Réforme de la PacLes six piliers de la position officielle de la France

| par | Terre-net Média

Alors que l'avenir de la Pac se joue à travers les âpres discussions pour un accord sur le Brexit, le ministre de l'agriculture Didier Guillaume compte défendre une position française en six piliers : maintien du budget et de la communalité, montée en gamme, transition écologique, protection contre les risques, vitalité des territoires et simplification.

Didier Guillaume, devant les députés de la commission des affaires européennes à l'Assemblée nationale le 14 novembre 2018. Didier Guillaume, devant les députés de la commission des affaires européennes à l'Assemblée nationale le 14 novembre 2018. (©Terre-net Média)  

D evant les députés de la Commission des affaires européennes à l’Assemblée nationale , le ministre de l’agriculture a longuement explicité la position de la France en vue des négociations en cours pour la réforme de la Pac. « La position de la France sur la réforme de la Pac est très claire : la Pac demeure une priorité française, a-t-il insisté. Elle ne peut être une variable d’ajustement de la prochaine programmation budgétaire 2021-2027. » Une position française bâtie sur six piliers.

Le maintien du budget et de la communalité

« Avec d’autres pays européens, la France a refusé la baisse de 5 % du budget de la Pac présenté par la Commission européenne. Ce n’est pas acceptable. La France ne reviendra pas là-dessus. Bien sûr qu’il y a d’autres sujets européens à traiter, comme l’immigration ou la sécurité, mais la Pac est la première politique intégrée de l’UE et doit le rester. À cet égard, le maintien du budget est absolument indispensable. Grâce notamment à l’action de Stéphane Travert, une majorité de pays européens soutient cette position. »

Le caractère commun est aussi à défendre dans le cadre de la réforme en cours. « La France veut limiter au maximum le nombre de dispositifs facultatifs. » Didier Guillaume et le Gouvernement souhaitent aussi « conditionner le paiement de base à un niveau d’exigences sanitaires et environnementales communes ».

La montée en gamme des produits

Le deuxième pilier de la position française pour la réforme de la Pac correspond à l’exigence d’une montée en gamme des productions agricoles. Cette exigence a été prononcée à Rungis par Emmanuel Macron le 21 octobre 2017 lors de son bilan à mi-parcours des États généraux de l’alimentation. Didier Guillaume confirme devant les députés une concordance claire entre la politique agricole menée en France par le chef de l’État et la stratégie française sur le plan européen.

Il faut, selon le ministre « renforcer la structuration, l’organisation et la compétitivité de l’agriculture a travers la montée en gamme ». Les États généraux ont acté cette direction. « La France doit se caler là-dessus. »

« L’agriculture aura un avenir notamment s’il y a une montée en gamme des produits. Cette montée en gamme doit se faire à l’échelle européenne. À ce titre, je soutiens l’extension des programmes opérationnels à d’autres secteurs. Et je salue la volonté européenne d’un renforcement de la politique environnementale. C’est un choix politique. »

Le ministre estime que la révision des aides couplées doit offrir des opportunités de transformation des filières. Il a expliqué également, sur ce volet, que « les dispositifs IGP et AOP ne doivent pas être affaiblis. »

Assurer la transition écologique

La France veut défendre « une Pac qui porte une vraie ambition environnementale, mais en donnant les moyens à l’agriculture de faire sa transition écologique ». Préférant les termes « transition agroécologique » à l’expression « verdissement de la Pac », le ministre se dit satisfait de l’architecture du volet environnemental de la proposition de la Commission européenne. « Le dispositif « eco-scheme » doit permettre une amélioration des pratiques pour le plus grand nombre. Mais il y a des points en discussions. Il ne doit y avoir aucune régression sur les exigences environnementales. » Didier Guillaume confirme être favorable à « un objectif minimal de dépenses en faveur de l’environnement, aussi bien sur le premier que sur le deuxième pilier ».

Protéger les agriculteurs des risques climatiques, sanitaires et économiques

La France ne compte pas pour autant abandonner la défense des aides directes aux agriculteurs. « Le soutien au revenu des agriculteurs par des aides directes est essentiel. C’est leur filet de sécurité. L’épargne de précaution mise en place en France dans le projet de loi de finances 2019 doit être sécurisée à l’échelle européenne. »

Assurer la vitalité des territoires

« Ce sujet ne fait pas consensus. Dans cette optique, nous soutenons le ciblage et le plafonnement des aides directes. La France défend l’idée que l’ICHN doit être ciblée vers les exploitations les plus durables et les mieux adaptées à l’entretien de ces zones. »

Simplification de la Pac

Vrai « serpent de mer », le sujet de la simplification semble, aux yeux du ministre, incontournable dans le cadre de cette réforme. « À chaque fois que quelqu’un s’est lancé dans un travail de simplification, cela s’est complexifié. J’ai bien l’intention d’avancer sur ce sujet. Pour nos agriculteurs, nous avons atteint un niveau de complexité qui n’est plus acceptable », explique le ministre, assurant avoir « fait l’exercice avec des paysans de sa circonscription ».

On ne peut plus continuer avec une Pac aussi compliquée, franchement. Ce n’est plus possible !

« Si nous voulons que nos concitoyens votent aux élections européennes, on doit leur faire la démonstration que l’Europe n’est pas une barrière technocratique, mais qu’elle les comprend. Je ne serai pas le ministre qui complexifiera les choses pour les agriculteurs et l’administration du ministère qui n’en peut plus. » Le ministre demande ainsi que la procédure d’approbation des plans stratégiques nationaux soit « claire dès le départ ». « Nous ne pouvons pas prendre le risque d’un retard ou d’une interruption des soutiens aux agriculteurs. »

En savoir plus >> L'audition de Didier Guillaume à l'Assemblée nationale


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 21 RÉACTIONS


JOVEBOSE
Il y a 4 jours
il faut simplifier et securiser la PAC c'est simple il suffit de faire une moyenne sur les 5 dernieres années oter 5% pourquoi parce qu'elle a tendance a descendre tous les ans donc si je perd 1% par an ça me va si je sais combien je vais toucher des le depart pour une periode donnée, bref ça va simplifier le travail de tous le monde,les paiements vont etre a jour et les previsions de tresorerie se porteront beaucoup mieux,il y aura moyen de garantir une date avec les banques,rebref c'est simple facile a mettre en oeuvre peu couteux et ça donnerait une certaine securitée aux paysans merci de prendre en compte ce que j'ecris....
Répondre
aranaud
Il y a 26 jours
Les fossoyeurs de l'agriculture sont en réflexion !!!!
Répondre
Janot
Il y a 26 jours
Dans le Vaucluse 3/4 de la récolte de cerises a été perdue .la mouche a tous ravages plus de produits .les cerise arrive de Turquie avec un produit interdit en France belle Europe
Ce message a été signalé 2 fois
Répondre
Lili
Il y a 26 jours
Va falloir reformer les ddt,ASP...pour qu'ils n attendent pas le mois de paiement des primes pour venir faire des contrôle et surtout de prévenir les agris des retards en gros faut arrêter de prendre les gens pour des cons
Répondre
David
Il y a 26 jours
Merci de me faire parvenir un commentaires
Répondre
LUCIDE
Il y a 25 jours
La france n'a pas besoin de l'europe pour " dégringoler". Examinez la situation financière depuis 40 ans et vous découvrirez que ce sont vos politiques qui ont tué la france.
Répondre
Debout
Il y a 26 jours
Tant qu il n'y a pas une Europe sociale juste.. On n y arrivera jamais.. C'est quand même incroyable de ne pas constater cela de la part de nos gouvernements on a mis la charrue avant les bœufs en créant l euro avant tout le reste.. On voit bien se qui se passe aujourd'hui.. La France dégringole à vitesse grand V.. Encore un Ministre qui rêve avec l écologie... Etc.. Le problème est bien plus grave... Car c'est le déclin... Il veut de la qualité pour les produits agricoles mais on le fait déjà.. Sauf que les agriculteurs ne captent plus rien de tout cela.. L amont et l aval ne sont pas en faillite....
Ce message a été signalé 3 fois
Répondre
vik
Il y a 26 jours
les sacs de farine pour boulangers à augmenté de 5e explication par courrier plus de blé oups!!!!
Répondre
Pipo
Il y a 26 jours
En complément je vous invite à lire cet article de MOMAGRI http://www.momagri.org/FR/articles/L-UE-importe-l-equivalent-du-tiers-de-ses-terres-agricoles_741.html
Répondre
titian
Il y a 25 jours
Tiens tu parle de l'ichn, elle est aux zones défavorisés, c'est marrant ma zone de coteaux avec encore un peu d'élevage en est sortie, à 10 km toute une vallée où l'élevage a disparu est maintenant classé.
Parfait pour faire des économies et noyé le poisson puisque on peut en plus affirmer avoir classer plus de communes.
Ce message a été signalé 3 fois
Répondre