Suite des mobilisations FNSEA-JALe Premier ministre rassure les syndicats

| par | Terre-net Média

Suite à la manifestation et aux blocages du 27 novembre, la FNSEA et Jeunes agriculteurs ont obtenu un rendez-vous avec le Premier ministre, le 3 décembre. S'il réserve ses annonces aux jours qui viennent, notamment en ce qui concerne les ZNT, Édouard Philippe a tenu à rassurer les représentants des agriculteurs sur certains points clés, comme le renforcement des sanctions en cas d'intrusion dans les élevages, ou sur la volonté du gouvernement de mettre la pression sur les distributeurs et les industriels qui ne jouent pas le jeu de la loi Égalim.

A l'issue de leur rendez-vous, Christiane Lambert et Samuel Vandaele estiment avoir été écoutés par le Premier ministreÀ l'issue de leur rendez-vous, Christiane Lambert et Samuel Vandaele estiment avoir été écoutés par le Premier ministre. (©Terre-net Media)

Après une manifestation nationale et un blocage du périphérique parisien par les tracteurs, le 27 novembre, la FNSEA et JA avaient finalement suspendu leurs actions en attendant un rendez-vous avec Édouard Philippe, prévu le 3 décembre.

« Nous avons eu de l’écoute sur nos différents sujets », a salué Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, à l’issue de la rencontre. Les représentants des deux syndicats estiment en effet avoir reçu le soutien du Premier ministre sur différents points clés, notamment sur la question des produits phytosanitaires. « Nous voulons que la science prévale », a rappelé Christiane Lambert, un point de vue qu’elle dit avoir également « entendu de la bouche du Premier ministre ». Ce dernier doit s’exprimer dans les prochains jours sur les ZNT et le calendrier de mise en œuvre, ont expliqué les représentants des deux syndicats. Vraisemblablement, les arrêtés ne devraient pas aller plus loin que les distances préconisées par l'Anses.

Égalim : davantage de pression et de sanctions

Sur le sujet du revenu, « important aussi pour que nous puissions réaliser les transitions », a rappelé Samuel Vandaele, président de JA, le Premier ministre a rappelé, comme le ministre de l’agriculture la semaine passée, que la loi Égalim n’avait pas tenu toutes ses promesses et affirmé que les sanctions seraient prises à l’encontre de ceux qui ne respectent pas les dispositions permettant un retour de valeur aux producteurs. Un comité de suivi des relations commerciales est prévu le 10 décembre et permettra de faire le point sur les effets de la loi. Des sanctions plus fortes sont par ailleurs prévues dans le cadre de la lutte contre l’agribashing, via le délit d’entrave, dans le cadre des intrusions sur les exploitations.

Concernant les accords de libre-échange, sources de distorsions de concurrence importantes vis-à-vis des produits français soumis à des normes beaucoup plus strictes, Édouard Philippe a assuré que « ce gouvernement ne signera pas le Mercosur », a indiqué Samuel Vandaele. En revanche, il n’a pas donné de garanties concernant l’accord Ceta, qui doit être prochainement ratifié par le Sénat.

Enfin, Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, a également alerté le Premier ministre sur le problème de la taxation des produits français annoncée le 2 décembre par le président américain Donald Trump en réaction à la taxe sur les Gafa. Certains produits comme les fromages, les yaourts ou les vins pétillants pourraient ainsi subir une taxation supplémentaire allant jusqu’à 100 %. « Notre secteur ne peut pas subir les dommages collatéraux », a insisté Jérôme Despey, qui demande au gouvernement de se mobiliser sur le sujet.

La réforme des retraites, une avancée pour les agriculteurs

Par ailleurs, les deux syndicats ne seront pas mobilisés le 5 décembre, jour de grève contre la réforme des retraites, car « cette réforme ne peut apporter que du mieux pour les retraites agricoles », a indiqué Christiane Lambert, rappelant que les retraités agricoles gagnent en moyenne 780 euros pour les hommes (pour une carrière complète), et 580 € pour les femmes. La pension de retraite des exploitants agricoles est de plus calculée d’après les revenus de l’ensemble de la carrière, alors que pour la plupart des professions, le calcul s’avère plus favorable (25 meilleures années, six derniers mois…), ajoute la présidente de la FNSEA.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 24 RÉACTIONS


louis 25
Il y a 8 jours
Je n'arrive pas a comprendre comment le monde agricole peuvent encore croire a leurs syndicats et coopératives car ce sont eux qui détruise le mode agricole vos responsables sans mette plein les poches sur votre dos
Répondre
titian
Il y a 9 jours
Un mouvement, hors syndicats, connecté, spontané et horizontal, on a connu ça en agriculture, plus précisément en lait et il y a 10 ans :
L'APLI !
Bon par contre le mouvement était incarné.
Répondre
cow boy
Il y a 9 jours
Le gouvernement préfère les manifs organisées par les syndicats aux manifestations hors syndicat comme les gilets jaunes.

Cela en dit long sur l'utilité des syndicats...pour le gouvernement.
Répondre
the germs
Il y a 9 jours
"On est France si ça vous dérange de vivre dans un état de droit". Justement, donc l'introduction sur une propriété privé est interdie, de même que le vol, et j'en passe... Le droit n'est pas à géométrie variable! Bien à vous!! :)
Répondre
titian
Il y a 8 jours
Tenez en voilà un exemple tout frais : http://www.leparisien.fr/societe/des-eleveurs-de-cochon-condamnes-a-payer-pres-de-60-000-euros-a-leurs-voisins-30-11-2019-8206347.php
Répondre
titian
Il y a 9 jours
Vous êtes un sacré tordu, c'est vous qui faites le distinguo dans votre premier post en spécifiant bien pesticides de "synthèse", donc en front renversé je vous dis des autres "naturels".
Oui le cuivre est bien un oligo élément, mais a trop l'utiliser c'est un poison pour le sol. En excès on peut même le ranger avec les métaux lourds, lui contrairement à une autre molécule avec une forme de glycine et du phosphore n'a absolument aucune chance de se dégradé, même sur sol vivant ou pour imager directement dans du compost.
Pour ce qui est des utilisateurs de bouillie bordelaise c'est bien personnellement la fréquence d'utilisation et l'intensité d'exposition qui pose question comme avec tout poison.
D'ailleurs tout est poison, à voir la vidéo célèbre avec la terrible molécule de monoxyde de dihydrogène...
https://youtu.be/iS-CJSlwpGM
Répondre
titian
Il y a 8 jours
Ah j'allais oublier, pour ce qui est de la fin de votre intervention, je ne sais pas d'où cela vient, mais c'est une maladie de vouloir à tout prix ranger les gens dans des cases...
Mais bon cependant vous avez un début de réponse à qui sait lire plus haut, je suis indépendant !
Répondre
cow boy
Il y a 9 jours
titian vous êtes de mauvaise foi, je n'ai jamais parlé de ''naturel'' relisez mes commentaires
Ensuite on ne traite pas avec de l'amanite phalloïde, ni avec de la datura.
Ensuite vous parlez de spinosad pour les abeilles, hors je parle de znt concernant les humains pas les abeilles. Jusqu'à preuve du contraire les humains ne sont pas des abeilles
Ensuite vous parlez encore de naturel, en relation avec le sulfate de cuivre, encore une fois je n'ai jamais utilisé le terme naturel, par contre ce qui est sûr c'est que le cuivre est un oligoélément nécessaire au métabolisme humain et végétal, jusqu'à preuve du contraire le glyphosate ne l'est pas.

Enfin vous terminez votre argumentation avec quelque chose qui n'est jamais arrivé.

Bon j'en déduis que vous êtes à la fnsea ou aux ja ?
Répondre
cow boy
Il y a 9 jours
Libre à vous de donner un exemple d'éleveur condamné à tort, notamment pour l'odeur de ses vaches.

Quant au bruit, il y a des lois sur les nuisances sonores et tout le monde y est soumis. On est France si ça vous dérange de vivre dans un état de droit libre à vous d'aller voir ailleurs.
Répondre
The germs
Il y a 9 jours
Il y a bien d'autres condamnation d'agriculteurs que ces deux exemple que vous me donnez... Mais bon, comme pour vous c'est l'agriculteur qui a toujours tord et qu'il doit toujours courber l'échine, je ne m'étonne pas de vos réaction, qui montrent que vous êtes très loin du milieu agricole, toujours à l'affut du mensonge qui ira dans votre sens.
Répondre