Filière laitièreLe Copa-Cogeca demande à l'UE le maintien du paquet lait après 2020

| par | Terre-net Média

A l'occasion d'une réunion des représentants agricoles des ministres de l'agriculture à Malte lundi 23 janvier 2017, les représentants du Copa et de la Cogeca ont exprimé à la présidence maltaise de l'Union européenne leur appel au maintien des mesures du « Paquet lait » dans la prochaine réforme de la Pac pour après 2020.

Lors d'une réunion avec la présidence maltaise de l’Union européenne lundi 23 janvier 2017, le vice président français du Copa-Cogeca Henri Brichart a soutenu la prolongation des mesures du Paquet lait au-delà de 2020. « Les producteurs laitiers ont beaucoup souffert ces derniers temps et les contrats sous forme d'aide contribuent à atténuer l'impact de la volatilité des marchés », explique le syndicat européen dans un communiqué. « Le paquet aide à améliorer le positionnement des agriculteurs dans la chaîne alimentaire. »

La reprise des prix du lait en Europe et l’explosion des prix du beurre ne jouent pas en faveur du maintien des outils du Paquet lait, dans une Europe où les velléités libérales sont tenaces. « Il faut rester vigilant », a assuré Henri Brichart aux représentants des ministères de l’agriculture des Etats membres et au commissaire européen à l’agriculture. « Les cours sont encore fragiles et les producteurs ont besoin de temps pour récupérer leurs flux de trésorerie. »

Le Copa et la Cogeca « comptent sur la Commission pour poursuivre sa démarche prudente lorsqu'il s'agit de remettre les stocks de lait écrémé en poudre sur le marché afin d'empêcher les marchés de se détériorer et d'assurer une récupération suffisante des flux de trésorerie des agriculteurs. »

« Une approche proactive est également nécessaire dans tous les secteurs agricoles actuellement en difficulté, en particulier dans le secteur de la viande bovine, les prix de marché payés aux producteurs de viande de l'UE étant inférieurs à la moyenne des cinq dernières années. »

Le syndicat a également soutenu, avec de nombreux ministres, le rapport commercial de la Commission européenne qui confirme le mauvais effet que les prochains accords commerciaux pourraient avoir sur le secteur bovin européen, en particulier celui négocié avec les pays de la zone Amérique du Sud – Mercosur.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article