Prix du laitLes Jeunes Agriculteurs haussent le ton

| Afp

PARIS, 05 fév 2014 (AFP) - Les Jeunes Agriculteurs ont haussé le ton mercredi et menacé de se mobiliser si les enseignes de la grande distribution ne changent pas leur politique de guerre des prix, en pleine négociation commerciale pour l'année à venir.

« L'étape des discussions a sans doute fait son temps. Si les grandes enseignes ne changent pas leur discours, Jeunes Agriculteurs saura se mobiliser pour leur faire entendre raison », prévient le syndicat dans un communiqué. La Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) juge également que « cette guerre des prix est suicidaire ». « La conjoncture laitière est extrêmement favorable (...) Certains transformateurs en profitent logiquement et n'auront pas d'excuse pour rémunérer au juste prix les producteurs de lait en 2014 », prévient-elle dans un communiqué distinct.

Le patron de Système U, Serge Papin, a prédit mardi une nouvelle crise du lait, dénonçant le « manque de responsabilité des leaders » du secteur. Selon lui, « les négociations commerciales qui se tiennent actuellement sont en train de suggérer à la production de revenir à un prix du litre de lait à 32 centimes d'euros », soit le niveau d'avant la crise de l'an dernier.

Au printemps 2013, alors que les producteurs de lait étaient en pleine crise, le gouvernement avait nommé un médiateur, qui avait préconisé une augmentation des tarifs. Le prix du litre était alors passé à environ 35 centimes le litre, selon Serge Papin. Mais, même à ce niveau, « ce prix reste insuffisant » pour faire vivre les producteurs en comparaison par exemple de l'Allemagne, où le lait est vendu à 40 centimes le litre, juge-t-il encore.

Jeunes Agriculteurs « salue » cette prise de position, « à condition, bien entendu, que ce ne soit pas une manière de se "couvrir" d'une potentielle baisse des prix ou de négociations compliquées ».

Même son de cloche à la FNSEA qui craint que le patron de Système U ne cherche à se défausser. «"Je vous préviens par avance, on va pas payer cher, mais je suis pas le responsable, c'est les autres" : ça ne me suffit pas comme prise de position », explique Xavier Beulin, président de la FNSEA, à l'AFP.

Pour sa part, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, avait prévenu lors de ses voeux à la presse fin janvier qu'il serait très attentif aux négociations autour du prix du lait.

Les négociations commerciales entre les agriculteurs, les transformateurs et les distributeurs doivent s'achever fin février et définiront les relations commerciales pour un an. La fin de ces discussions tombera en plein salon de l'agriculture. L'an dernier, le prix du lait s'était déjà imposé comme un des sujets majeurs de ce grand rendez-vous annuel de l'agriculture française. 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article