Zones défavoriséesNouvelle manifestation des agriculteurs dans le sud-ouest

| AFP

Une centaine à Montauban (Tarn-et-Garonne), entre 300 et 400 à Carcassonne (Aude) et 200 à Agen (Lot-et-Garonne) : les actions de protestations des agriculteurs contre le projet européen de révision de la carte des « zones défavorisées » se sont multipliées vendredi.

Alors qu'une délégation de Nouvelle-Aquitaine et d'Occitanie était reçue vendredi par le ministère de l'agriculture à Paris, les agriculteurs qui craignent de perdre des aides sans lesquelles leurs exploitations ne seraient plus viables ne lâchent pas la pression depuis deux semaines. Le ministre Stéphane Travert va réunir mercredi le groupe de travail national sur les zones défavorisées, dont la révision inquiète beaucoup les agriculteurs, en vue de proposer à la mi-février une nouvelle carte.

Vendredi matin, les agriculteurs de Tarn-et Garonne, ont placé des barrages sur plusieurs ponts qui enjambent la Garonne, notamment à Verdun-sur-Garonne, Bourret ou Castelsarrasin. Ceux qui avaient mené une action à la sortie Montauban Sud, annonçaient leur intention de rejoindre leur « ZAD » installée depuis lundi à Montauban Nord. Ils pourraient y rester jusqu'à mercredi. 

A Carcassonne, entre 200 et 400 agriculteurs avec plusieurs dizaines de tracteurs ont déversé du fumier et des palettes qu'ils ont enflammées devant la préfecture, selon les organisateurs. Ils ont ensuite bloqué le péage de Carcassonne Ouest

A Agen, plus de deux cents manifestants, selon la Coordination rurale, 130 selon la police, ont bloqué vendredi trois accès de l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) dans le Lot-et-Garonne. Les barrages ont ensuite été levés. « On a obtenu des avancées sur les critères spécifiques et on se revoit mercredi avec le gouvernement qui devrait faire de nouvelles propositions pour réviser le projet », a dit la présidente de la Coordination rurale Nouvelle-Aquitaine, Sylvie Girard.

« Nous restons vigilants »

« Ce qui a été proposé en décembre 2017 a été remis à plat, c'est positif. Nous sommes satisfaits de la réunion d'aujourd'hui mais ce n'est qu'une étape. Nous restons vigilants car ce qui compte c'est ce qui sera proposé mercredi », a dit Patrick Franken, président de la Coordination rurale 47. « Quoi qu'il en soit, nous rebloquerons dès mercredi matin les accès à l'autoroute pour maintenir la pression sur le gouvernement », a affirmé le responsable.

« Si le zonage était revu, des dizaines d'éleveurs seraient en très grande difficulté dans le département. C'est une aide qui est vitale pour eux, surtout en cette période de crise pour l'élevage. Ces aides permettent aux exploitations familiales de subsister », a déclaré à l'AFP Patrick Franken. « S'il n'y avait plus d'éleveurs, tôt ou tard, il y aurait des parties entière du territoire qui deviendraient des friches. Ça va à l'opposé de l'objectif annoncé du gouvernement de maintenir les fermes familiales », a-t-il insisté.

Dans le Lot-et-Garonne, l'aide reçue au titre des « zones défavorisées » concerne 603 bénéficiaires pour 3,3 millions d'euros par an au total, soit en moyenne 5 000 euros par exploitation. Avec la nouvelle carte, ne resteraient que 352 bénéficiaires, « soit une perte sèche de 1,9 million d'euros », a estimé le syndicat.

Dans les Deux-Sèvres, une trentaine d'agriculteurs ont déversé dans la nuit de jeudi à vendredi des détritus devant la sous-préfecture et devant un supermarché à Parthenay pour protester contre la révision du dispositif, selon le journal La Nouvelle République.

En début de semaine, des éleveurs dans le Lot-et-Garonne avaient perturbé pendant plusieurs heures le trafic ferroviaire entre Toulouse et Bordeaux et quelque 250 agriculteurs avaient manifesté à Montauban, bloquant notamment la rocade de la ville, moins d'une semaine après un premier rassemblement qui avait mobilisé mercredi environ un millier de personnes. Mercredi à Toulouse, les agriculteurs de Haute-Garonne ont à leur tour mobilisé plus d'une centaine de tracteurs pour paralyser le périphérique, puis le centre ville. 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article