Paroles de lecteursLe Ceta et l'accord UE/Mercosur « vont tuer l'agriculture française »

| par | Terre-net Média

Baisse des prix, importations massives de denrées agricoles ne respectant pas les mêmes normes que les produits français, augmentation des risques sanitaires, disparition de l'élevage : les traités de libre-échange de l'Union européenne avec le Canada et les pays du Mercosur inquiètent les lecteurs de Web-agri.

paroles de lecteurs ceta mercosur Avec le Ceta et l'accord UE/Mercosur, « on va avoir une alimentation à deux vitesse : des produits bio pour les riches et des aliments importés bas de gamme pour les pauvres », craint Steph72. (©Terre-net Média) 

Steph72 : « Encore des baisses de prix en perspective !! Ces accords commerciaux vont provoquer des pertes bien plus importantes que la diminution des aides Pac. Bruxelles et son libéralisme vont détruire l'agriculture ! »

Maxens : « (...) Ceux qui crient contre le retournement de prairies seront les premiers à acheter de la viande brésilienne, moins cher. Et quand l'élevage aura disparu, ce sera le tour des céréaliers car une bonne partie des céréales qu'ils produisent sont destinées à l'alimentation animale. »

Commentaires de plusieurs articles sur le Ceta et l'accord UE/Mercosur, publiés ces derniers mois sur Terre-net

VD : « Le Ceta, c'est la cata. On est dans le caca, on ne s'en remettra pas. Des prix encore plus bas, manquait plus que cela. Agriculteur, tu te suicideras et nos politiques feront "ha ha ha"... »

Steph72 : « Le gouvernement a bien l'intention de tuer l'agriculture française ! En outre, on va avoir une alimentation à deux vitesse : des produits bio pour les riches et des aliments importés bas de gamme pour les pauvres. Le marché mondial est juste un moyen d'éliminer les producteurs par une concurrence déloyale. » 

Le scandale de la viande brésilienne avariée aura-t-il calmé les pro Mercosur ?

Lili : « Emmanuel Macron assure "qu'il n'y aura jamais de bœuf aux hormones en France" et que "nous devons imposer nos standards de qualité aux pays du Mercosur". L'Amérique du Sud devrait respecter nos normes environnementales et de sécurité alimentaire, je demande à voir. Pour info, 40 abattoirs ont été fermés il y a quelques mois sur ce continent pour cause de viandes avariées. »

Patrice Brachet : « J'espère que ce scandale aura calmé les pro Mercosur ! »

Pff : « Alors que des milliers de canards ont été tués pour limiter la progression de la grippe aviaire, certains s'obstinent à signer des traités commerciaux qui ne prévoient aucun contrôle sur les denrées alimentaires. Si ça, ce n'est pas abandonner complètement l'agriculture française et faire en sorte qu'il y ait encore plus de "malbouffe", eh bien, faut vraiment être aveugle. Les laboratoires vont pouvoir faire encore plus de bénéfices suite à l'augmentation des intoxications alimentaires. »

Éleveurcorrezien : « Au Canada ou en Amérique du Sud, les animaux sont dopés aux hormones et mangent des OGM, il n'y a pas de caméras dans les abattoirs et aura-t-on pensé à vérifier si les bêtes n'ont pas voyagé plus de 8 h avant d'être abattues (vu la superficie de ces pays, j'en doute) ? Non, il n'y a pas de distorsions de concurrence... Dans les années à venir, les citadins vont pouvoir se régaler devant leur côte de bœuf ! »

Lire, à propos de l'alimentation des animaux avec des OGMParoles de lecteurs − Nourrir ses vaches sans OGM, oui mais pas pour ne rien gagner !

« Pour éliminer l'élevage en France, on ne s'y prendrait pas autrement »

Steph72 : « Suite à ces accords de libre-échange, Macron devra assumer la désertification des territoires ruraux et la disparition des prairies, remplacées par des cultures ou encore... des ronces. »

Lili : (...) Monsieur le président, derrière les 20 000 à 25 000 exploitations françaises qui vont mettre la clé sous la porte, il y a des familles, des situations humaines difficiles, des problèmes financiers inextricables. Vous en souciez-vous un minimum ? »

Steph72 : « Ce n'est qu'un vaste marchandage, dont les éleveurs vont encore sortir perdants. La consommation française de viande diminue mais on va encore ouvrir davantage les frontières, sans garantie de qualité. Pour éliminer l'élevage en France, on ne s'y prendrait pas autrement. »

Tetnoc : « À quoi sert l'Europe ? À enrichir toujours les mêmes et à appauvrir les éleveurs ! La viande, il y en a largement en France ! Mangeons des produits français, c'est mieux pour la planète. »

BG : « Le vrai problème est-ce le Ceta et l'accord UE/Mercosur, ou la fragilité des filières d'élevage françaises ? Plutôt que de négocier de tels accords, il serait préférable d'identifier les causes de cette vulnérabilité et de tenter d'y remédier. »

« Le poids écrasant des normes inutiles et de la fiscalité »

Maxens : « Faut pas s'inquiéter, les producteurs français devront toujours respecter les mêmes normes contraignantes et coûteuses. Ce sont juste leurs concurrents qui pourront importer sans se conformer aux mêmes règles, comme c'est déjà le cas d'ailleurs... D'où moins de fermes en France, de producteurs mais plus de suicides et de pauvreté chez les agriculteurs. »

Rutabaga : « Ces accords commerciaux profitent aux élus politiques, qui se donnent de l'importance, surtout si un texte porte leur nom, et qui oublient surtout de défendre les agriculteurs. Nos fermes ne s'étendront jamais sur 1 000 ha comme dans l'Alberta et nous n'engraisserons jamais des milliers de bovins comme dans l'Ontario. Nous n'aurons jamais, non plus, les mêmes facilités pour entreprendre qu'au Canada avec nos charges élevés, nos réglementations strictes et les critiques que l'agriculture essuie tous les jours. Tout cela en subissant les fluctuations de marché et la volatilité des prix. »

À propos des attaques envers l'agriculture, voir le Paroles de lecteurs: Inondations : les agriculteurs disent stop à l'agribashing

Petitchat : « Nous y voilà ! Le poids écrasant des normes inutiles et de la fiscalité. La négociation des traités de libre-échange avec des États, qui ne sont pas des enfers fiscaux et normatifs, amènera automatiquement à une situation de blocage total ! Au-delà de la viande bovine, cela va aussi impacter les céréales qui, ne l'oublions pas au Canada, sont produites via les nouvelles techniques de mutagénèse, qui donnent des variétés très compétitives, basées sur le rendement et la résistance aux herbicides insecticides ! Face à ça, le paysan français ne représente pas grand-chose... »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


stan
Il y a 87 jours
Maxens tu te trompe les retournements de prairies ne sont pas une obligation au contraire tous ceux qui on retourner payrons pour ceux qui non pas retourné l'Europe impose a chaque pays un pourcentage de prairies sinon c'est la France ceux qui ont retourner. qui vont payer !
Répondre