Nous voulons responsabiliser tous les experts », a-t-il insisté. « Je ne vois pas de cas de conflits d'intérêts au sein de l'Efsa, et je ferai tout pour qu'il n'y en ait pas », a-t-il assuré.

M. Dalli entend ainsi répondre aux détracteurs de l'Efsa qui accusent les experts chargés d'analyser les risques présentés par les semences Ogm d'être liés aux multinationales. « L'Efsa est compétente en matière de sécurité alimentaire, pas pour les questions d'environnement. Ses expertises sont limitées et elles reprennent une bonne part des argumentaires fournis par les entreprises. Or nous voulons une expertise crédible, qui rassure l'opinion publique », explique-t-on de source française.

 Prendre des décisions fondées sur des évaluations objectives

Les avis de l'Efsa sont déterminants pour les autorisations de commercialisation et de culture des Ogm. Faute de majorité en faveur ou contre, la décision revient en dernier ressort à la Commission et elle est toujours contestée. « Je dois prendre des décisions fondées sur des évaluations objectives », a expliqué M. Dalli.

Deux Ogm sont cultivés dans l'UE: le maïs MON 810 de Monsanto, en attente du renouvellement de son autorisation, et la pomme de terre Amflora du groupe allemand BASF. Plusieurs autres attendent une autorisation et des décisions seront prises à la rentrée, a-t-on appris de source communautaire. La Commission européenne va proposer le 13 juillet de rendre aux Etats la liberté d'interdire les cultures d'Ogm sur leur territoire pour débloquer le processus d'autorisation. La France refuse toutefois ce troc et exige un renforcement des analyses des risques posés par ces semences avant toute autorisation.

A lire aussi :

- Ogm - L'Efsa déplore l'absence d'évaluation sur l'utilité des Ogm

Ogm - Bruxelles maintient sa proposition d'autorisations

- Ogm - La France émet de sérieuses réserves sur les propositions de Bruxelles

- Ogm - Paris sème le doute sur les desseins de Bruxelles

- Ogm - Bruxelles va rendre aux Etats la liberté d'interdire la culture


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article