Manifestation du 16 octobre« Sarkozy, notre agriculture a un prix »(Fnsea-JA)

| par Frédéric Hénin | Tere-net Média

Ce n'est pas une production agricole qui est en crise mais toute l'agriculture. Et la Fnsea et JA tiennent à le faire savoir en appelant ses sympathisants à manifester vendredi 16 octobre prochain dans 17 villes pour « rebâtir une agriculture », a déclaré william Villeneuve, président des jeunes agriculteurs, reprenant à son compte une expression de Nicolas Sarkozy, président de la République (1).


Dominique Barrau et Jean Michel Lemétayer,
secrétaire général et président de la Fnsea,
 conduiront la manifestation« Sarkozy, notre
agriculture a un prix » avec William Villeneuve,
président de JA le 16 octobre 2009 (© Terre-net Média)
« Nicolas Sarkozy a oublié l’agriculture!», déplore Jean Michel Lemétayer, président de la Fnsea. Et bien les agriculteurs descendront dans la rue, vendredi 16 octobre, journée mondiale de l’alimentation, pour rappeler au président de la République, au gouvernement et à l’ensemble de la population que la France a besoin d’eux pour se nourrir. Mais sans revenu plus de paysans. Et plus de paysans, plus de pays et de territoires dynamiques ! Des propos qu'avait tenu William Villeneuve à la finale du concours du labour à Lures quelques jours auparavant. 

Aussi, la grande mobilisation dans les capitales régionales du 16 octobre prochain entre 10 heures et 16 heures conduiront les agriculteurs venus manifester à revendiquer :

  • L’obtention d’une année blanche(annuités, cotisations sociales, remboursement de la Tfnb) ;
  • L’obtention d’une exonération sur la taxe carbone ;
  • La réduction du coût du travail pour faire face aux distorsions sociales ;
  • L’obtention du remboursement de la Tipp et de la Ticgn
  • Faire sanctionner les comportements abusifs dans les pratiques commerciales ;
  • Arrêter les contraintes franco-françaises (sont entre autre visées les Bcae);
  • La tenue des engagements sur les retraites.

La Fnsea et JA tiennent à ce que les revendications à court terme soient très vite satisfaites afin que les débats engagés pour préparer la loi de modernisation agricole soient les plus sereins.

 Sur le long terme, la manifestation d’octobre prochain sera l’occasion de revendiquer la nécessité de

  • Remettre la régulation au cœur de la Pac ;
  • Lutter contre les distorsions de concurrence sur les moyens de production (pourquoi pas l’instauration d’une Tva sociale) ;
  • Développer des outils pour gérer les risques : dotations pour aléas élargies aux aléas économiques, assurance organisation des filières ;
  • Trouver une place conséquence pour l’agriculture dans le grand emprunt. Elle doit avoir son plan de relance au même titre que les banques et l’industrie automobile.

Une concrétisation de cette volonté

Enfin, la Fnsea et JA ne participeront plus à une seule commission officielle (Cdoa, environnement) et continueront à mener des actions sur le terrain d’ici le 16 octobre prochain.

Jean Michel Lemétayer, qui a présidé ce 24 septembre un conseil fédéral élargi, avait invité Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture, au siège de la Fnsea pour s’entretenir avec les responsables départementaux et régionaux des syndicats majoritaires.

« Je suis ravi que Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture ait repris à son compte les revendications du syndicalisme majoritaire en faveur d’une nouvelle régulation et qu’il ait déployé d’importants efforts pour qu’une très large majorité de pays rejoigne la proposition franco-allemande », a déclaré le président de la Fnsea, jeudi soir, en présentant le programme de la manifestation.

« Mais on attend une concrétisation de cette volonté », a ajouté le président de la Fnsea. « Et nous ne saurons pas nous satisfaire d’une esquisse de régulation pour le seul secteur laitier », conclut-il.

N.B : (1) interview télévisée qu’il avait accordée à France télévision du mercredi 23 septembre.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article