Débat « ImPACtons! » sur la PacLe ministère de l'agriculture appelé à répondre aux 1 083 propositions reçues

| AFP

Un millier de propositions issues du débat public organisé en 2020 en vue de la future politique agricole (Pac) de l'Union européenne sont désormais soumises au ministère de l'agriculture qui a trois mois pour y répondre.

« Mettre fin aux subventions sans contrepartie », « proposer des échanges Erasmus spécialisés dans l'alimentation » ou « bannir les cages dans les élevages » font partie des 1 083 propositions élaborées par les participants au débat « ImPACtons! », selon le compte-rendu publié jeudi par la Commission nationale du débat public (CNDP).

Souvent, des propositions se recoupent avec des formulations différentes, comme l'idée d'encourager les circuits courts ou de subventionner les exploitations agricoles en fonction du nombre d'actifs qui y travaillent plutôt que du nombre d'hectares.

L'organisation de ce débat, dont le déroulement a été bouleversé par la crise sanitaire, découlait d'une obligation légale. Ses enseignements sont censés nourrir le plan stratégique national (PSN) que la France doit présenter à la Commission européenne dans le cadre des négociations de la politique agricole commune pour la période 2021-2027. La France est le premier pays bénéficiaire des aides européennes, avec plus de 9 milliards d'euros par an.

« Rarement la Commission nationale n'aura eu à traiter d'un enjeu aussi fortement marqué par la défiance », remarque sa présidente Chantal Jouanno, dans un document séparé où elle évoque la franche réticence d'une partie du monde agricole à l'idée de sonder des profanes, mais aussi « la faiblesse de la promotion » de ce débat « par les plus hautes autorités ».

Accélerer la transition agro-écologique 

Selon la Commission, l'analyse des propositions « révèle une demande claire d'accélérer la transition agro-écologique de la Pac et de mettre en place tous les outils et dispositifs nécessaires pour garantir une meilleure protection de l'environnement, des ressources naturelles et de la biodiversité ».

« Les citoyens ne veulent pas choisir entre environnement et agriculture, mais réaliser des transitions avec l'implication de tous », note aussi l'autorité administrative.

Le ministère de l'agriculture et de l'alimentation a maintenant jusqu'au 7 avril pour « indiquer clairement son positionnement par rapport aux propositions formulées et face aux grands sujets qui ont émergé du débat ».

Ne pas respecter les propositions des Français « serait un signe clair que notre gouvernement fait le choix de perpétuer une Pac pensée par ou pour une partie du monde agricole seulement, plutôt que de servir l'intérêt général », estiment les 44 organisations réunies dans la plate-forme Pour une autre Pac, dans un communiqué vendredi.

Le ministre Julien Denormandie « a désormais toutes les cartes en main pour faire du PSN un levier de changement permettant de faire advenir une nouvelle politique agricole et alimentaire plus juste, plus durable et plus cohérente pour toutes et tous », ajoute Mathieu Courgeau, éleveur en Vendée et président de la plate-forme.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 42 RÉACTIONS


monique
Il y a 13 jours
Elle l'est depuis au contraire très longtemps
Répondre
Massol
Il y a 13 jours
Agroecologie ne veut pas forcément dire bio et tous les autres secteurs d’activités travaillent pour être plus vertueux ,j’ai pas l’impression que l’agriculture soit au niveau du défi.
Répondre
eric17
Il y a 13 jours
Moi itou , agri expert Président
Répondre
Grochat
Il y a 13 jours
Tout est dit !!!
C'est clair moi en 2022 je vote agri expert 👍👏💪👏👏👏👏???????
Répondre
agri expert
Il y a 13 jours
1000 propositions pour l'agriculture émanant de 1000 abrutis ignorant tout de l'agriculture ! ok mais alors moi je veux et j'exige que 1000 agriculteurs donnent leur propositions pour changer les autres métiers. Ainsi je propose d'interdire le kérosène polluant pour les avions, je propose d'interdire les allocs chômage et autres RSA et d'obliger les chômeurs et les glandeurs à venir travailler au désherbage manuel dans les champs bios ! je propose de limiter le salaires des députés et sénateurs à 1 SMIC, puisque pour eux, c'est un salaire suffisant pour vivre ! Je propose qu'on supprime la redevance TV puisque les journalistes gauchistes de France TV ne font que diffamer, tel Elise Lucet et ses mensonges sur le glyphosate pour ne citer qu'elle ! `je propose qu'on interdise les médicaments car la plupart sont issus de molécules chimiques OUHHH les vilaines molécules chimiques qu'on veut nous interdire d'utiliser sur nos champs à dose minime, mais que les bobos citadins sont prêts à avaler directement par babouche pourvu qu'on leur promette la jeunesse éternelle ! Je propose qu'on cesse la vaccination contre le COVID et qu'on laisse faire la nature ! Je propose d'interdire les animaux de compagnie pour les citadins au nom du bien etre animal ! un animal a besoin de nature, pas de béton ! je propose qu'on interdise l'élevage d'humains en cage, tels les banlieusards des Grandes villes dans leur tours de béton ! Je propose d'interdire les lessives et les nettoyants ménagers, bah oui il suffit d'aller au lavoir comme les grands mères faisaient il y a 100 ans, car comme disent les écolos bobos, c'était mieux avant ! Je propose d'interdire l'épandage des boues de stations d'épuration dans nos champs, mais qu'on oblige les citadins à recycler leur excréments dans leur jardin pour faire du compost et ainsi produire leur propres légumes , etc etc etc. RAS LE BOL DE CES DONNEURS DE LEÇONS QUI NE CONNAISSENT RIEN ET N'ONT JAMAIS TRAVAILLE DE LEURS MAINS POUR LA PLUPART
Répondre
Atlas03
Il y a 13 jours
Je suis bien d’accord avec toi. Le soucis viennent bien de ceux qui sont sûr de détenir la vérité..!! Et de là de vouloir l’imposer....
Répondre
Romain95
Il y a 13 jours
Après on ne peut produire que ceux que la technique et la recherche nous a permis de mettre en place sur nos exploitations. Nous on invente rien et on mets juste en place un protocole de production qui nous semble le plus judicieux. Sa n'empêche pas d'être ouvert à de nouvelle pratique sans forcément délaisser en totalité ce qu'on a pu faire.
Répondre
Romain95
Il y a 13 jours
D'accord ok, merci pour la réponse
Répondre
monique
Il y a 13 jours
c'est un choix de tranquilité . Nous n'avons déjà pas des terres à cultures donc en bio en plus c'est devenu impossible de produire notre complémentation .Nous avons chercher pour acheter de l'aliment brute en directe , là aussi trop éloigné donc soucis ou coût du transport .Donc c'est plus simple pour nous de compléter en conventionnel .
Répondre
Atlas03
Il y a 13 jours
Mais Peu importe.! Dans les deux cas moi je considère que l’agriculteur peu être très bon techniquement et c’est en opposition aux défenseurs de l’agroecologie ( que je respecte) qui eux considèrent le contraire ..!
Répondre