Prix du laitLes rémunérations en hausse cachent des disparités de traitement selon la FNPL

| par Delphine Jeanne | Terre-net Média

Pour vérifier si la loi Egalim permet bien une meilleure rémunération des éleveurs, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) a effectué une série de relevés de prix en magasin et auprès des éleveurs. Dans les coopératives locales et régionales, ainsi que dans les groupes Bel et Savencia, la rémunération des éleveurs est globalement en hausse, mais chez Bel, seule une minorité de producteurs en bénéficie.

Traite des vachesChez Bel, seule une minorité de producteurs bénéficie de la hausse du prix du lait. (©Pixabay)

Suite à son enquête auprès des OP, des éleveurs et dans les magasins, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) « observe un niveau de rémunération significativement en hausse des éleveurs dans les coopératives locales et régionales et chez les industriels Bel et Savencia », a indiqué l’organisation le 5 novembre. Dans les autres entreprises, la couverture du coût de production des éleveurs, un des objectifs de la loi Egalim, n’est pas encore assurée.

Par ailleurs, dans le cas du Groupe Bel, « seuls les éleveurs - minoritaires - directement livreurs de l’entreprise bénéficient de prix plus élevés, les producteurs livrant via des entreprises fournisseurs d’ingrédients ou filiale du groupe Bel - majoritaires - n’ont, eux, pas accès aux hausses de prix », déplore la FNPL.

Moins de volumes de vente en grande distribution

Les deux groupes laitiers qui ont augmenté leurs prix payés aux producteurs relèvent également « des effets négatifs sur les volumes de leurs ventes au niveau de la grande distribution », indique la FNPL, qui se demande si ces opérateurs sont sanctionnés par les distributeurs, ou s’il s’agit d’un « manque d’ambition de certains transformateurs laitiers priorisant le dégagement des volumes au détriment du prix payé aux éleveurs ».

La FNPL prévient en tout cas qu'elle poursuivra son travail de contrôle et d’évaluation en ce sens pour permettre une véritable couverture des coûts de production.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Sarthois
Hier
Pourquoi vous tapez toujours sur bel, c est la seule entreprise qui paye 100% des ses producteurs et 100 % de son lait à un prix rémunérateur.... vous mettez souvent en-avant des démarches comme c est qui le patron ou seulement 15 20 % du lait est payé au prix annoncé ! Vous reprochez à bel de ne pas payer le prix haut aux lait que ils achètent à l extérieur ? Ils ne vont quand même pas remonter toute la filière pour trouver quel est le producteur d origine et lui donner les primes??
Répondre
Capitaine
Il y a 5 jours
L’articlé parle de disparités de rémunération des producteurs et tout les producteurs de lait de plaines sont réglés le même prix collectif national alors qu’aucune entreprise ne fabrique le même produit fini!!! Cherchez l’erreur, sachant que la poudre est à 2200€ et qu’on dispose d’un stock de beurre Européen de 70.000 T et ce dernier vaut 3500-3600 €/t . De plus les stocks de poudre sont disparus et comme par hasard personne ( soit disant) n’est capable de chiffrer le montant des nouveaux stocks privés nouvellement reconstitués sur l’europ ! Aussi à toutes ces données vient s’accumuler le recule de la production de lait de montagne et de façon sévère en massif central. A qui profite le crime pendant que la loi égalim patine et enlise les PME ?!?
Répondre