Accord UE-MercosurLes discussions se poursuivent au niveau politique

| AFP

Les discussions sur un accord commercial entre l'Union européenne et le Mercosur, entrées dans leur dernière ligne droite, se poursuivront mercredi soir au niveau politique lors d'un dîner entre les représentants européens et sud-américains pour le commerce, a annoncé mardi la Commission.

« Les équipes de négociation de l'UE et du Mercosur sont réunies à Bruxelles depuis vendredi et ces discussions techniques se poursuivent », a déclaré le porte-parole de l'exécutif européen, Margaritis Schinas. « Le vice-président (de la Commission Jyrki) Katainen et les commissaires au commerce Cecilia Malmström et à l'agriculture Phil Hogan rencontreront demain, mercredi 26 juin, les ministres du Mercosur pour un dîner de travail afin de faire le point sur les progrès réalisés jusqu'à présent dans les tractations », a-t-il ajouté. Ces représentants politiques ont l'objectif de s'entendre enfin sur cet accord discuté depuis 20 ans et déjà présenté à plusieurs reprises par le passé comme étant sur le point d'aboutir. Les discussions entre l'UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) pourraient donner naissance à l'un des plus vastes accords de libre-échange jamais conclu, avec plus de 770 millions de consommateurs et 18 000 milliards d'euros de PIB.

Vendredi, les dirigeants de sept États membres de l'Union européenne (Allemagne, Pays-Bas, Espagne, République tchèque, Portugal, Lettonie et Suède) ont exhorté dans une lettre commune la Commission européenne à conclure cet « accord historique ». L'ardeur de ces pays à conclure les négociations s'oppose à la « profonde préoccupation » exprimée quelques jours plus tôt dans un autre courrier à la Commission par les dirigeants français, irlandais, polonais et belge, qui s'inquiètent eux des répercussions de l'accord UE/Mercosur sur l'agriculture.

Les éleveurs inquiets pour la filière viande bovine

Cet accord suscite un malaise grandissant dans certains États membres de l'UE sous la pression des agriculteurs, inquiets pour leur production de viande, et des ONG, préoccupées par le climat. « Comment pouvons-nous envisager d'affaiblir à nouveau nos communautés agricoles européennes ? », s'est récemment alarmé le Copa-Cogeca, principal syndicat agricole dans l'UE. Mardi, 340 ONG européennes et sud-américaines, dont Greenpeace ou Friends of the Earth, ont demandé à l'UE d'« interrompre immédiatement » les discussions « en raison de la détérioration des droits humains et de la situation écologique au Brésil » depuis l'investiture en janvier du président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro.

Retrouvez la position du nouvel eurodéputé Jérémy Decercle sur l'accord UE/Mercosur :
« Cet accord doit relever de la nouvelle commission européenne »

L'UE et le Mercosur ont échangé en 2018 pour près de 88 milliards d'euros de marchandises. Les pays d'Amérique du Sud ont essentiellement exporté leurs produits agricoles et les Européens des produits industriels et pharmaceutiques.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article