LoupLe nouveau plan loup soumis à une consultation publique

| AFP

Le nouveau plan loup 2018-2023 est soumis depuis lundi à la consultation publique, le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot qualifiant à cette occasion d'« enjeu majeur » la « cohabitation avec la grande faune sauvage ».

Présenté avec le ministère de l'agriculture, ce quatrième plan national sur le loup, dénoncé par les représentants des éleveurs lors de la concertation fin 2017, a été mis en ligne sur le site du ministère de l'écologie. Le public a jusqu'au 29 janvier pour déposer des observations.

« Le gouvernement se fixe un double objectif : le premier c'est assurer la viabilité, pour l'instant incertaine, de l'espèce sur notre territoire. C'est un objectif non négociable », a dit Nicolas Hulot dans une vidéo sur Twitter. « Le nombre actuel - 360 loups, bientôt sans doute 400 - est encore insuffisant, et nous visons au moins 500 avant la fin du quinquennat, conformément à nos engagements pour la biodiversité », a-t-il souligné. « Le deuxième objectif, à parité avec le premier, est la protection des éleveurs et troupeaux », a-t-il ajouté, évoquant une « priorité absolue » dans « le renforcement des mesures de protection ».

Des aides à la protection

Le plan prévoit, par exemple, des aides à la protection (gardiennage, chiens, parcs, analyses de vulnérabilité...), la création d'un observatoire des mesures de protection et d'un accompagnement technique, la mise en place d'une filière de qualité pour les chiens de protection... S'agissant du nombre de « prélèvements » (abattages) de loups autorisés chaque année, il se base sur les préconisations scientifiques : qu'ils ne dépassent pas 10 % de la population. « Cela signifie limiter les prélèvements de loups à 40 individus en 2018. Ce n'est pas idéal mais c'est un chiffre stable alors que la population croît de 10 % », a souligné Nicolas Hulot.

« La situation biologique de l'espèce permet des prélèvements d'individus afin de prévenir les dommages importants aux troupeaux. Cette possibilité doit être utilisée dans un cadre raisonné », note le plan, qui appelle à mieux évaluer l'efficacité de ces interventions.

Concernant l'indemnisation des éleveurs victimes d'attaques (3,2 millions d'euros ont été accordés en 2016, soit + 60 % depuis 2013), elle sera désormais soumise à la mise en place préalable de mesures de protection, autre motif de mécontentement des éleveurs. Ce « principe doit être appliqué de manière progressive et adaptée » à chaque cas, souligne le plan. Espèce protégée, le loup, disparu depuis les années 1930, est revenu par l'Italie à partir de 1992. Notamment présent dans les Alpes, il a tué près de 10.000 brebis en 2016. « On ne peut exiger des pays africains qu'ils protègent leurs lions si nous-mêmes en France on n'est pas capable de cohabiter avec le loup et l'ours. (...) C'est un défi de civilisation que propose de relever ce plan », selon Nicolas Hulot.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


Association Foncière Pastorale Vallorcine
Il y a 627 jours
Dans les années 30,le loup a été supprimé de nos alpages.Pendant 60 ans, les troupeaux ont pu manger tranquillement. Par respect de nos anciens, nous n'avons pas le droit de revenir en arrière.Il faut à nouveau éradiquer le loup. On parle de 500 loups en France. Sachant combien une chienne fait de petits par an, on peut penser que ce n'est pas 500 mais 5000 loups qui sont en France.
Répondre
Chrislait
Il y a 645 jours
Je suis d'accord pour implanté le loup, par exemple en région parisienne, tient , le bois de Boulogne histoire de rire un peu
Répondre
PàgraT
Il y a 646 jours
Pas difficile d'avoir des objectifs quand ce sont les autres qui paient les pots cassés!
Répondre