Lutte contre les mouches, le taupin...Les producteurs de maïs veulent aussi déroger à l'interdiction des néonicotinoïdes

| AFP

Les producteurs de maïs veulent à leur tour bénéficier d'une dérogation pour utiliser des pesticides à base de néonicotinoïdes, disent-ils vendredi, au lendemain de l'engagement du gouvernement à ouvrir la voie à ces insecticides pour les planteurs de betteraves.

Maïs fourrageL'AGPM demande aussi des solutions pour lutter contre les mouches ou le taupin. (©Terre-net Média)

Le ministère de l'agriculture a annoncé jeudi vouloir autoriser les agriculteurs à utiliser dès 2021, « dans des conditions strictement encadrées » et jusqu'en 2023 maximum, des semences de betteraves enrobées de néonicotinoïdes.

Ces insecticides qui s'attaquent au système nerveux des insectes, et donc des pollinisateurs comme les abeilles, avaient été interdits de tout usage phytosanitaire en septembre 2018. Les planteurs de betteraves avaient réclamé de pouvoir les utiliser pour s'attaquer aux pucerons verts, vecteurs du virus de la jaunisse qui fait s'effondrer les rendements cette année.

« La maïsiculture est également en situation d'impasse totale pour lutter contre les mouches », soutient dans un communiqué le syndicat des producteurs de maïs AGPM, branche spécialisée de la FNSEA.

« Une recrudescence de ces ravageurs aurait des conséquences dramatiques pour les producteurs et les éleveurs qui comptent sur le maïs fourrage pour nourrir leurs animaux », poursuit l'AGPM, demandant que « la voie dérogatoire pour l'accès aux solutions efficaces » soit également « ouverte pour la culture du maïs ».

« La campagne 2016 a été marquée par de violentes attaques de mouches (mouches des semis, oscinies, géomyzes) qui avaient occasionné d'énormes dégâts sur plus de 40 % des surfaces bretonnes avec des parcelles totalement dévastées. Et pour le taupin, premier ravageur du maïs, les solutions alternatives ne sont pas satisfaisantes », affirme l'AGPM. « L'interdiction anticipée des insecticides néonicotinoïdes sans réelle solution alternative est une folie », plaide l'organisation.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 20 RÉACTIONS


Thibaud79
Il y a 40 jours
Ça fait plaisir quand on voit un agriculteur prendre conscience comme Lau.
Et les souhaits des citoyens pour leur santé, devraient être les même pour les agriculteurs , Non ?

C'est marrant de voir les réactions quand on dit des choses qui dérangent les pratiques actuelles.

On est donneur de leçon et pas de réponse sur le fond...
Et vous en savez quoi de ce que je fait dans la vie ?
Justement je le fais exprès de ne pas le dire au début. Ca permet de voir à qui on a à faire.
Paysan en vente directe majoritairement et qui ne comprends pas ce manque de prise de conscience ( pas seulement dans les paroles, dans les pratiques).
Ha làlà, pénibles ces écolos qi pensent biodiversité et santé des citoyens (les pbs de cancers et maladies neuro dégénératives c'est pas moi qui le dit. Les études de l'Inserm etc renseigner vous. Et pas à la MSA ....)
Évidemment les aveugles n'y croiront pas tant qu'on aura pas prouver que telle molécules donne telle maladie.... Alors que des études montre clairement des populations exposées bien plus touchées (comme les pauvres gamins vivants dans les régions de cultures arboricoles... Demandez au CHU de Montpellier ce qu'en pensent les neurologues).
Quand les intérêts économiques dépassent les pbs de santé, là on peu voir que le principes de précaution n'existe plus.
Ce n'est pas comme s'il n' y avait pas d'alternative.
Et pourtant les vrais bio font souvent des actions de ferme ouvertes pour partager leurs connaissance. Il existe des formations financées. Mais bon on sait ou sont les blocages.

Bon je m'arrête là. Je sais trop que ça ne sert à rien.
Répondre
Lau
Il y a 41 jours
Bonjour
Il nous faut répondre aux souhaits de nos concitoyens. Ils ne veulent plus de ces produits efficaces mais probablement dangereux pour toute la bio diversité dont nous faisons partie
Alors à NOUS de faire évoluer nos systèmes fourragers ou nos assolement céréaliers pour ne plus dépendre des firmes agr chimiques qui nous font croire que leurs poisons sont indispensables! ,
Répondre
Réaliste
Il y a 41 jours
Quand je vous le disais que les écolos dingos allaient débarquer. Et attendez l'automne quand on va semer (ou autre chose, de toute façon ils n'y connaissent rien), ça va être folklo avec les dingos qui vont se coucher devant le tracteur ou nous lancer des cailloux.
Répondre
Cabeillade
Il y a 42 jours
On va passer sur le ton péremptoire et donneur-de-leçons de vos commentaires mais sur un plan purement technique, on ne peut que vous suggérer d'éviter de donner des "conseils", vu le peu de connaissances et d'expérience que vous semblez avoir dans le domaine agricole. Si vous souhaitez vraiment "militer pour un retour à une agriculture durable et soutenable", le mieux serait peut-être de reprendre une ferme afin de partager vos expériences avec les autres. Ça implique de mettre un peu d'eau dans son vin afin que le "poids de la culture familiale ou locale" ne soit pas vécu comme un fardeau mais comme une source d'inspiration, de savoir et d'entraide, dans un esprit d'humilité et de respect.
Répondre
Pipo
Il y a 41 jours
Thibaut est au sommet de la condescendance. Inutile de poursuivre.
Répondre
Thibaud79
Il y a 42 jours
Bien sur vu l'état des sols devenus pauvres, tassés, etc, et la biodiversité environnante le retour à l'équilibre ne se fera pas d'un coup. Il va falloir bosser et être patient pour cela.
Des tours en campagne, je les fait sans arrêt y vivant et y pétant présent sur le terrain bien plus que bcp d'exploitants agricoles qui descendent peu de leurs tracteurs. Ils gagneraient à le faire plus souvent et à observer la nature.
Par exemple en voyant par exemple comment les terres en limite d'autres en bio, en friches depuis longtemps, en bois, sont descendu.
Des terres qui ne savent plus garder leurs éléments.
Éléments emportés par le ravinement des sols.
Et bien sur en tirer des conséquences pour modifier ses pratiques culturales.
Répondre
Thibaud79
Il y a 42 jours
Il n' a jamais été question dans mes propos de se débarrasser complètement de pucerons et autres prédateurs.
Il s'agit de ré-équilibrer la biodiversité et d'éviter les invasions. Pas de se débarrasser complètement. Je n'ai pas écrit cela. Favoriser les prédateurs, ne signifient pas qu’ils vont faire disparaitre à 100% les ravageurs et heureusement.

C'est sur que pour les agriculteurs, les exploitants agricoles, qui souhaitent cultiver et voir leur parcelles comme une paillasse de laboratoire... L'hygiénisme est partout maintenant.
Et que vont en penser ses collègues et voisins etc.... Suivant quels critères sont fait les choix culturaux ??? Parfois il vaux mieux ne pas savoir. Je suis d'une famille d'agriculteurs et je connais malheureusement ce poids de la culture familiale ou locale.

Je ne met, bien sur, pas tout le monde dans le même panier. Entre l'agriculture dite conventionnelle (ça devrait être l'agri naturelle dite bio qu'on devrait nommer comme ça) et les producteurs ou nous nous fournissons pour nous nourrir il y a un pas!
Pas qui leur fait peur !!!??? Par manque de confiance ? Pas peur de reconnaitre d'une certaine façon qu'on a fait fausse route depuis des décennies ?

Eh oui mes propos ne sont pas tendre quand je parle d'incompétences.

Ca fait qq années que je milite pour un retour à une agriculture durable et soutenable, je vois qu'on connais tous tout ces éléments depuis longtemps et on voit le résultat. En somme on creuse la falaise, elle s'écroule sur nous et on continue de creuser. Alors face à ces gens, qui de plus en plus consomment bio (de supermarché) et continue d'empoisonner les futurs consommateurs de leur production, je ne suis plus tendre.
A force de dire a les pauvres agriculteurs etc etc , ce sont pour beaucoup dans l'agri conventionnelle des enfants gatés et la faute n'est jamais la leur.
Je les comprends mais ne les excuse plus.




Ma référence en matières de qualité d'agriculture, n'est pas ce que font les voisins, mais ce que la nature et la biodiversité ont besoin pour arrêter de s'effondrer.

Eh oui mr Pipo nous n'avons pas les même référence de l'argent, effectivement là c'est clair.

Habituellement quand la société subventionne des personnes privées, là des entreprises agricoles, c'est en attendant (et normalement devrait demander), une retour positif pour la société !!
Et la le retour: pollution des nappes phréatiques avec les effets sur la santé des agris et leur familles et pour les citoyens, cout de santé pour la sécu qu'on paye tous, couts de dépollution sur nos factures d'eau, destruction des paysages, avec la disparition des haies depuis 50 ans, etc....
Répondre
jean
Il y a 43 jours
je suis un tres petit apiculteur et je perd régulièrement mes ruches c est entièrement de ma faute des copains vrais apiculteurs ont très peu de perte nous avons dans un poteau edf une colonie florisante et bien sur personne ne peut lui prendre son miel
Répondre
Pipo
Il y a 41 jours
ah bon vous parlez de quoi du coup quand vous écrivez «A-t-on des compétences économiques quand on ne peux pas exister sans toutes ces énormes subventions pac ?» ? Déjà, il s'agit de primes compensatoires. Ensuite, je vous soupçonne de jalouser votre, ou vos voisins , c'est une maladie récurrente parmi les gens de votre style, on en croise des dizaines. Gardez votre lobbyisme de pseudo écolo pur vous.
Répondre
Thibaud79
Il y a 42 jours
Je ne comprends pas votre réponse ? Ou alors trop bien ?
C'est marrant les interprétations et détournement du sujet....
Oui on le sait que les plus gros bénéficiaires de la PAC ne sont pas spécialement agriculteurs.

Je ne vous parlait pas de ça et apparemment ça dérange de parler de cet argent public "si bien utilisé"...
Et on détourne le regard ailleurs...

Ah ce cher Pipo ! déjà croisé sur d'autres forums et qui est un des lobbyistes qui travaille pour le système agricole chimique, et dont le boulot est de venir sur ces forums pour soutenir l'agriculture chimique. Et qui annonce la couleur avec le choix de son pseudo.
Je ne m'éterniserai pas ici.
Répondre