Prix du laitLes coopératives dans le viseur des éleveurs laitiers

| par | Terre-net Média

À l'appel de la FNPL, les producteurs de lait manifestent ce mardi 13 juin 2017 dans le grand Ouest pour demander un prix du lait d'au moins 340 ¤/1 000 l. Leur cible : les coopératives laitières accusées de ne pas montrer l'exemple d'une meilleure revalorisation des prix.

A Guinguamp, les producteurs de lait ont déjà bloqué le site Sodiaal la semaine dernière. A Guinguamp, les producteurs de lait ont déjà bloqué le site Sodiaal la semaine dernière. (©@LeTelegramme)

Après le blocage, la semaine dernière, de l’usine Sodiaal de Guinguamp dans les Côtes-d’Armor, les producteurs de lait du Grand Ouest se mobilisent plus fortement encore ce mardi 13 juin 2017, à l’appel des FRSEA, des Jeunes agriculteurs et de la FNPL.

Au moins sept coopératives laitières seront bloquées par des centaines de producteurs : le site Sodiaal au Mans (Sarthe), celui de Terrena à Ancenis (Loire-Atlantique), ceux d’Agrial Eurial à Herbignac (Loire-Atlantique) et à Moyon (Manche), celui d’Even à Ploudaniel (Finistère), celui d’Agrial à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine), celui de Laïta à Yffiniac (Côtes-d’Armor). « Des sièges sociaux d’entreprises laitières seront aussi visités », ajoute André Bonnard, secrétaire général de la FNPL. « Les producteurs sont en crise depuis 1 000 jours », a-t-il rappelé chez nos confrères de France Info.

« Les éleveurs attendent des réponses d’abord sur le prix du lait mais également sur les moyens donnés pour obtenir durablement une meilleure répartition de la valeur », expliquent les représentants du syndicalisme majoritaire en Bretagne et Pays-de-la-Loire.

« Les coopératives doivent montrer l'exemple »

Les éleveurs ont choisi de cibler leurs coopératives laitières qu’ils accusent de ne pas montrer l’exemple en matière de revalorisation du prix payé aux producteurs. « Aujourd’hui, des signaux favorables impactent déjà positivement les prix du lait des pays européens. Les entreprises et les coopératives en premier lieu doivent montrer l’exemple en apportant des réponses par le prix aux producteurs. »

De leur côté, des représentants de la FNPL ont choisi un magasin U Express du 2e arrondissement de Paris pour y rencontrer Serge Papin, le patron du groupe Système U. « Cette action vise notamment à montrer que la loi Sapin 2 est opérationnelle si les acteurs économiques le décident pour des relations commerciales plus transparentes et un prix du lait juste alors que les éleveurs sont en crise depuis plus de deux ans », explique le syndicat.

« La loi Sapin 2 permet de faire référence à des indices de coûts de production dans les contrats de la chaîne alimentaire, commente pour sa part la FNSEA. Mais force est de constater, une nouvelle fois, l'absence de traduction concrète : les paysans n'en voient pas la couleur car les transformateurs sont dans l'incapacité de faire passer des hausses de prix auprès des grandes et moyennes surfaces. »

En fin de journée, la délégation de la FNPL doit être reçue par le ministre de l’agriculture Jacques Mézard pour évoquer les États généraux de l’alimentation, brandie par Emmanuel Macron et son nouveau gouvernement comme le dispositif pour répondre à la problématique des trop faibles prix et revenus agricoles.

Les éleveurs FDSEA et JA réclament un prix d’achat d’au moins 340 €/1 000 l. Or selon l’observatoire de la formation des prix et des marges, le coût de production du lait de vache estimé sur base comptable (hors rémunération calculée de l’éleveur) a progressé en 2016 et atteint 365 € pour 1 000 litres (contre 360 en 2015).

De quoi alimenter la critique de la Coordination rurale à l’encontre de leurs homologues du syndicalisme majoritaire. « Pour l’Organisation des producteurs de lait de la Coordination rurale, il est légitime de demander un prix supérieur à cette somme, et il est digne et juste qu’il soit à 450 €, surtout quand l'observatoire l’annonce comme étant le prix à atteindre pour rémunérer les producteurs. »

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


Balel
Il y a 15 jours
Gérer au niveau européen la production : voilà la solution. Mais c'est trop tard. Le train est passé en 2009, et le chef de gare qui la fait dérailler à l'époque, est toujours aujourd'hui à la tête des coops.
Répondre
alain
Il y a 16 jours
donnez nous une solution pour que le prix remonte !!!!
Répondre
c est qui le dindon
Il y a 16 jours
quand la gde coop valorise pour l année 2016 ,a 322e chez yoplait, !!!!
380 a nutribio pour la poudre infantile
258 a synutra pour la poudre infantile (surement revendue en chine AU MOINS aussi cher que en France)
l action synutra est passée de 4e a 6e en un an
il fallait mieux vendre une vache et acheter des actions synutra que de traire
Répondre
Toujours pas compris
Il y a 16 jours
Le blocage des laiteries gêne tout le monde sauf les laiteries car elles sont assurées pour ce genre d'aléas. De plus, au printemps, les livraisons précédentes étaient bonnes, et l'hypothétique "rareté" occasionnée va leur permettre de monter les prix de ventes après les blocages, soit dans 3 ou 4 jours à peine. Pendant ce temps, les tanks débordent et la discorde monte dans les campagnes entre agriculteurs.
Les laiteries s'amusent de ce genre de protestation ...
Répondre