Blocages de coopératives laitières« Les éleveurs sont eux-mêmes dirigeants de leurs coops » rappelle la FNCL

| par | Terre-net Média

Dans un communiqué, la Fédération nationale des coopératives laitières s'étonne des appels à mobilisation contre ses coopératives adhérentes par le syndicalisme majoritaire. La FNCL appelle les producteurs manifestants à « des discussions constructives ».

« La FNCL s’étonne des appels à la mobilisation des producteurs laitiers à l’encontre de leurs coopératives », réagit le syndicat, dans un communiqué, aux blocages de sites coopératifs dans le Grand Ouest ce mardi 13 juin 2017. « La FNCL tient à rappeler que les producteurs adhérents d’une coopérative en sont également les actionnaires et les dirigeants : les décisions proposées par les conseils d’administration des coopératives (composés de producteurs) sont soumises chaque année au vote de tous les adhérents, selon un processus démocratique et transparent. Il appartient donc à chacun de faire entendre ses positions au sein-même des coopératives, par des discussions constructives. »

Pour justifier cet appel « au dialogue », l’instance représentative des coopératives laitières estime que « les marchés sont aujourd’hui très contrastés ». « Si les cotations des dernières semaines semblent confirmer une reprise des cours, la remontée va continuer à se répercuter progressivement dans les prix payés aux producteurs : les trois premiers mois 2017 voient le prix du lait atteindre 323 €/tonne en France. » Avant de cibler les enseignes de la distribution : « Ces hausses aux producteurs ne pourront se confirmer que si les distributeurs jouent également le jeu dans les négociations en cours sur les MDD, en acceptant les hausses demandées par les transformateurs, restées à ce jour sans réponse. »

« Attiser les oppositions et continuer à mettre les acteurs dos à dos ne permettra pas d’inscrire la filière française dans une dynamique d’avenir. La FNCL appelle donc les producteurs à être force de propositions au sein de leurs coopératives pour construire un projet commun vertueux, développer davantage de valeur ajoutée et conquérir de nouveaux marchés », estime pour sa part Dominique Chargé, président de la FNCL.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


farmer50
Il y a 1269 jours
perso, je suis chez lactalis mais j'ai de nombreux collègues qui sont chez agrial et l'un d'entre eux s'est vu rétorqué (alors qu'il exprimait avec véhémence, le connaissant, lors d'une réunion de secteur) par le responsable administratif que s'il n'était pas en accord avec les conditions offertes par sa coopérative, il pouvait en changer ou arrêter le lait. Il en est restait "sur le cul". Ces propos m'ont été confirmer par d'autre collègues présent. Donc, un adhérent a t-il le droit de remettre en cause les orientations prisent en son nom, j'en doute!!!! Une coop appartient-elle toujours à ses coopérateurs, j'en doute!!!
Répondre
steph72
Il y a 1270 jours
La dynamique d'avenir n'est valable que si les producteurs vivent de leur travail,et aux jeunes peuvent s'installer qu'ils ne fassent pas croire qu'ils ne peuvent pas payer plus.
Encore une fois si sodiaal a un probleme de rentabilité qu'elle améliore sa gestion au lieu de considérer le prix au producteur comme variable d'ajustement.

Répondre