Grippe aviaireLes producteurs de volaille et foie gras peu inquiets des arrêts d'exportations

| AFP

Paris, 4 déc 2015 (AFP) - Le syndicat des éleveurs de volaille s'est montré vendredi peu inquiet de la décision d'au moins huit pays d'arrêter leurs importations de produits avicoles français après la détection de cas de grippe aviaire, arguant de la faible part des exportations dans le chiffre d'affaires de la filière.

« C'est injuste et ennuyeux » mais les exportations « ne sont pas le plus gros volume » dans les ventes globales de volaille française, a réagi auprès de l'AFP Jean-Michel Schaeffer, président de la Confédération française de l'aviculture (CFA), syndicat majoritaire chez les éleveurs de volaille.

Les exportations de volaille représentent environ 6 % des ventes totales de la filière française, qui s'élèvent à 7 milliards d'euros, selon lui. La Corée du Sud, le Japon, la Chine, la Thaïlande, l'Egypte, l'Algérie, le Maroc et la Tunisie ont annoncé l'arrêt de leurs importations.

Pour Christian Marinov, directeur général de la CFA, il s'agit pour plusieurs de ces pays « d'une rétorsion commerciale plus que sanitaire ». D'ailleurs, l'Arabie saoudite, de loin le 1er importateur de volaille française avec 30 % des achats en 2014, « n'a pas fermé (son marché). Ils nous font confiance », souligne Christian Marinov.

En outre, les achats de dindes et chapons pour Noël sont « principalement destinés au marché français ou européen, qui reste ouvert », rappelle Jean-Michel Schaeffer.

Par ailleurs, des « avancées diplomatiques » pour rouvrir les exportations de foie gras, qui fait partie des produits concernés, ont déjà eu lieu avec le Japon, 1er importateur de ce produit, a expliqué à l'AFP Marie-Pierre Pé, déléguée générale du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog). Tokyo a ainsi « accepté de reconnaître une date de début d'épisode » de grippe aviaire, ce qui signifie qu'il acceptera d'importer des produits fabriqués avant le 23 octobre, par exemple du foie gras congelé. Ces produits représentent la majorité du foie gras destiné à l'exportation vers le Japon, le reste étant du foie gras cru. L'impact sera donc « à la marge », estime Mme Pé, du Cifog.

Jeudi soir, la Direction générale de l'alimentation (DGAL) a indiqué à l'AFP qu'au moins huit pays d'Asie et d'Afrique du Nord avaient fermé leurs frontières aux volailles et autres produits avicoles français en raison des cas de grippe aviaire détectés la semaine dernière en Dordogne.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article