Calcul des aides Pac pour 2019 Les éleveurs de ruminants seront les grands gagnants de la réforme

| par | Terre-net Média

Les céréaliers supportent à la fois la baisse du budget de la Pac pour 2014/2020 mais aussi le redéploiement des aides en faveur de l'élevage. Aussi, la grande majorité des producteurs de bovins et d'ovins viande sont les grands bénéficiaires du rééquilibrage qui sera amorcé début 2015.

Les éleveurs d'ovins sont les principaux bénéficiaires du redéploiements des aides après 2015.Les éleveurs d'ovins sont les principaux bénéficiaires du redéploiement des aides après 2015. (©Terre-net Média)

La réforme de la Pac profitera bien aux élevages en système herbager et en zone de montagne dotés de Dpu inférieurs à la moyenne nationale, selon les simulations réalisées par Vincent Chatellier, économiste à l’Inra.

Avec des Dpu importants, les engraisseurs de bovins viande sont les seuls producteurs de ruminants spécialisés à être les grands perdants de ce redéploiement des aides. Les éleveurs de vaches laitières en système maïs verront aussi leurs aides découplées du premier pilier baisser en raison de leur Dpu historiques élevés, mais dans de moindres proportions. Ces derniers cumulent à la fois des Dpu issus des aides directes auxquelles ont été ajoutées les aides laitières et d’abattage découplées.  

Quant aux polyculteurs, ce sont les céréales qui les conduisent à devoir supporter une diminution de leurs aides découplées après 2015, alors que d’un point de vue agronomique, leur système est le plus équilibré.  

 

Hypothèses retenues pour le second pilier de la Pac

  • Revalorisation de 15 % du montant des Ichn (Indemnités Compensatoires de Handicaps Naturels) ;
  • Fusion des dispositifs Ichn et Phae (Prime Herbagère Agro-Environnementale), avec modification des seuils de surface de 100 hectares à 75 ha (avec transparence Gaec) ;
  • Attribution d’une nouvelle aide aux exploitations qui percevaient l’Ichn, mais qui n’étaient pas éligibles à la Phae ;
  • Octroi d’un soutien spécifique aux surfaces herbagères des exploitations laitières localisées dans les zones défavorisées simples.

Hypothèses pour les aides couplées

  • Primes aux vaches allaitantes, veaux sous la mère, aide ovine, aide caprine, lait de montagne conservées par rapport à la situation actuelle ;
  • Lait de vache : 80 millions d’€ (au prorata des effectifs de vaches laitières soit environ 20 €/VL en moyenne) ;
  • Engraissement des bovins mâles : 10 millions d’€ (prorata des mâles vendus de 1 à 2 ans) ;
  • Protéines végétales : 150 millions d’€. soit 100 €/ha en faveur des protéagineux et de la luzerne déshydratée et près de 30 €/ha de prairies temporaires.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Pub

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


endoumines
Il y a 363 jours
Mais prime ichn réservé aux éleveurs ayant au moins 30 ugb idem pour les pmtva .Qui à fait rajouter cela aux textes ????
Répondre