Élevage et sociétéLe bien-être animal, une réalité encore floue pour les consommateurs

| par | Terre-net Média

Déjà importants, les débats sociétaux sur l'élevage ont été ravivés par la crise sanitaire et les consommateurs de plus en plus inquiets quant à l'impact de leur consommation sur la perte de biodiversité et la diffusion de maladies. Référendum pour les animaux, proposition de loi en faveur du bien-être animal, l'élevage français est sommé de revoir son organisation jugée trop « industrielle », alors que la notion de bien-être animal reste, dans sa traduction concrète, mal connue des consommateurs français.

Les consommateurs français sont de plus en plus nombreux à vouloir plus de bien-être animal dans les élevages.Les consommateurs français sont de plus en plus nombreux à vouloir plus de bien-être animal dans les élevages. (©Pixabay)

Pour des raisons philosophiques, la relation ancestrale entre l’homme et l’animal est de plus en plus remise en cause, et « tous les moyens sont bons pour convaincre les citoyens que l’élevage n’a pas sa place dans une société moderne » : en l’accusant par exemple d’un impact environnemental démesuré ou, récemment, en le mettant en lien avec le développement des pandémies, rappelle Bernard Vallat, vétérinaire et directeur général honoraire de l’organisation mondiale de la santé animale (OIE). Au cœur d’une actualité riche sur le sujet du bien-être animal, la Coopération agricole a organisé, le 7 octobre, une visioconférence pour questionner la relation ambiguë entre élevage et consommateurs.

Car les Français expriment de plus en plus fortement leurs attentes pour une société plus durable. Ainsi, pour 60 % d’entre eux, il est devenu urgent d’agir face au changement climatique, et 13 % considèrent d’ailleurs qu’il est déjà trop tard, indique Laure Blondel, directrice conseil chez GreenFlex. « La moitié des Français établit un lien entre nos modes de vie et la crise sanitaire », ajoute-t-elle, ce qui se traduit par une volonté de consommer différemment. Et si 84 % des Français déclarent veiller à la qualité de la viande qu’ils achètent, 59 % veillent également à en réduire leur consommation. À noter que pour 27 % des Français, consommer mieux correspond avant tout à consommer moins.

Une méconnaissance de l’activité d’élevage

Lorsque l’on demande aux Français s’ils veulent des animaux en liberté et la fin de l’élevage en cage, « comment répondre autre chose que oui, quand on ne connait pas le monde de l’élevage, les raisons pour lesquelles on a des animaux en bâtiment ? », reconnaît Gérard Cladière, président du groupe Viande de la FCD (Fédération du commerce et de la distribution).

Antoine Thibault, alias @AgriSkippy sur les réseaux sociaux, partage ce constat. Actif sur Twitter depuis 2016, il communique sur la réalité de son métier d’éleveur laitier. « Il y a une réelle méconnaissance du métier d’éleveur. J’ai senti qu’il y avait une réelle adhésion pour retrouver un lien avec la nature », explique-t-il. Et si tout le monde demande plus de bien-être animal, il ne faut pas oublier que « de base, dans mon métier, le bien-être animal, c’est d’avoir des vaches en bonne santé. Et plus on leur donne des conditions de vie satisfaisantes, plus elles donnent du lait, et plus mon métier est rentable », rappelle-t-il.

Et si les professionnels de l'élevage travaillent au quotidien sur ces questions – Antoine Thibault rappelle que les antibiotiques ont été réduits de 37 % depuis 2012, et que les éleveurs sont formés au bien-être animal – les changements de normes coûtent très chers aux exploitants agricoles qui investissement pour 15 ou 20 ans. Or, le prix reste un critère de choix fondamental pour les consommateurs, a fortiori dans un contexte économique dégradé en raison de la crise sanitaire.

Différencier bien-être animal et bientraitance

Enfin, il ne faut pas non plus confondre la bientraitance et le bien-être animal, ce dernier correspondant à la façon dont l’animal ressent les actions que l’on met en œuvre, rappelle Luc Mounier, professeur en bien-être animal à VetAgroSup. La relation homme/animal est la pierre angulaire de ce bien-être, ce qui impose donc de penser également au bien-être de l’éleveur, parallèlement à celui des animaux, explique-t-il.

« Je veux bien que tout le monde veuille des vaches en prairie mais si les vaches veulent aller en bâtiment, qui est-on pour imposer les prairies ? », demande Antoine Thibault, qui a récemment mis en ligne une vidéo de ses vaches attendant avec impatience de rentrer dans leur bâtiment. 

Et si les vidéos de L214 mettent en avant des actes de maltraitance, les éleveurs et la filière en général doit donc communiquer davantage « sur le travail qu’on fait en France pour nos animaux, car même si les importations coûtent moins cher, nos animaux sont globalement mieux traités dans notre pays que dans le reste du monde », estime Luc Mounier. « Il faut qu’on arrive à se positionner contre la maltraitance et faire très attention là-dessus pour éviter les amalgames », conclut Mickaël Mercerou, élu référent pour le bien-être animal à La Coopération Agricole.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 15 RÉACTIONS


jpland
Il y a 14 jours
La balle est dans le camp des éleveurs à eux de démontrer que la profession est sérieuse ,et de rejeter les quelques cas de brebis galeuses on sait que la profession n'est pas très communicante mais il éxiste des interprofessions pour cela. Ne plus laisser à des organismes le rôle de "gendarmes " .Rejeter des accusations de maltraitance flagrante est contre productif .Les éleveurs sont maitres chez eux et le prouvent
Répondre
Capitaine
Il y a 15 jours
Effectivement y’a un viaduc entre la société et l’élevage . J’iraide plus loin: une méconnaissance totale et de surcroît grandissante.
Pour une image de bien être animale la direction générale de la chaîne Resto KFC a pris la décision de passer de 36kg de matière vivante au m2 au sol à 30kg.( volaille) . Et ça concerne 5890 poulaillers en Europe. Tout ça pour produire du poulet neget’s en 36 jours !
Ça choque personne ?
Et il sont loin de la norme fixée par Bruxelles qui a mis la barre sous la pression des lobbyistes y’a bien longtemps à 42 kg!
Voyez le travail...!
Répondre
monique
Il y a 17 jours
ne confondez pas la partie qui concerne la profession avec leur volonté de voir disparaitre l'élevage bon ou mauvais .Voilà leur technique de fonctionnement

https://www.lepoint.fr/politique/des-deputes-irrites-par-les-mails-a-repetition-de-l21409-10-2020-2395655_20.php?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1602274190&fbclid=IwAR3qE5mv9d47teLHE9SpqhUXCo5Z-ywivt32iM8mqJuouYMei2OJ7HLjFA4#xtor=CS1-31-%5BEchobox%5D
Répondre
Muze
Il y a 18 jours
Je crois qu'il faut prendre le temps de regarder ces vidéos, les conditions d'élevage dénoncées sont faites par des salariés d'abattoirs ou de fermes lorsque les conditions sanitaires ne sont pas respectées... Il ne faut pas fermer les yeux il faut voir la réalité en face il y a des éleveurs pourris qui font du mal à la filière et aux éleveurs qui se donnent la peine de faire les choses correctement ! Bravo aux gens qui dénoncent ces bombes sanitaires qui se retrouvent dans nos assiettes et celles de nos enfants ! Personnellement je pense que les élevages ne sont pas assez contrôlés et que certains en profitent pour faire du n'importe quoi ! A quoi ça sert d'avoir dans un élevage des animaux morts ou malades au milieu des autres les voir se piétiner ou s'entrebouffer... Ne vaudrait-il pas mieux en avoir un peu moins dans de meilleures conditions ?
Ah oui mais ya les quotas et les subventions...
Pour les toucher faut de la quantité et malheureusement c'est au détriment des animaux d'élevage et des éleveurs pris a la gorge avec leurs dettes qui n'ont plus le temps de s'occuper correctement de leurs bêtes en surnombre... Et ces gens y laissent leur santé parce qu'ils se sentent dépassés !
Il faut plus d'élevages plus d'éleveurs dans des structures à dimension humaine ! Et arrêter les usines à viande !
Tout le monde s'y retrouvera de l'éleveur en passant par l'animal et le consommateur !
Quand on voit les quantités de viande invendues dans les supermarchés on se dit qu'il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond !
On doit se donner les moyens de faire de la qualité, il faut aussi que toute l'Europe tourne au même diapason il faut que les conditions d'élevage soient strictement les mêmes pour éviter toute concurrence déloyale avec les viandes d'importation qui à mon sens sont une véritable aberration !
Répondre
Marius
Il y a 15 jours
il faut lire le journal officiel. 9 mois est pour une IMG (environ 6000 par an) et 12 semaines (bientôt 16) pour l' IVG. 224 300 par an. Une grosse différence entre une IMG et une IVG. Mais il est vrai qu'en bon français l'on s'intéresse toujours plus aux exceptions qu'à la majorité des cas. Comme par exemple lors des discussions l'on casse plus de sucre sur les riches (bah! Des s...) que de s'occuper des pauvres. Si pour dire que se sont des fainéants.
Répondre
steph72
Il y a 16 jours
Renseigne toi plutôt au lieu de raconter des c.....
Répondre
monique
Il y a 15 jours
Ca a pourtant fait assez de bruit dans la presse .Tu as du mal à suivre l'actualité ? L'IMG jusqu'à 9 mois c'est pour raison psycho sociale en plus des cas d'urgence qui existaient de puis longtemps
Répondre
Marius
Il y a 16 jours
Avortement à 9 mois👎?. Incroyable de dire une telle infamie. Actuellement 12 semaines. Vous avez le droit dêêtre contre l'avortement mais pas dire des c...... ùù alors vous avez uneééolienne dans votre jardin....lol..
Répondre
monique
Il y a 18 jours
alors excuse -moi mais j'ai horreur des gens comme toi .Nous avons assisté à des drames , certes les éleveurs avaient des tords mais nous avons mieux à faire qu'à nous juger entre nous .Si vous enlever le caractère humain de chaque situation vous ne faites que cautionner les antispécistes .Ne vous faites aucune illusion , vous pouvez travailler au top , nickel qu'ils en n'ont rien à foutre .Ce sont des abolitionnistes .Vous êtes sur leur liste rouge en tant qu'éleveur .Si vous croyez que vous pouvez vous en sortir en jetant la pierre aux autres , en disant que c'est de la faute des autres , vous faites une lourde erreur .Il n'y aura d'issus en agriculture et en élevage en particulier qu'en faisant front commun contre ces assos .Le linge sale se lave ensuite en famille sans ces énergumènes
Répondre
monique
Il y a 18 jours
je ne regarde jamais les vidéos de l214 parce que de toutes façons ce n'est que de la propagande . Oui l214 soustrait systématiquement et volontairement le caractère humain du problème .Je n'ai aucun pouvoir pour juger les autres et je m'y abstiens .Nous avons eût une histoire dans le coin qui m'a vraiment révolté ,qui aurait mérité que nous bougions tous parce que ce qui ce passait sur le plan humain était catastrophique .Des gens comme vous on considéré que les éleveurs étaient responsables , certes mais au fond c'était bien plus compliqué que ça .Je suis scandalisé par le manque de soutien dans notre profession .Allez-y continuez comme ça , cautionnez L214 , croyez travailler mieux que les autres et vous verrez qu'un jour vous serez leur victime comme les autres .Ce sont des anti spécistes donc vous êtes à éliminer
Répondre