Difficultés des filières d'élevageLe Modef et le Mner appellent à manifester le 11 décembre

| par | Terre-net Média

Tirant la sonnette d'alarme sur la situation économique et sociale des éleveurs laitiers et allaitants, le Modef et le Mouvement national des éleveurs de nos régions appellent à manifester le jeudi 11 décembre à Paris. Ils demandent au Gouvernement de prendre des mesures d'urgence pour les éleveurs.

« De plus en plus de travail, de moins en moins de revenu, les éleveurs laitiers et allaitants expriment leur ras le bol et leurs inquiétudes pour l’avenir, expliquent Jean Mouzat et Philippe Grégoire, les leaders du Modef et du Mouvement national des éleveurs de nos régions. Les prix de vente du lait ou de la viande sont les mêmes qu’il y a 30 ans alors que les charges opérationnelles (électricité, fuel, alimentation du bétail) ont augmenté de plus de 30 %. Quant aux matériels agricoles et autres équipements, les prix ont grimpé en même temps que le prix de l’acier, du pétrole et de la sophistication des tracteurs et autres matériels automoteur. »

« Les éleveurs sont moins nombreux et moins bien rémunérés malgré la production globale qui reste quasi constante. Il y a donc une incohérence entre l’augmentation de la taille des exploitations, de la charge de travail et une baisse du revenu du fait de prix des bovins et ovins et lait qui ne couvrent pas les coûts de production. »

« Le Modef et le Mner tirent la sonnette d’alarme sur la situation économique et sociale des éleveurs laitiers et allaitants qui n’arrivent plus à vivre de leur métier. Les trésoreries des exploitants familiaux sont au plus bas voire négatives.

Dans l’urgence, ce n’est pas des paroles mais des actes forts qu’attendent les paysans de la part de l’Etat. Avec la baisse des prix, les méventes, les exploitants familiaux ne peuvent plus attendre. Les éleveurs du Modef avec le Mouvement des éleveurs de nos régions appellent à manifester le jeudi 11 décembre à 12h à Paris pour dénoncer la situation dramatique des éleveurs.

« Le Modef et le Mner solidaires des exploitants familiaux demandent que des mesures exceptionnelles soient mises en place :

- Un plan de désendettement plafonné auprès des banques,

- La prise en charge des cotisations sociales et le report des annuités d’emprunts bancaires en fin d’échéancier selon les situations,

- Un fonds spécifique pour aider les agriculteurs en détresse. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article