Accords commerciauxLes éleveurs de ruminants unis contre « la folie libre-échangiste »

| par | Terre-net Média

Dans un texte commun, les éleveurs de ruminants français demandent à la Commission européenne de mettre fin à sa politique « effrénée » de conclusion d'accords de libre-échange incluant le secteur agricole dans les négociations.

« Parce que sans éleveurs en France et en Europe, demain, il n’y aura pas de souveraineté alimentaire, les produits d’élevage doivent être systématiquement exclus de ces négociations », a rappelé le 5 juin l’Alliance des éleveurs de ruminants, rassemblant les éleveurs français de bovins, d’ovins et de caprins, dans un communiqué dénonçant la « folie libre-échangiste » de la Commission européenne.

Ceta, Mercosur, renégociation du panel hormones avec les États-Unis, Mexique, Nouvelle-Zélande ou encore Australie, la liste est bien trop longue pour les éleveurs pour qui ces accords avec des pays « qui ne respectent pas les standards de production européens », « font peser une menace sans précédent sur l’élevage de ruminants français et son modèle familial et herbager, à l’origine de nombreux services rendus aux populations, aux territoires et à l’environnement ».

Sans compter que ces accords sont en contradiction avec la politique actuelle de l’Union européenne et le Pacte Vert annoncé par la Commission, qui a dévoilé fin mai ses stratégies Biodiversité et Ferme à la fourchette. « comment Bruxelles peut-elle, en même temps, encourager l’arrivée massive, dans les assiettes des consommateurs européens, de viandes bovines américaines issues d’animaux nourris aux farines animales, de viandes ovines « réfrigérées » et de lait néo-zélandais ayant parcouru des milliers de kilomètres ? », demandent les éleveurs qui veulent que l’élevage soit systématiquement retiré des accords de libre-échange.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article